Aller au contenu principal

Un projet d’investissement sur votre exploitation ?

Le dernier appel à projets de la programmation PCAE est ouvert jusqu’au 9 mai 2022.

L’appel à projets du Plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles (PCAE) 2022 est ouvert depuis le 8 février. Doté de fonds européens, d’État, de la Région Hauts-de-France, des Agences de l’eau et du Conseil départemental de la Somme, il est encore abondé cette année de fonds supplémentaires du plan de relance. 

En parallèle, la mesure spécifique pour la rénovation énergétique des bâtiments de stockage des pommes de terre va être prochainement relancée. 

Cette année, l’appel à projets 2022 est doté d’une enveloppe globale équivalente à 2020. Pas de nouveauté cette année sur le cahier des charges, hormis l’évolution des plafonds par bénéficiaire, revenus sur certaines mesures à ceux de 2020, pour limiter le risque de sélection importante des dossiers comme cela s’est produit en 2021.

C’est la dernière année du dispositif tel qu’il est aujourd’hui, une nouvelle programmation est en construction pour 2023.

 

La mesure «pacte biosécurité et bien-être animal» reconduite

Pour rappel, elle vise à accompagner les éleveurs, dans l’adaptation de leur exploitation, pour répondre aux enjeux sur le bien-être animal et la biosécurité. Elle s’adresse à toutes les filières animales et contribue ainsi à la nécessité de prévenir les risques sanitaires, dans le contexte actuel et d’assurer une amélioration des conditions d’élevage. La liste des investissements concernés vient ainsi en complément de celle des mesures 4.1a (économie d’intrants et d’énergie) et 4.1b (élevage) du PCAE. 

 

Attention aux plafonds !

Il est possible de déposer plusieurs dossiers successifs sur une même mesure depuis 2015, à condition que le dossier précédent soit soldé, ou qu’il n’ait pas fait l’objet d’un abandon sur le même type d’investissements de plus de 50 % des investissements retenus, et dans la limite d’un plafond (en cumul des dossiers sur une même mesure depuis 2015) :

• 300 000 € HT (dépenses éligibles) par bénéficiaire (x 2 ou x 3 pour un Gaec)

• 1 000 000 € HT pour les JA (au prorata du nombre de parts)

• 1 000 000 € HT pour les porteurs collectifs (Cuma, GIEE, coopératives, groupes 30 000…)

Cette année, les plafonds des mesures élevage et végétal sont revus à la baisse, pour revenir à ceux de 2020.

 

Comment accéder aux aides et quelles conditions ?

Une grille de points permet de déterminer l’éligibilité et la priorité des dossiers. Ils seront sélectionnés selon ce barème s’ils venaient à dépasser l’enveloppe attribuée. 

Pour tout investissement de plus de 3 000 € HT, deux devis de deux fournisseurs différents doivent être présentés, et trois devis, au-delà de 90 000 € HT. Les devis présentés doivent être identiques et comparables.

Les investissements liés à l’amélioration de la performance énergétique, la construction ou l’extension de bâtiments de plus de 10 000 € HT doivent-être précédés d’un diagnostic énergétique, intégré dans le budget global avec un plafond de 1 000 € HT.

Pour les exploitations d’élevage, un PréDexel ou Dexel simplifié avant et après projet doit être présenté, et ce même si le projet ne concerne par l’élevage, il est intégré dans le montant éligible avec un plafond de 500 € HT. 

Quant aux investissements spécifiques du Pacte Biosécurité – bien-être animal, ils remplissent aussi des conditions préalables. La plupart du temps, un autodiagnostic suffit.

 

Où retrouver le cahier des charges ?

Le cahier des charges avec les listes d’investissements éligibles et les grilles de points sont téléchargeables sur le site : https://europe-en-hautsdefrance.eu

Votre dossier doit être déposé au plus tard le 9 mai 2022 auprès des services instructeurs de la DDTM de votre département. Votre dossier doit être complet. Attention, le démarrage des travaux (signature du bon de commande, 1er acompte, facture…) ne peut intervenir avant la date du récépissé de dépôt du dossier de subvention complet du service instructeur. 

Enfin, les dossiers non retenus en 2021 pourront être redéposés en 2022 sous réserve que les dé-penses ne soient pas engagées et les travaux non démarrés.

 

Les différents services de votre chambre d’agriculture sont à votre disposition pour répondre à vos questions, définir votre projet, vous accompagner dans les différents démarches administratives (Dexel, dossier ICPE, demande de permis de construire, diagnostics…), dans le montage ou la relecture de votre dossier. Contactez les pour toutes précisions !

 

Types d’investissements financés

Économie d’énergie : chaudière biomasse, broyeur à plaquettes, échangeur thermique.
Lutte contre l’érosion : semoir direct spécifique pour implantation de couvert ou sous couvert végétal (plafond 40 000 € HT), matériel «barbutte» en pommes de terre, matériel d’entretien des couverts d’interculture et barre d’effarouchement, scalpeur à dents.
Optimisation de la fertilisation : équipements des matériels d’épandage (DPAE, pesée embarquée), composteurs, GPS (plafond 8 000 €) et outil de pilotage, localisateurs d’engrais et enfouisseurs
Phytosanitaires : dispositifs de traitement des eaux de lavage, coupure de tronçon couplée GPS, outils de désherbage mécanique.
Économies d’eau et récupération des eaux de toiture.
Bien-être animal (4.1 a) : système de régulation lié au chauffage ou programmation de lumière, capteurs et sondes, matériaux d’isolation.
Apiculture : lutte contre le varroa, pesage et protection des ruches, matériel de collecte et travail sur les ruches.
Biosécurité : selon les filières : rénovation des bâtiments pour l’étanchéité, l’isolation, la désinfection, protection des stockages d’aliment, de litière, clôture des parcours ou double clôtures en prairies, abreuvoirs pour éviter l’abreuvement partagé, signalétique sur les élevages, gestion de l’équarrissage.
Bâtiments et matériel d’élevage : bâtiments d’élevage et de stockage paille destinée à l’usage de l’exploitation, ventilation, nurserie, niche à veaux ou porcelets, bloc traite, télésurveillance, équipement de pesée et contention, robot palettiseur d’œufs, stockage et séchage des fourrages, matériel de gestion des prairies…
Bien-être animal (4.1 b e) : matériel de ventilation du bâtiment, brumisation, gestion de la lumière, surveillance à distance, manipulation des animaux, nidification, alimentation, aménagements des parcours et aires extérieures, protection des animaux au pâturage, aménagements des revêtements de sol, aménagements des quais de chargement, aires d’attente…
Filières végétales (fruits / légumes / lin / houblon / miscanthus…) : stockage et conditionnement, matériel spécifique de plantation, semis, désherbage, récolte, serres et tunnels, plants pour cultures pérennes.

 

La Chambre d’agriculture de la Somme vous accompagne 

Élevage
Nicolas Correur - 06.86.37.56.69 - n.correur@somme.chambagri.fr
Stéphane Verscheure – 06.18.16.03.24 –  s.verscheure@somme.chambagri.fr
Énergie
Romain Six – 06.84.95.28.75 – r.six@somme.chambagri.fr
Productions végétales
Élise Messinger – 06.86.37.56.59 –  e.messinger@somme.chambagri.fr
Alexandre Eeckhout – 06.84.95.28.80 – e.eeckhout@somme.chambagri.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde