Aller au contenu principal

Un rapport se penche sur la reconquête de l’autonomie alimentaire

Deux députés, dont celui de l’Aisne, Julien Dive, ont rendu public, le 8 décembre, leur rapport sur «l’autonomie alimentaire de la France et au sein de ses territoires». Il comprend vingt propositions.

Le député de l’Aisne, Julien Dive, et sa collègue des Hautes-Alpes, Pascale Boyer, ont remis le 8 décembre leur rapport parlementaire sur «la nécessité de bâtir une stratégie pour reconquérir l’autonomie alimentaire de notre pays et restaurer notre puissance nourricière», dixit l’axonais.
Le député de l’Aisne, Julien Dive, et sa collègue des Hautes-Alpes, Pascale Boyer, ont remis le 8 décembre leur rapport parlementaire sur «la nécessité de bâtir une stratégie pour reconquérir l’autonomie alimentaire de notre pays et restaurer notre puissance nourricière», dixit l’axonais.
© Assemblée Nationale

À l’Assemblée Nationale, une mission d’information a dressé un état des lieux de la situation actuelle du modèle agricole et agroalimentaire français. Malgré un excédent commercial de près de 8 milliards d’euros (Md€), notre pays importe 20 % de sa consommation alimentaire. En 2020, la crise sanitaire du Covid a mis en exergue la dépendance de notre pays vis-à-vis de certains produits agricoles et agroalimentaires.

 

Allègement des charges sociales

La stratégie de reconquête de souveraineté de notre pays présentée dans le rapport sur «L’autonomie alimentaire de la France et au sein de ses territoires» est le résultat du travail d’expertise réalisé par la mission parlementaire. Il a été rendu public le 8 décembre par les députés Pascale Boyer (LREM, Hautes-Alpes) et Julien Dive (LR, Aisne). Cette stratégie de reconquête comprend vingt propositions d’envergure nationale, européenne et internationale. Au plan national, l’une d’entre elles porte sur «la structuration de l’offre pour construire des stratégies de filières plus offensives et plus en phase avec les évolutions de la demande», soulignent les deux rapporteurs. 40 % des volailles consommées en France sont importées. Il s’agira aussi «d’identifier et de soutenir les filières les plus stratégiques et les plus fragilisées via des plans spécifiques, sur le modèle du plan Protéines végétales».

Une partie des vingt propositions du rapport sur la reconquête alimentaire reprend des revendications formulées par divers responsables professionnels agricoles et agroalimentaires. Citons par exemple l’allègement des charges sociales des agriculteurs ou encore l’amélioration des conditions de travail des travailleurs pour pallier la pénurie de main-d’œuvre. Les députés ne s’inscrivent pas en rupture avec la politique du gouvernement. Deux de leurs propositions promeuvent les programmes alimentaires territoriaux et l’essor de l’agriculture biologique. Par ailleurs, Pascale Boyer et Julien Dive suggèrent «d’accompagner les acheteurs publics et les acteurs de la restauration collective pour atteindre les objectifs fixés par la loi Egalim».

 

Limiter la surtransposition

Les deux parlementaires souhaiteraient que la présidence française du Conseil de l’Union européenne révise le règlement “Information consommateurs” (INCO) afin de rendre obligatoires les informations relatives à l’origine géographique des produits. Par ailleurs, «faire évoluer le cadre juridique européen pour permettre le développement des NBT», pourrait faire partie des actions de cette présidence qui débutera le
1er janvier 2022. La recherche agronomique et la sélection de nouvelles variétés, plus résistantes et moins consommatrices d’intrants, doit être, selon eux, «encouragées».

Certaines propositions du rapport sur l’autonomie alimentaire relèvent de la compétence des institutions européennes. Pour rééquilibrer les échanges commerciaux français, les deux parlementaires suggèrent d’«œuvrer pour une harmonisation par le haut à l’échelle européenne» du cadre normatif applicable, «afin d’approfondir le marché unique et pour garantir des justes conditions de concurrence aux producteurs et entreprises françaises».

Au niveau national, «limiter les sur-transpositions en droit national qui freinent la compétitivité du modèle français», est aussi une priorité. Pour les deux parlementaires, les traités internationaux de libre échange négociés par l’Union européenne doivent comporter, dorénavant, des clauses miroir qui ne puissent pas faire l’objet de représailles par l’OMC. Par ailleurs, ils proposent que le dispositif de compensation carbone aux frontières soit étendu au secteur agricole.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde