Aller au contenu principal

Un Space en mode marche avant !

Au-delà des bons chiffres de participation, le Space 2017 aura été globalement un très bon cru, marqué par le retour à une ambiance plus calme, presque sereine.

Ce sont près de 114 000 visiteurs qui sont venus au Space.
Ce sont près de 114 000 visiteurs qui sont venus au Space.
© P. J

Personne n’a oublié les difficultés des différentes filières. Mais après trois années de crise profonde, les éleveurs pensent aussi au renouvellement des matériels et aux investissements trop longtemps repoussés. Beaucoup d’éleveurs sont venus au Space avec des projets en tête. Des projets raisonnés, longuement mûris, dont ils voulaient aussi vérifier la faisabilité avec l’évolution des marchés et des prix de leurs produits, mais aussi des nouvelles ambitions affichées du gouvernement. Le Space 2017 était donc à la croisée de tous les enjeux politiques, environnementaux, génétiques, économiques, sociaux…
Au total, ce sont près de 114 00 visiteurs qui se sont succédé au parc expo de Rennes pendant les quatre jours du Salon. Presque une année record, notamment sur la journée du jeudi, qui a atteint les 38 000 visiteurs... en limite des capacités des parkings et des halls. 2017 a donc été à nouveau une très bonne année, après une édition 2016 entachée de mouvements d’humeur et de blocages qui avaient largement perturbé les accès et fait baisser la participation.

Marche avant
Le Space reprend en quelque sorte sa marche en avant, qui se traduit par encore plus d’exposants, encore plus de surfaces d’exposition en air libre notamment, et plus de visiteurs étrangers. Mais plus que l’aspect quantitatif, c’est bien sur le qualitatif que le Salon fait la différence. Certains avouaient avec un certain soulagement : «C’est presque le retour à une année normale. Après 30  de baisse en 2015-2016, on revient à des niveaux corrects.»
Mardi 12 septembre, c’est le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, qui a pris le temps d’échanger au Salon pour dessiner les grandes lignes de son ambition pour les Etats généraux de l’alimentation. Le Space a, de fait, été une étape importante dans la réflexion des Etats généraux, offrant l’image d’une agriculture qui innove, qui met en place des solutions et qui est prête à se battre sur un plan de la performance pour durer. L’immersion de nombreux élus a été totale et rapide, mais ce Salon a sans doute été aussi l’occasion d’une confrontation entre l’idée de l’agriculture et sa réalité.

Au cœur des grands enjeux
D’une façon plus large, le Space 2017 aura aussi été au cœur des grands enjeux agricoles, notamment parce qu’il s’y traite énormément de sujets d’actualité dans les conférences. La robotisation, qui constitue un progrès, était traitée dans le cadre de la plate-forme eSpace pour demain, mais aussi dans nombre de débats. Avec les robots, que deviendra le métier d’agriculteur demain  Ce sont ainsi les grands sujets agricoles qui ont fait l’objet d’un nombre exceptionnel de conférences et de tables rondes, signe que l’on ne vient pas au Space uniquement pour acheter, on vient aussi y trouver des idées et de l’information.
Si le Space est devenu une vitrine où les entreprises innovantes doivent être vues, il est aussi un lieu où les contestations commencent à s’exprimer. Quelques affiches - peu nombreuses il est vrai - avaient été apposées sur les accès du Space, indiquant que certains refusent l’élevage des animaux. Quelques personnes ont aussi tenté de perturber la vente génétique Evolution. Au-delà de l’anecdote, ce sont de petits clignotants qui s’allument, notamment face aux militants du «bien-être animal». Aujourd’hui largement minoritaires, ces mouvements militants cherchent la confrontation. C’est la première fois qu’ils viennent au cœur même du ring.
Mais, au final, ce que retiendront les agriculteurs de ce Space, c’est le retour aux années projet et celui d’une confiance relative retrouvée. Le Space a aussi exploré de nouveaux horizons en invitant les acteurs de la filière aquaculture, une source de diversification et de recherche pour quarante exposants déjà présents au Salon cette année. A suivre !

Le bien-être animal s’invite au Space
«Il est parfois difficile de participer à un débat sur le bien-être animal dans lequel on ne nous écoute pas... 80 % des débats sont animés par des anti-viande», confiait Etienne Gangneron, en charge du dossier bien-être animal à la FNSEA, lors d’une conférence sur le bien-être en production porcine, menée par l’Ifip. Ce jour-là, des éleveurs ont pu prendre la parole pour dire combien ils se sentaient «mal aimés». Alors que faire ? Christine Roguet (Ifip) suggère de «trouver un niveau de consensus sur ce que doit être l’élevage», mais aussi de rétablir la confiance, en communiquant sur les pratiques autant qu’en les faisant progresser. Il faudra aussi, dans le contexte d’une «image de l’élevage qui s’effrite se préparer à un étiquetage obligatoire selon le mode de production». Et la désaffection pour la consommation de viande est régulière, même si seulement 2 % des consommateurs ne mangent pas de viande. A ce constat, François Valy de la FNP opposait le fait qu’en France «on fait déjà les meilleurs produits» et que de nouvelles exigences devront s’accompagner d’ «une vraie reconnaissance, notamment économique».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde