Aller au contenu principal

Un travail souterrain pour profiter du futur Canal Seine Nord

Les discussions entre acteurs agricoles samariens se poursuivent pour élaborer un plan d’actions destiné à faire du Canal Seine Nord Europe une opportunité pour le développement agricole et agroalimentaire du territoire.

Sur une emprise foncière de 2 226 ha, la Somme est le département le plus impacté par le tracé.
© D. R.



Ce n’est pas vraiment une surprise au regard de l’étendue du projet : le Canal Seine Nord Europe aura bel et bien un impact sur l’aménagement du territoire dans les départements qu’il traverse et celui de la Somme n’y fait pas exception. Sur une emprise foncière totale de 2 226 hectares, près de la moitié (45 %, soit 1 009 hectares) seront en effet prélevés dans ce département. Partant de ce constat, et suivant un principe de compensation, la profession agricole au sens large se mobilise depuis un certain temps pour trouver une manière de faire de ce projet «une opportunité pour le développement de nos territoires», expliquait Laurent Degenne, président de la FRSEA Hauts-de-France et vice-président de la Chambre d’agriculture de la Somme, la semaine dernière à l’occasion d’une réunion de travail sur le sujet à Péronne.

Trois enjeux, des dizaines d’actions
L’idée de ce travail de concertation ? Participer à la rédaction d’un projet agricole structurant pour le secteur «Somme» du Canal Seine Nord Europe – il en est de même dans les autres départements impactés - qui devra permettre de capter des financements complémentaires à l’enveloppe de 2,5 millions mobilisée par Voies navigables de France (VNF) pour «favoriser le maintien du niveau de l’activité agricole dans les zones concernées par l’ouvrage et sauvegarder l’outil de production». À partir de ce projet, des enjeux (3), des objectifs puis des actions ont d’ores et déjà pu être proposés. Les arrêter, c’est désormais la mission des comités d’orientation «Aménagement du territoire» qui réunit des acteurs locaux : Chambre d’agriculture, FDSEA, JA, syndicats locaux d’agriculteurs, représentants des propriétaires… Présidente de la Chambre d’agriculture de la Somme, Françoise Crété insiste, quant à elle, sur le besoin d’avancer de concert : «Si on veut que le Canal Seine Nord ne soit pas qu’un long tuyau qui ne fait que passer, il faut travailler tous ensemble». Travailler main dans la main entre acteurs du monde agricole doit également permettre «d’éviter les blocages», avance Laurent Degenne.

Un projet agricole structurant
Pour écrire ce plan d’actions, «on est parti d’une feuille blanche», explique Laurent Degenne. Une manière de laisser libre cours à l’expression de chaque partie prenante. À l’issue des premières réunions de concertation, trois enjeux principaux ont été identifiés : soutenir le développement des productions agricoles et faciliter l’émergence de nouvelles productions ; consolider les filières existantes et encourager les nouvelles filières ; protéger le patrimoine bâti, agricole et naturel. À chaque occasion, la méthode est la même :
«On part d’un document martyr et on amende», détaille Laurent Degenne. La semaine dernière, les participants à une nouvelle réunion étaient invités à affiner leurs propositions. Une fois le travail à l’échelle départemental achevé, une synthèse régionale sera écrite. C’est elle qui servira de base à l’établissement d’un «projet agricole structurant» qui doit être présenté au Conseil régional des Hauts-de-France ainsi qu’à la Société du Canal Seine Nord Europe ; et participera à une meilleure acceptabilité de l’infrastructure.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde