Aller au contenu principal

Une aide pour les apiculteurs en difficulté

Les professionnels régionaux de l’apiculture sont désormais éligibles au dispositif d’aide à la restructuration des frais bancaires émis par le Conseil régional des Hauts-de-France.

Pour Marie-Sophie Lesne, venue à la rencontre d’apiculteurs de la Somme le 2 juillet, ce dispositif est un «premier pas». D’autres soutiens pourraient voir le jour sous disverses formes.
Pour Marie-Sophie Lesne, venue à la rencontre d’apiculteurs de la Somme le 2 juillet, ce dispositif est un «premier pas». D’autres soutiens pourraient voir le jour sous disverses formes.
© © A. P.


La région compte 2 134 détenteurs de ruches (à partir d’une ruche) dont 2 047 apiculteurs «de loisirs» pour 15 557 colonies et 87 apiculteurs professionnels et pluriactifs pour 15 574 colonies. Notre territoire n’est pas un très gros producteur de miel (465 tonnes), mais il a de quoi se défendre en termes de qualité, notamment avec les miels de printemps (d’acacia ou de tilleul).
Néanmoins, plusieurs facteurs ont impacté le quotidien des professionnels ces dernières années.

Diverses problématiques
Les abeilles régionales peuvent être menacées : surmortalité, bouleversement climatique (canicule, gelées tardives), mais aussi une trentaine de pathogènes, prédateurs et parasites qui s’attaquent aux ruches.
Certains d’entre eux, sans doute les plus dangereux, proviennent d’autres pays, comme le frelon asiatique. Arrivés en Europe sans leur cortège de prédateurs, ils sont invasifs et difficilement contrôlables.
De plus, les vols de ruches deviennent récurrents et sont en augmentation dans les cinq départements des Hauts-de-France. Avec ces problématiques, l’impact économique peut être désastreux pour les exploitations si l’on cumule la valeur de la ruche, celle de l’essaim et le manque à gagner en termes de production. Et cela qu’il s’agisse de professionnels spécialisés dans la production de miel, de gelée royale ou de pollen, ou produisant des essaims ou des reines.

Les modalités du dispositif
Considérant l’ensemble de ces critères, le Conseil régional a décidé, le 28 juin, de rendre les apiculteurs professionnels (disposant de plus de 50 ruches) en difficulté éligibles au dispositif d’aide à la restructuration bancaire émis par la Région.
Ce fonds d’aide, doté de 2 millions d’euros, était jusqu’alors accessible aux agriculteurs ayant réalisés un audit conseil (2016-2017), aux arboriculteurs, producteurs de fruits rouges et exploitants victimes de la grêle (2017). Il donne droit à la prise en charge de 50 % des frais liés au réaménagement des encours financiers (frais liés à la garantie, relais court terme de trésorerie, modulations d’échéances…).
Les dossiers de demande peuvent être déposés dès à présent. Ils seront ensuite présentés à un comité d’engagement constitué du Conseil régional, de la chambre d’agriculture et des établissements bancaires. Le paiement de l’aide au bénéficiaire sera effectué en un seul versement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde