Aller au contenu principal

Une aide pour les petits investissements en élevage ovin

Dans le cadre du projet de filière ovine, la Région Hauts-de-France accompagne les éleveurs dans l’amélioration de leurs conditions de travail et les conditions de bien-être animal, avec une aide aux investissements inférieurs à 4 000 euros.

Amélioration des conditions de travail des éleveurs, bien-être animal, conditions de logement des animaux, amélioration du pâturage et développement des activités de vente directe font partie des objectifs recherchés par ce dispositif d'aide.
Amélioration des conditions de travail des éleveurs, bien-être animal, conditions de logement des animaux, amélioration du pâturage et développement des activités de vente directe font partie des objectifs recherchés par ce dispositif d'aide.
© François Carbonell

Les objectifs du projet de filière ovine soutenu par la Région Hauts-de-France sont multiples. Dans un premier temps, il s'agit d'améliorer les conditions de travail des producteurs... mais aussi les conditions de bien-être des animaux. Vient ensuite la volonté de renforcer la dynamique de développement de la production dans la région puis de permettre à un maximum d’éleveurs ovins d’avoir un accès aux aides sur les investissements. Du fait des difficultés d’accès au dispositif PCAE (type investissement non finançable, minimum d’investissement, complexité du dossier, ....), les éleveurs ovins n'y ont pas forcément toujours accès.

Les bénéficiaires potentiels

Pour prétendre au dispositif d'aide, les éleveurs doivent satisfaire à plusieurs critères. Le siège d’exploitation doit être situé dans les Hauts-de-France. Le demandeur t doit être assujetti à la MSA, exploitant à titre principal ou secondaire - sont exclus les cotisants de solidarité -, avoir au plus 70 ans, et disposer d’un cheptel avec les races suivantes : Berrichon de l’Indre, Berrichon du Cher, Bleu du Maine, Boulonnaise, Charmoise, Est à laine Mérinos, Finnoise, Hampshire, Ile de France, Mouton Charollais, Mouton vendéen, Romane, Romanov, Rouge de l’Ouest, Shropshire, Southdown, Suffolk et Texel. Pour les adhérents de l’AOP des Prés salés, les races Avranchin, Cotentin et Roussin sont également éligibles.

L’éleveur devra s’engager à :

  • être suivi en appui technique au minimum pendant 3 ans ; GTE, audit productivité, contrôle de performance, ou étude ou suivi de projet de création ou développement de troupeau
  • détenir au minimum 50 brebis (déclarées à l’aide ovine).

  • ne pas avoir sollicité d’aide PCAE ou Pass’Agri filière pour le même objet.

  • un seul dossier finançable par an

  • les investissements collectifs déposés par une structure ou un groupe d’éleveurs pourront aussi bénéficier de ce dispositif

Investissements éligibles

Les catégories d’investissements vont permettre de répondre à différentes problématiques : améliorer les conditions de travail des éleveurs, le bien-être animal, les conditions de logement des animaux, l’amélioration du pâturage et développer les activités de vente directe.

- Contention : couloir contention, rotonde, demi-lune, parc contention, claies, bascule, cage retournement.

- Sanitaire : pédiluve, baignoire, douche, sécateur a onglons électronique, tondeuse. - Logement bâtiment : auges, mangeoires, nourrisseurs, claies, abreuvoirs. - Gestion pâturage : clôtures fixe ou mobile, abreuvement, contention mobile.

- Autres investissements : remorques transport animaux vivants (bétaillères), ou remorques froid, logiciel gestion de troupeau, équipements de lecture des boucles.

Les cas particuliers d’investissements non compris dans la liste ci-dessus, seront examinés avec la Région par un comité de pilotage du dispositif animé par le GIE. Sont exclus les investissements ayant déjà fait l’objet d’un financement dans le cadre d’un PCAE, ou d’un Pass’agri filière de la Région, les matériels d’occasion, les matériels de renouvellement. Le taux d'aide est de 40 % maximum, pour un investissement compris entre 2 000 et 4 000 euros. Les investissements devront être réalisés dans un délai d’un an maximum après la date de décision de l’octroi de l’aide, et avant toute nouvelle demande.

Contacts : GIE Lait Viande Nord Picardie Jocelyne Machefer / Bernard Fievet : 03.22.33.69.44 ; Mail : gie.lvnp@wanadoo.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde