Aller au contenu principal

Une aide sucrée pour les apiculteurs des Hauts-de-France

la FNSEA, via un partenariat entre sa commission Apiculture et la CGB, a renouvelé pour la troisième année l’opération sucre à destination des apiculteurs et des agriculteurs détenteurs de ruches.

Déchargement de 7,2 tonnes de sucre pour les apiculteurs.
Déchargement de 7,2 tonnes de sucre pour les apiculteurs.
© AAP


L’année 2016 n’a épargné personne. Après une récolte catastrophique pour les apiculteurs, l’opération sucre a été de nouveau proposée à deux structures apicoles, le GDSA (Groupement sanitaire apicole de la Somme) et l’USAP (Union syndicale des apiculteurs de Picardie). Leurs adhérents ont pu commander du sucre à un prix préférentiel de 0,69 € /kg.
Cette année, le point de livraison des Hauts-de-France s’est fait à Ailly-sur-Noye, dans la Somme. Le cumul des commandes des différentes associations et des groupements a permis d’atteindre sept tonnes deux cents de sucre, dont cinq tonnes pour les apiculteurs picards. La distribution s’est passée rapidement dès la livraison, et a permis à chaque apiculteur de repartir avec le sucre demandé en sacs de 25 kg.
Avec ce sucre, ils pourront fabriquer du sirop ou du candi, en complément des réserves naturellement présentes dans la ruche, pour le nourrissement des abeilles pendant l’hiver et permettre aussi la relance de ponte des reines.
«Nous souhaitons aller plus loin dans ce partenariat, dit Claude Leboue, secrétaire du GDSA. L’idée serait de mettre en place des rencontres et des échanges sur d’autres thèmes comme les plantes mellifères, l’intérêt des butineurs… Des partenariats constructifs permettraient à chaque corporation de comprendre les besoins, les obligations, les appréhensions de son voisin afin que tous ensemble nous puissions agir dans l’intérêt de la planète et des générations futures.»

Le GDSA

C’est une association loi 1901 déclarée en préfecture. Sa vocation est d’aider les apiculteurs amateurs et professionnels à améliorer la conduite sanitaire de leurs ruchers. Il regroupe actuellement un peu moins de deux cents adhérents et organise des réunions techniques en salles et dans des ruchers, ainsi que des formations animées par des vétérinaires spécialisés en apiculture. Le GDSA 80 est à l’origine de la création de la section Apicole au sein de la FRGDS et travaille avec les services de la Draaf et de la DDPP sur le suivi des maladies et des prédateurs des abeilles.

Le GDSA accompagne les apiculteurs sur le choix des traitements et des médicaments disposant d’une AMM (autorisation de mise sur le marché) à utiliser et inscrits dans le PSE (plan sanitaire d’élevage) validé par la Draaf pour une durée de cinq ans, et sous la surveillance du vétérinaire conseil, Eric Neel.
Le président du GDSA est Gérard Duban, le trésorier, Gilles Morgan, le secrétaire, Xavier Dorvillez, le secrétaire adjoint en charge des relations avec les administrations, Claude Leboue. Pierre-Etienne Souart est le technicien apicole en charge des formations. Le bureau du GDSA se compose aussi de sept membres et du vétérinaire conseil, Eric Neel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde