Aller au contenu principal

Une année noire pour la lentille régionale

2021 s’avère une année désastreuse pour les lentilles. Les producteurs de la Somme, comme partout en France, craignent que les ruptures de stock favorisent l’importation. 

L’année 2021 est à oublier pour la culture de la lentille. Cette plante est pourtant avantageuse : elle pousse dans les petites terres, nécessite peu d’intrants,  peut être valorisée en circuit court…
L’année 2021 est à oublier pour la culture de la lentille. Cette plante est pourtant avantageuse : elle pousse dans les petites terres, nécessite peu d’intrants, peut être valorisée en circuit court…
© Terres Inovia

Désastreuse. Ce triste adjectif est utilisé par tous les producteurs de lentilles de la région, et plus largement de France, à l’évocation de leur récolte 2021. Dans la Somme, Emmanuel de Visme, installé à Lincheux (commune d’Hornoy-le-Bourg), cultive 6 ha de ces légumineuses depuis dix ans, et estime avoir perdu trois quarts de sa récolte. 

«La culture paraissait prometteuse jusqu’au mois de juin. La météo froide et pluvieuse a ensuite dégradé la qualité. Beaucoup de graines, arrivées à maturité, ont germé au contact de l’eau», regrette-t-il. Les quelques lentilles vertes, beluga, corail et pois chiches (c’était sa première année de production) ont triste mine. Même constat chez Emmanuel Decayeux, producteur à Hallencourt. «Je cultive 14 ha de légumineuses et, pour la première fois cette année, je n’ai rien récolté.» En plus des problèmes de qualité et des trop petits calibres, les parcelles se sont beaucoup salies, et les travaux de récolte tardifs ont été laborieux. 

Tous les deux effectuent un gros travail après récolte pour essayer de sauver un petit volume. «Les pois chiches, par exemple, présentent un gros problème de maturité. Certains sont mûrs alors que d’autres non. Je sèche, je ventile et je trie, mais je ne pense pas pouvoir en tirer quelque chose de vendable», avoue Emmanuel de Visme. Pour ces producteurs, dont la commercialisation est exclusivement basée sur le circuit court, honorer leurs commandes va être compliqué. Emmanuel de Visme vend aux particuliers, notamment via les Drives fermiers de la Somme, et aux professionnels en direct et via la plateforme Approlocal. «Il y aura très certainement une rupture de stock en cours d’année. Si nos clients ne jouent pas le jeu, la filière régionale risque d’être en danger. Nous redoutons des importations en grande quantité.»

Cette problématique est même nationale. «Les professionnels de la lentille verte ont du mal à satisfaire le marché en produits d’origine France», alerte la fédération nationale des légumes secs (FNLS, qui rassemble semenciers, courtiers, importateurs et metteurs en marché) dans un communiqué du 4 octobre. Selon l’interprofession des légumes secs (Anils, section spécialisée de Terres Univia), «les rendements ont été divisés par cinq en comparaison avec les moyennes habituelles» et la production tricolore ne pourra satisfaire «que 20 % de la demande d’un marché français particulièrement dynamique». Face au risque de «raréfaction» de la culture dans l’Hexagone, doublé d’un recours massif à l’importation malgré les tarifs «en forte hausse», l’Anils appelle les agriculteurs à s’engager dans la voie de la lentille verte. «La filière offre de nombreux avantages aux agriculteurs, parmi lesquels figure la contractualisation.»

 

Un intérêt certain

L’intérêt agronomique de la plante a, entre autres, convaincu Emmanuel de Visme à en produire à nouveau il y a dix ans. «Mon grand-père en produisait déjà après-guerre. Les lentilles permettent de valoriser mes terres séchantes, de cranettes. Elles nécessitent en plus très peu d’intrants.» Même si cette filière reste marginale pour l’exploitation, elle est aussi un moyen de se réapproprier la marge grâce à la vente en circuit court. Cette mauvaise année ne découragera pas les producteurs samariens. 

 

Roquette soucieux des tensions sur l’approvisionnement en pois

En proie à une «flambée des prix du pois», l’industriel Roquette fait valoir ses investissements dans la filière, garants selon lui d’un approvisionnement «sécurisé, sûr et durable». Le marché du pois est sous tension, à cause d’«une sécheresse exceptionnelle» au Canada, premier producteur mondial, où la production est en baisse de 45 % et les prix en hausse de 120 % sur un an, selon un communiqué du
27 septembre. «L’Europe a souffert de faibles rendements et en France, autre grand pays producteur de pois, la récolte a été gravement endommagée par le temps humide pendant la récolte», ajoute Roquette. L’industriel veut rassurer ses clients qui «peuvent compter sur nos énormes investissements». «Depuis plusieurs années, nous avons investi dans la sélection de nouvelles variétés de pois, sur les méthodes de culture et nos agronomes ont travaillé avec les agriculteurs pour assurer un approvisionnement fiable et abondant en pois de haute qualité», explique le vice-président exécutif Jeremy Burks. Son parc industriel comprend «la plus grande usine de protéines de pois au monde», à Portage-la-Prairie (Manitoba, Canada), ouverte en 2021, et celle de Vic-sur-Aisne (02),la plus grande en Europe.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde