Aller au contenu principal

Une année record pour le maïs et des inquiétudes

L’Association générale des producteurs de maïs (AGPM) a tenu son assemblée générale au Parc des Expositions de Tours les 9 et 10 novembre. La conjoncture favorable n’occulte pas les nombreux défis auxquels la filière maïs est confrontée.

La moyenne nationale pour la récolte 2021 devrait s’établir à environ  110 qx/ha et les cours atteignent environ 250 E/t, en augmentation  de près de 50 % depuis un an.
La moyenne nationale pour la récolte 2021 devrait s’établir à environ 110 qx/ha et les cours atteignent environ 250 €/t, en augmentation de près de 50 % depuis un an.
© Pixabay

Le président de l’Association générale des producteurs de maïs (AGPM), Daniel Peyraube, a rapporté une récente conversation avec un vieil agriculteur. Ce dernier lui a dit que tout au long de sa carrière, il n’avait «jamais connu une période avec des rendements aussi élevés et des prix aussi hauts». En effet, la moyenne nationale pour la récolte 2021 devrait s’établir à environ 110 qx/ha et les cours atteignent environ 250 €/t, en augmentation de près de 50 % depuis un an. Une telle conjoncture devrait, par conséquent, réjouir les producteurs de maïs qui, en 2020, avaient traversé une période difficile.

 

Rythme et délais

Cependant certains maïsiculteurs se plaignent d’une mauvaise répartition de la valeur ajoutée au sein de la filière, notamment au bénéfice des entreprises de l’aval et au détriment des producteurs. «Nous travaillons à mieux structurer les choses», a tenté de rassurer le président de l’AGPM. Les maïsiculteurs s’inquiètent surtout de la future Pac qui pourrait remettre en cause une partie de la production française de maïs. Les 500 congressistes présents ont d’ailleurs écouté de manière stoïque Pierre Bascou, directeur durabilité et aide au revenu à la direction de l’Agriculture de la Commission européenne, qui a présenté les principaux objectifs du Pacte Vert (Green Deal) et de la future Pac.

«On a limité les dégâts. Il faut voir d’où l’on partait avec les - 15 % de budget présentés en 2018 par le Commissaire Phil Hogan», a affirmé Christiane Lambert présidente de la FNSEA. «On a ferraillé sur les bonnes conditions agro-environnementales (BCAE), notamment celles qui interdisait la monoculture du maïs», a-t-elle indiqué. Sur ce dossier, la France semble avoir été bien seule. «Pas moins de 500 000 ha de maïs étaient menacés», a soutenu Daniel Peyraube. Mais la rotation est bien inscrite et la diversité des assolements est reconnue, a précisé Franck Laborde, secrétaire général de l’AGPM.

D’une manière globale, les producteurs de maïs qui nourrissent des inquiétudes sur l’article 83 de la loi Egalim (lire encadré) sont d’accord sur le principe d’un verdissement, encore faut-il savoir la manière dont il sera traduit dans le Plan stratégique national (PSN) et comment la Pac et ce PSN s’articuleront avec le Varenne de l’eau. «Ce qui pose problème dans ce verdissement, c’est le rythme et les délais», a résumé Christiane Lambert qui s’est, au passage, moquée du métalangage européen, en particulier de «l’objectif aspirationnel» de la Pac, une expression pour dire que les objectifs de la Pac ne sont pas encore inscrits dans le marbre.

 

Être compétitifs

Intervenant à distance, le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a certifié que les spécificités du maïs étaient inscrites dans le PSN et que lors de la présidence française de l’Union européenne (1er janvier au 30 juin 2022), il défendrait «la réciprocité des normes. J’en fais une priorité», a-t-il déclaré. Sur ce dernier point, les maïsiculteurs s’agacent des distorsions de concurrence sur les charges sociales, environnementales, ainsi que sur «l’accès aux molécules et à la génétique», a souligné Jean-Marc Schwartz, secrétaire général adjoint de l’AGPM. Le président de l’UFS, Claude Tabel, lui a fait écho en appelant de ses vœux que «ni la France ni l’Europe ne ratent le virage des NBT (New breeding technologies) comme elles avaient raté celui des OGM de première génération».

Ce que souhaitent aussi les producteurs de maïs, «c’est augmenter leur production et être compétitifs», a mentionné Jean-François Loiseau, président d’Intercéréales. Compétitifs, comme ils le sont dans la filière semence (lire encadré) et pour faire en sorte que l’Europe «ne reste pas la première région importatrice de maïs au monde», a rappelé Anne-Claire Vial, présidente d’Arvalis. En effet, bon an mal an, le vieux continent importe 17 millions de tonnes de maïs «avec un récent pic à 24 Mt», a-t-elle précisé.

 

Une filière semence dynamique mais…

La France est le premier exportateur mondial de semences et contribue à hauteur d’un milliard d’euros à l’excédent de la balance commerciale. Mais comme de nombreuses productions, elle fait face à la flambée des prix, qui grève le budget des exploitations. Cette année, la récolte des semences sur près de 90 000 ha (89 581 ha exactement) a pris du retard. Seules 55 % des surfaces avaient été battues. «il faut s’attendre à une baisse d’environ 7 %» de la production totale de semences maïs, a indiqué Daniel Peyraube. Même si le résultat technique est meilleur cette année (95 %) que l’an dernier (86 %), les producteurs de semences souhaiteraient qu’on leur redonne une part de la valeur ajoutée qu’ils créent et qui part, un peu trop à leur goût, dans les usines d’aval.

 

L’impact négatif de l’article 83 de la loi Egalim

Selon une enquête de l’Union française des semenciers, «plus d’un tiers des entreprises semencières envisagent une répercussion de 20 à 30 % sur le chiffre d’affaires», soit une perte globale de 330 millions d’euros à l’échelle française, si l’article 83 de la loi Egalim est appliqué en l’état. En effet, cet article interdit, à compter du 1er janvier 2020, «la production, le stockage et la circulation de produits phytopharmaceutiques contenant des substances actives non approuvées (…)». La moitié des usines de production de semences ont prévu de délocaliser leur activité. À terme, on «met en péril notre filière semencière», se sont inquiétés les dirigeants de l’UFS et de la Fédération nationale de la production des semences de maïs et de sorgho (FNPSMS). Le décret d’application n’est pas encore sorti. Les organisations professionnelles font pression sur le gouvernement pour rectifier le tir.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
«Soulagement» pour les agriculteurs futurs méthaniseurs d’Ailly-sur-Somme
Après une consultation publique houleuse, et plusieurs modifications pour tenter de contenter tout le monde, le projet d’unité de…
Poulehouse se grille avec ses partenaires
Partageant largement sur les réseaux sociaux son différend avec le groupe coopératif Noriap, sa filiale Cocorette et Œufs Nord…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Pour le sénateur Demilly, Mousline est « essentielle pour l'est de la Somme »
Le 28 octobre, le groupe Nestlé, propriétaire de la marque Mousline, a annoncé que les activités de production et de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde