Aller au contenu principal

Une application mobile pour évaluer le bien-être animal en élevage

Afin de permettre aux éleveurs des filières avicole et cunicole d’évaluer le bien-être animal en élevage, l’Itavi lancera, en avril, une application mobile. L’objectif : pousser les éleveurs à s’auto-évaluer pour faire évoluer leurs pratiques d’élevage.

L’application doit permettre à l’éleveur de poules ou de lapins de s’auto-évaluer afin d’évoluer.
L’application doit permettre à l’éleveur de poules ou de lapins de s’auto-évaluer afin d’évoluer.
© D. R.


Fin avril, l’Itavi (Institut technique des filières avicole, cunicole et piscicole) lancera une application mobile pour évaluer le bien-être animal en élevage. Elle sera disponible pour les filières de volailles de chair (en bâtiment et en plein-air), de poules pondeuses (en bâtiment et en plein air) et de lapins (maternité et engraissement). Cette application est le résultat de trois ans et demi de travail en concertation avec tous les acteurs des filières et des ONG (Welfarm et CIWF).
Ces dernières ont donné leur avis sur la méthode et les critères d’évaluation du bien-être. Une centaine de personnes ont donc été impliquées dans la construction de cet outil. Anne Richard, directrice de l’Itavi, justifie la nécessité de la création de cette application par la préoccupation quotidienne des éleveurs pour le bien-être de leurs animaux. Cette application doit leur permettre de s’auto-évaluer afin d’évoluer. Elle a aussi été pensée pour être simple d’utilisation, peu chronophage (une évaluation doit prendre moins d’une heure), fiable et complète. La fiabilité des critères a bien été vérifiée, il s’agissait d’un point important pour l’institut technique.

Redonner la main aux éleveurs
L’éleveur pourra ainsi évaluer le comportement et la santé de ses animaux. En élevage de volailles de chair, il devra, par exemple, renseigner la taille du bâtiment, l’homogénéité des lots, les comportements des animaux (bain de poussière, picage agressif, étirement des ailes, les animaux boiteux, etc).
Les différents critères doivent être observés dans trois zones pour le comportement et dans deux zones pour le sanitaire. Une fois le questionnaire rempli et tous les critères renseignés, l’éleveur aura accès à ses résultats par le biais de notes et de scores. Il aura ainsi la possibilité de savoir sur quels domaines il a encore des marges de progrès et ceux sur lesquels il a déjà de bons résultats. Avec les scores, il pourra également se comparer aux autres éleveurs de son organisation de producteurs utilisant cette application.

Des formations
Pour Isabelle Bouvarel, directrice technique et scientifique de l’Itavi, il s’agit bien, avec cette application, de pousser les éleveurs vers une démarche de progrès, de leur redonner la main sur la question du bien-être en élevage en leur permettant de s’auto-évaluer. Afin de bien utiliser cette application, des formations seront organisées, dans un premier temps pour les techniciens et, ensuite, pour les éleveurs volontaires. De grands opérateurs, comme LDC et Terrena, ont déjà montré leur intérêt pour cet outil.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde