Aller au contenu principal

Une campagne déjà tachée par le mildiou

Inquiets sur les conséquences que le mildiou pourra avoir sur la future récolte de pommes de terre, producteurs et organisations professionnelles s’interrogent sur les possibilités qui leur seront offertes à l’avenir pour garantir des approvisionnements en qualité et en quantité. 

Si les conditions de plantation des pommes de terre de la récolte 2021 ont été globalement «bonnes», «depuis le mois de juin, la pression mildiou est forte», rapporte M. Dequeker.
© C.Haccart—CA59/62

«Celui qui dit qu’il n’a pas de mildiou dans ses parcelles, c’est le signe qu’il n’y a pas mis les pieds depuis un petit moment…» A quelques jours de l’assemblée générale de l’association «Producteurs pour Aviko» - elle avait lieu avant-hier, mercredi 25 août -, son président Alain Dequeker ne mâchait pas ses mots vis-à-vis d’une situation sanitaire qu’il qualifie d’exceptionnelle. «On est dans une campagne compliquée, fatigante avec les difficultés rencontrées dans un certain nombre de productions et la pomme de terre ne fait pas exception». Si les conditions de plantation des pommes de terre de la récolte 2021 ont été globalement «bonnes», «depuis le mois de juin, la pression mildiou est forte», rapporte M. Dequeker. La faute, non pas à des excès de pluviométrie, mais à l’association de températures fraîches et une hygrométrie importante. Pour le président de l’association «Producteurs pour Aviko», cette campagne rappelle celles de «2007, 2016», «mais à cette époque-ci, la pression était retombée. Cette année, on est parti pour l’avoir jusqu’au bout…» Conséquence de cette situation «pas courante», le défanage de certaines parcelles a été anticipé. Les efforts des producteurs pour maîtriser la propagation de la maladie sont quant eux importants… et coûtent chers. 

Un peu de répit

Installé à Vraignes-en-Vermandois (80), Arnaud Chombart était plus serein ce mecredi 25 août qu’il ne l’a été au cours des dernières semaines : «C’est clair, explique-t-il, la situation a été très tendue à un moment donné. Heureusement que la météo s’est améliorée. Le mildiou n’aime pas le temps sec et desséchant, ce qui permet de limiter la casse en ce moment». Dans la Somme, les conséquences au champ seraient variables d’un terroir à l’autre : «Malheureusement, plus on est proche du littoral, plus c’est compliqué». S’il reconnait l’efficacité des moyens qui ont été mis en œuvre par les producteurs en termes de protection fongicide, Arnaud Chombart est inquiet pour les années à venir si une situation comparable à 2021 venait à se reproduire : «Le risque de s’engager dans des programmes de protection phytosanitaire ambitieux est de ne plus être dans les clous de certains cahiers des charges, explique-t-il. Quand on entend certains industriels annoncer leur volonté de réduire drastiquement l’utilisation des solutions de synthèse dans les prochaines années, on peut s’interroger…» Moins de phytos à l’avenir peut-il être compensé par la sélection variétale ? «C’est une piste, poursuit le producteur samarien. Mais en sélectionnant des variétés résistantes au mildiou, est-ce qu’on ne va pas sacrifier d’autres critères ?» 

L’UNPT tire la sonnette d’alarme 

Le 24 août, c’est l’Union nationale des producteurs de pommes de terre (UNPT) qui sonnait elle aussi le tocsin. Dans un communiqué, l’organisation fait elle aussi le constat d’une «pression maladie jamais observée» auparavant ; laquelle est à l’origine d’une «hausse significative des coûts», notamment de protection des cultures. Elle demande ainsi aux décideurs politiques de «faire preuve de pragmatisme pour que nous disposions, aujourd’hui comme demain, de solutions innovantes pour lutter contre le mildiou et les nouveaux risques liés aux changements climatiques».  Car si rien n’est fait «à l’horizon de cinq ans», les producteurs de pommes de terre seront «dépourvus», d’après l’UNPT. Malgré le mildiou, la récolte 2021 de pommes de terre de conservation est estimée par l’organisation «entre 6,4 et 6,9 millions de tonnes», avec des rendements situés dans la moyenne 2016-20.

En fécule, une situation globalement maitrisée 

Sans surprise, les parcelles de pommes de terre destinées à la transformation féculière ont elles aussi touchées : «C’est évident, un grand nombre de parcelles, pour ne pas dire 100%, ont une présence de mildiou», expliquait en ce milieu de semaine Thibaut Ricour, ingénieur-conseil à la coopérative de Vecquemont. Malgré cela, «on ne relève pas de situations gravissimes parce que nous avons la chance d’utiliser des variétés tolérantes, voire résistantes, et des producteurs attentifs à bien protéger leurs parcelles. Cela coûte cher, mais c’est le prix à payer (…), estime Thibaut Ricour. On arrive à plutôt bien gérer la situation, même si le contexte est compliqué. L’idéal serait d’avoir encore 10 à 15 jours de beau temps pour assainir la situation dans les champs». Si le démarrage de l’usine de Vecquemont est prévu le 13 septembre prochain avec des premiers arrachages «autour du 5 septembre», le «gros» des opérations se déroule en général «courant octobre», avec des défanages qui n’interviendront que quelques jours avant la récolte.

Pour une protection fongicide efficace, «éviter les trous dans la raquette»

Au sein de la station expérimentale d’Arvalis-Institut du végétal d’Estrées-Mons, la progression du mildiou reste scrutée avec beaucoup d’attention, confiait en ce début de semaine, Anaïs Toursel : «Comme les semaines précédentes, on reste en présence d’un certain nombre de parcelles avec des symptômes importants et des situations difficiles à gérer avec une pression qui reste élevée». Après avoir constaté ces symptômes sur le feuillage, un nouveau risque est désormais bien réel, celui de voir des spores de Phytophtora infestans descendre dans les buttes et contaminer les tubercules. Pour contrer cela, «il faut continuer de mener une stratégie curative en associant Proxanil et Ranman top, puis d’intervenir dans les 3 à 4 jours qui suivent avec une solution associant Ranman et Cymbal 45», préconise-t-on chez Arvalis. L’institut technique rappelle, concernant cette dernière solution, qu’une dérogation concernant le nombre d’applications de produits à base de cymoxanil a été obtenue le 3 août dernier. Elle permet ainsi de porter à 10 le nombre d’interventions du produit Cymbal 45, «dans un programme comportant au maximum 10 applications de produits à base de cymoxanil par saison sur une même parcelle», jusqu’au défanage complet de la parcelle. En ce qui concerne le défanage justement, que certains producteurs ont anticipé pour «limiter la casse», Anaïs Toursel considère que «cela ne fera pas tout… Le défanage a un effet sur le développement de la maladie puisqu’on détruit la végétation, mais on ne peut pas encore le faire pour toutes les variétés et pour tous les débouchés». D’une manière générale, Arvalis continue de recommander une stratégie fongicides «sans trous», avec l’apparition d’une autre limite : celui du nombre d’applications autorisées pour un certain nombre de produits…
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Pour Frédéric Thomas, «le couvert est presque la culture la plus difficile à réussir».
Devenir un carbon farmer grâce à la couverture permanente des sols
Comment injecter plus de carbone dans les sols et d’azote pour la culture ? En intensifiant la photosynthèse, et donc, en misant…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde