Aller au contenu principal

Une campagne encourageante pour les carottes Noriap

Les premières carottes produites pour Noriap sont sorties de terre le 12 octobre, et la commercialisation débutait trois jours après. Celle-ci n’est pas terminée, mais les feux sont au vert.

Les carottes sont surtout produites dans les terres profondes du Santerre, favorables à la longue conservation.
Les carottes sont surtout produites dans les terres profondes du Santerre, favorables à la longue conservation. 
© Pixabay

16 ha pour 1 200 t brutes de carottes ont été récoltés pour la coopérative Noriap, pour la première année cette automne. Aujourd’hui, la campagne n’est pas terminée, puisqu’il reste environ un tiers des volumes dans les réfrigérateurs de la coopérative, mais l’optimisme est palpable. «Les prix sont corrects et, à cette époque de l’année, nous avons une vraie carte à jouer, car nous sommes plus ou moins les seuls sur le marché», assure Émilie Volpoët, chargée de développement cultures légumières chez Noriap. 

Une petite partie des carottes sont cultivées dans les terres sableuses de la Baie de Somme, propices aux variétés précoces. Mais la majeure partie se situe dans les terres profondes du Santerre, plus favorables aux légumes de longue conservation. «En février et en mars, les gros bassins de production ont écoulé tous leurs volumes. C’est une opportunité, car les mois d’hiver sont ceux où la carotte est la plus consommée.» La commercialisation, réalisée par le prestataire Kultive, devrait se poursuivre jusqu’au mois d’avril. Les producteurs seront alors informé de leur rémunération, basée sur un prix moyen de campagne. 

 

Forte concurrence entre bassins

Au niveau national, selon les dernières estimations d’Agreste, les surfaces implantées en carottes pour le marché du frais ont été stables en 2020 par rapport à la campagne précédente et ont atteint les 8 064 ha. La production nationale est estimée à
305 065 tonnes, stable par rapport à l’année précédente. En commercialisation, les prix ont été soutenus après le premier confinement. Début octobre, un emballement des ventes a été ressenti tout comme à l’annonce du deuxième confinement, mais contrebalancé par la fermeture des restaurants et la baisse de consommation en restauration collective. Le marché est resté poussif en décembre en raison d’une forte concurrence entre bassins de production.

 

Délicate gestion des adventices

Côté production, la carotte primeur a été marquée par des difficultés de gestion des adventices et des perturbations dans les semis en lien avec le climat. La carotte de saison a subi les affres de la canicule estivale. À l’automne, la météo favorable au développement de la carotte a permis un meilleur calibre. La gestion des adventices et la pression sanitaire ont été importantes, ce qui a fragilisé la qualité. Dans tous les bassins, les pluies de décembre ont ralenti les arrachages.

Celles de Noriap n’ont en revanche pas souffert de problème de qualité. Fin mai, les une trentaine d’hectares seront cette fois semés, dont 85 % dans le Santerre et 15 % en Baie de Somme. «On dépasse le stade échantillon, mais la surface reste restreinte, malgré la demande forte de nouveaux producteurs, car nous voulons pouvoir maîtriser parfaitement toutes les étapes», note Émilie Volpoët. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Les productions ne manquent pas dans le territoire de la CC2SO. Les équipes (ici Alain Defosse, président,  et Delphine Damay, en charge du PAT), misent sur le plan alimentaire pour booster la consommation de produits locaux, levier du «bien manger». 
Plan alimentaire à la CC2SO : belle opportunité pour les agriculteurs
Le plan alimentaire territorial qu’a initié la CC2SO prend forme. L’objectif principal est le «bien manger», indispensable à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde