Aller au contenu principal

Une campagne fructueuse pour la plupart des agriculteurs de la région

Pour bénéficier rapidement d’une analyse économique de la campagne céréalière locale, le Groupe Carré a recours à son enquête Experts céréales, réalisée auprès de quarante agriculteurs, soit un peu plus de 1 400 ha. Le négoce livrait son résultat ce 15 septembre.  

Les performances technico économiques auraient compensé la hausse des prix des intrants de 20 %.
Les performances technico économiques auraient compensé la hausse des prix des intrants de 20 %.
© A. P.

Avec 103 quintaux de rendement et une marge brute de 208 €/t, soit 2 144 €/ha (en moyenne), on peut qualifier 2022 de bonne campagne de blé 2022. C’est en tout cas les chiffres qui ressortent de l’enquête Experts céréales du Groupe Carré. «Nous menons cette enquête chaque année pour bénéficier d’une analyse économique rapide. Cette année, 40 agriculteurs ont répondu à nos questions, pour 146 parcelles soit 1 433 ha, répartis sur toute notre zone de collecte», présente Philippe Touchais. Le directeur innovation et développement précise tout de même : «Ces résultats peuvent faire sursauter certains d’entre vous car, si la moyenne est bonne, l’hétérogénéité des rendements était élevée cette année. Des agriculteurs ont subi des résultats bien en-dessous.»

Plusieurs critères sont passés au peigne fin. Celui des coûts de production, qui font grincer les dents des céréaliers, en font partie. «Ils s’élèvent à  135 €/t, soit 3 € de plus qu’en 2021.» Les performances technico économiques auraient compensé la hausse des prix des intrants de 20 %. «Beaucoup sont aussi parvenus à répercuter cette hausse avec une bonne stratégie d’achat et d’apport. Moins de fumure a été apporté quand la parcelle présentait un bon précédent, par exemple.» 

Ce coût est composé à 26 % par les charges mécaniques. «Ceux-ci ont été calculés via les itinéraires culturaux des agriculteurs, selon la technique du travail du sol (labour, TCS, semis direct) et le nombre de passages (engrais, traitements). On y a intégré les tarifs du barème d’entraide, avec hausse de 20 % sur le matériel, et un prix moyen du GNR à 1,4 €/l. Les déplacements moyens entre la ferme et la parcelle de 10 km, ainsi que des temps morts représentant 10 % des travaux, ont été considérés», justifie Philippe Touchais. 

 

Quelle parcelle type ?

La parcelle type de cette enquête 2022 fait près de 10 ha de bonne terre (limon ou limon argileux), semée au 22 octobre avec une variété type Chevignon à 120 kg/ha. Pas de labour pour les trois quarts des parcelles, au moins un déchaumage pour 65 %, un semis avec rotative pour 17 % et 5 % avec un faux semis. 190 unités d’azote ont été apportés en moyenne en quatre apports (mixte azote liquide et ammonitrate). Deux passages d’herbicide ont été réalisés à l’automne, ainsi qu’un insecticide, un régulateur, deux fongicides, et un biocontrôle ou biostimulant. Résultat : un rendement à un peu plus que 100 qx/ha, à 11 de protéine et 81 de PS. 

«Les précédents blé sur blé, maïs grain, betteraves arrachées tardivement et endives ont donné les moins bons rendements et les plus hauts coûts de production», note Philippe Touchais. Le choix de la date de semis a été déterminant. «Les semis avant le 15 octobre ont offert un gain de performance, et ceux après le 1er novembre ont permis une réduction des IFT.» Le choix de la variété a aussi joué. «Positiv, LG Audace et LG Appolo ont donné les meilleurs rendements. La marge nette a suivi.» Les OAD, eux, ont confirmé leur intérêt. «Ils ont permis d’ajuster la dose d’azote à 5 kg/ha près, ce qui aboutit à + 4 qx/ha et une économie de 9 €/ha de phyto.» La tendance a été aussi positive pour les biostimulants, avec 8 qx/ha de plus et 300 €/ha de marge nette supplémentaire.

 

Primordiale fertilisation 

La fertilisation, justement, a été un point clé de la campagne. «On peut retenir que l’azote ne se raisonne pas en dose unique. L’optimum est dans la parcelle et les stratégies de fractionnement se questionnent.» Celles d’apports limités, à moins de 185 U, ont bien fonctionné en deux ou trois apports mais entraînent généralement des taux de protéine faibles. Celles d’apports élevés, à plus de 200 U, ont marché en bonne terre et très bonne terre avec des charges d’engrais maîtrisées (250 à 350 €/ha).  Les agriculteurs du panel n’ont cependant pas été tous logés à la même enseigne quant au prix des engrais (x2 ou x3 selon les produits), mais n’ont pas pour autant opté pour des stratégies d’impasse, de fractionnement ni de différenciation des engrais. 

Et en 2023, à quoi faut-il s’attendre ?
«Selon nos estimations, il faudra encaisser la facture des engrais multipliée par deux, une augmentation de 20 % des prix des phyto et des semences, et de 15 % des autres charges. Mais les prix de vente devraient rester hauts», projette Philippe Touchais. Si les rendements étaient correct, la marge brute serait réduite mais «resterait confortable», autour de 1 600 €/ha.
Pour le Groupe Carré, les agriculteurs doivent intégrer ces nouveaux chiffres des coûts de production, même s’ils peuvent faire peur. «Il y avait avant l’explosion des prix. Il y a maintenant. C’est une réalité qui est partie pour devenir la norme. Il faut changer de cadre de référence.»

 

La parcelle exemplaire

C’est quoi, la «parcelle au top», qui ressort de cette enquête Experts céréales ? «Il y a tout d’abord de bonnes bases», avoue Philippe Touchais. Comprenez par là une parcelle de 7,5 ha en moyenne, en bonne terre, avec précédent pommes de terre ou protéagineux, semée au 17 octobre avec une variété type Positiv à 100 kg/ha. «Il y a ensuite une stratégie d’intrants maîtrisée.» Pas de labour, 160 à 200 U d’azote en trois apports. Deux passages d’herbicide, 0,5 régulateur, deux fongicides et 15 €/ha de biostimulant. Les agriculteurs du top 5 ont aussi utilisé des équipements et OAD, comme une station météo, une station de traitement d’eau, des AOD ferti ou un appui terrain, «pour un pilotage fin des interventions». 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Dans certaines régions de production, les conditions d’arrachage et de stockage ont été perturbées par les conditions  météorologiques, obligeant planteurs, usines et coopérative à s’adapter.
Les trois raisons d’une rémunération «jamais atteinte» pour les betteraviers de Tereos

Le groupe coopératif sucrier Tereos a annoncé fin de semaine dernière une rémunération «jamais atteinte» des betteraves à ses…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde