Aller au contenu principal

Une campagne rondement menée à l’usine SLS de Roye

La campagne betteravière doit se terminer avec un peu d’avance ce 31 janvier, à la sucrerie Saint Louis Sucre de Roye. Bonne régularité de l’usine et betteraves en quantité marquent cette année. 

La sucrerie de Roye bénéficie d’investissements «à court et moyen terme», pour développer d’avantage son activité. 
La sucrerie de Roye bénéficie d’investissements «à court et moyen terme», pour développer d’avantage son activité. 
© SLS

Avec 92 t à 16° (betterave entière), le rendement prévu à la sucrerie Saint Louis Sucre de Roye donne le sourire aux équipes. «Nous retrouvons un chiffre dans la moyenne cinq ans, hors année 2020, et ça fait du bien», se réjouit Thomas Nuytten, directeur betteravier. La campagne a débuté le 28 septembre et devrait se terminer ce 31 janvier, avec trois ou quatre jours d’avance, «grâce à la bonne régularité de l’usine». 

Tous les feux sont donc au vert. «Nous pouvons tout d’abord être satisfaits de la campagne betteravière, après une année 2020 très impactée par la jaunisse.» Un épisode de gel en avril a dû être accusé, et Saint Louis Sucre (SLS) accompagnait les planteurs obligés de resemer avec une garantie de semis. La forte pression cercosporiose, surtout début septembre, a ensuite dû être prise au sérieux. Le manque de luminosité et la pluviométrie ont, eux, induits un niveau de richesse plutôt moyen. «Mais il faut savoir apprécier le résultat tout à fait honorable», rappelle Thomas Nuytten. 

L’usine samarienne de SLS peut ensuite se targuer d’une très bonne campagne industrielle, due «à sa maintenance optimisée et à la préparation d’intercampagne». Des investissements importants ont été réalisés ces dernières années : rénovation de l’atelier de cristallisation du sucre, nouveau lavoir pour un process facilité, nouvelle cour à betteraves… «En 2021, l’investissement majeur a été dédié à la partie évaporation. Nous avons ainsi réalisé une économie d’énergie de 25 %.» La décarbonation du site royen se poursuit. Cette campagne était la dernière à nécessiter de lignite (charbon) pour la déshydratation des pulpes. «En 2022, cet atelier fonctionnera entièrement au gaz.» 

 

Nouveau contrat… 

Enfin, les niveaux de prix du sucre à la hausse réjouissent toute la filière. Une conjoncture idéale pour l’entrée en vigueur, dès 2022, des nouveaux contrats de betteraves de Saint Louis Sucre, pour une «sécurisation et une meilleure visibilitédu revenu betteravier». «Il s’agit de faciliter la trésorerie des planteurs», assure Thomas Nuytten. Pour rappel, 100 % des betteraves seront désormais payées au prix minimum garanti, fixé en fonction du prix du sucre. «Nous basons notre calcul sur le prix moyen d’octobre N à février N+1 inclus, communiqué par l’UE pour la Région 2.» Pour un prix de référence du sucre de 400 €/t, le prix minimum garanti payé aux planteurs est donc fixé à 25,31 €/t à 16° forfait collet, soit 23,54 €/t à 16° betteraves entières (BE). 

Les paiements seront effectués selon le schéma suivant : un acompte en campagne de 14,50 €/t à 16° BE est versé le 10 du mois suivant la livraison, soit 15,60 €/t à 16° en forfait collet. Un deuxième acompte de 9,04 €/t à 16° BE est versé le 15 mars, «ce qui correspond au paiement de 100 % du prix minimum garanti (soit 9,71 /t à 16° en forfait collet), dont les pulpes et indemnités», est-il précisé. Le solde sera versé le 30 juin. «Celui-ci sera négocié chaque année en commission de répartition de la valeur», précise le directeur betteravier.

 

… et plus de surfaces

Avec ce nouveau contrat, SLS espère bien séduire les planteurs et pouvoir développer ses surfaces dès 2022. «Après une restructuration, nous engageons un nouveau développement industriel, avec des investissements importants à court et moyen terme», annonce Thomas Nuytten.
2 000 ha de plus pourraient être emblavés dès 2022 pour les sucreries de Roye et d’Étrépagny. «Nous avons un objectif de 135 jours de campagne, et nous pouvons augmenter nos capacités journalières.»

 

Mont Blanc, toujours plus loin

C’est en expérimentant que l’on trouve les solutions. C’est tout l’objet du programme agronomique Mont Blanc du groupe Südzucker, déployé en France par sa filiale Saint Louis Sucre depuis 2013. Il s’agit d’un panel d’outils spécialement dédiés aux agriculteurs pour les aider à améliorer leurs rendements. «Une centaine de planteurs de l’usine de Roye sont inscrits dans ce programme», précise Thomas Nuytten. Plusieurs thèmes y sont abordés, comme la comparaison variétale (dont la comparaison d’une variété témoin avec une variété Cerco+, tolérante à la cercosporiose), des essais de semis en strip-till, des couverts d’interculture dans un but de production de biomasse et d’amélioration de la fertilité organique des sols, des plantations de haies et de bandes fleuries pour accroître la biodiversité… Le réseau mise aussi sur les innovations robotiques. Trois robots Farmdroid (un acheté par SLS, deux autres en location) seront à l’action en période de semis dans les secteurs de Roye et d’Étrepagny. Ce robot commercialisé par Stecomat est dit «le premier entièrement automatique au monde capable de prendre en charge à la fois le semis et le contrôle mécanique des mauvaises herbes.»
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde