Aller au contenu principal

Une conserverie qui se visite, se déguste... et s’achète

À l’extérieur du petit village d’Argoules, la Conserverie Saint-Christophe raconte l’histoire de la conserverie, sa propre histoire et vend en direct depuis peu sur place dans une boutique flambant neuve ses fabrications de viande, volailles, gibier ou encore poissons aux touristes en balade dans la baie de Somme.

Si la technique de fabrication de conserves alimentaires peut être qualifiée d’ancienne, voire d’ancestrale, l’activité de la Conserverie Saint-Christophe est belle et bien moderne. Le signe ? le fait d’avoir ouvert au public depuis quelques temps ses ateliers de fabrication et depuis récemment de vendre directement ses produits à des consommateurs auxquels on aura proposé auparavant de découvrir l’univers de la conserverie. En cette fin de période estivale - les visites ont lieu les mardis et jeudi à 11 h -, plusieurs groupes de visiteurs en balade dans la Somme se sont laissé séduire par la pause gourmande. Tantôt une dizaine, jusqu’à quarante participants, ils sont installés à leur arrivée sur place dans une salle de réception équipée de bancs et d’un vidéo-projecteur. L’immersion dans la Conserverie Saint-Christophe peut débuter. Un film de huit minutes retrace l’histoire de l’entreprise familiale, toujours artisanale. On y fait la connaissance d’Eric Van Oost, débarqué de Belgique sur la côte picarde, évoquant ses débuts dans les années 1980 en tant que vendeur itinérant de poulets rôtis. C’est en 1990 qu’il décide de donner un tournant à sa carrière professionnelle en créant à Argoules, dans un corps de ferme, une conserverie. L’atelier des débuts s’étend sur 80 m2 et finira détruit par un incendie en 2006. La famille Van Oost décide alors de rester à Argoules, reconstruit, et «repart d’une feuille blanche».

Cuisinés comme à la maison

Voilà pour l’histoire de l’entreprise. Si elle captive, il n’y a pas d’illusion à avoir sur la motivation profonde des visiteurs. En couple, seul ou en famille, ce qu’ils veulent avant tout, c’est voir et sentir. «Ici, c’est la qualité avant tout» vante Simon Van Oost, l’un des fils du fondateur et chargé de l’activité «commerce». «On est là pour montrer la qualité de nos produits», détaille celui qui assure la mission avec «amusement». Ces produits, quels sont-ils ? Des produits typiquement des Hauts-de-France, bien entendu - velouté d’aster, salicornes au vinaigre, pot’je vlees, terrine de mouton pré-salé, carbonade flamande, pâté de canard d’Amiens… -, comme d’autres recettes plus exotiques «en fonction de nos goûts, de nos inspirations ou de voyages». «C’est la cuisine de la maison, avec une qualité maîtrisée. On fait par exemple nos fonds de sauce nous-mêmes», vante M. Van Oost. 

Une gamme de 80 références

Pour savoir comment ces recettes sont élaborées, direction l’atelier de fabrication. Pas un, mais deux en réalité, séparés par un couloir vitré qui permet la visite depuis 2017, et évite aux visiteurs de devoir «enfiler une tenue de cosmonaute» : d’un côté, l’espace «préparations crues» ; de l’autre, l’espace «préparations cuites». Le sourcing de ces dernières privilégie autant que possible l’origine locale, exemples à l’appui : «le maquereau vient de Boulogne-sur-mer, les salicornes sont de la baie de Somme. Idem pour le mouton…», souligne le maître des lieux. Si certaines recettes auront besoin d’être réchauffées pour être dégustées, d’autres sont «prêtes à être servies». Le principe de la conserve par stérilisation permet une longue conservation, sans avoir besoin d’ajouter conservateurs ou colorants. Le matériel utilisé reste de taille modeste : «Je n’aime pas le terme “usine”. Nous sommes dans un atelier», précise Simon Van Oost. «Pour les rillettes à l’ancienne, la cuisson dure sept heures. Le désossage de la viande se fait à la main. Pour les tripes de bœuf, il faut compter onze heures, c’est ce qui leur donne le moelleux», ajoute-il. Tout cela n’empêche pas l’entreprise de réaliser de bons chiffres. Fonction des recettes travaillées, entre 1 500 et 5 000 pots sont fabriqués par jour. La Conserverie Saint-Christophe emploie vingt salariés, dont douze rien que pour la partie «production». La suite du parcours conduit dans l’espace «conditionnement et expéditions». On y apprend alors à lire une étiquette, et la traçabilité. La Conserverie Saint-Christophe compte près de quatre-vingt références dans sa gamme, y compris des produits bios ; une gamme que l’on peut retrouver chez près de cinq cent revendeurs à travers la France. Une à deux nouveautés s’ajoutent chaque année. «Quand on crée une nouvelle recette, cela démarre toujours dans la cuisine», sourit Simon Van Oost. La cuisine, ce lieu de convivialité où les touristes qui auront fait étape dans la boutique fraîchement aménagée - on y trouve aussi une mini exposition sur l’histoire de la conserverie alimentaire avec explications et antiquités -, déposeront aussi les quelques pots qu’ils se seront offerts.

Un savoir-faire au service des autres

La Conserverie Saint-Christophe ne se contente pas de réaliser et de commercialiser ses propres recettes. Elle a en effet la particularité de mettre ses installations et son expérience à disposition d’autres en réalisant des fabrications à façon : «Nous transformons pour des maraîchers, des éleveurs de porc, de bœuf, des pisciculteurs…, explique Simon Van Oost. Et c’est quelque chose que nous cherchons à développer». Le travail à façon représente aujourd’hui 20 % de l’activité.  La conserverie peut ainsi accompagner un porteur de projet en mettant simplement des produits en conserve à partir d’une recette personnelle, ou en développer une autre «en fonction de votre région, de vos envies», poursuit M. Van Oost. La formule plait parce qu’elle est justement simple : «Il suffit de nous envoyer les produits bruts et nous les rendons prêts à la commercialisation, avec un numéro d’agrément CE et une DLUO (date limite d’utilisation optimale) de trois ans». Fonction des attentes, cette fabrication est réalisée dans des pots en verre de type «weck» ou «twist off», d’une contenance de 140 ml à 1062 ml. Le mieux pour connaître les autres conditions et l’étendue des possibilités de fabrication ? «C’est de venir visiter pour découvrir où nous sommes installés et le monde de la conserverie», sourit le responsable commercial de l’entreprise.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde