Aller au contenu principal

Une exploitation pensée pour les abeilles

Voilà cinq ans qu’Édouard Lesueur, polyculteur, éleveur bovin et ovin, est également apiculteur. Aujourd’hui, l’assolement de son exploitation est pensé pour nourrir les abeilles, et des investissements sont en cours.

Il y a six ans, une récolte de colza catastrophique a été le déclic pour Édouard Lesueur, installé à Cavillon, à l’ouest d’Amiens. «Un ami apiculteur m’a dit “si tu veux que la culture soit rentable, arrête d’acheter des produits chimiques et investis dans des ruches“. Il y a cinq ans, j’ai donc commencé avec dix ruches.» Les deux premières années, le test s’est révélé concluant. «J’ai réservé une parcelle témoin pour comparer avec la parcelle avec ruches : même date de semis, même itinéraire cultural… Résultat ? Sept quintaux de plus en présence d’abeilles, et une économie de 100 /ha de fongicides et d’insecticides.» Plus de rendements, moins de traitement et une récolte de miel en prime. «J’avais tout à gagner avec les ruches !»

L’agriculteur, aussi éleveur bovin et ovin, s’est pris de passion pour ces insectes butineurs. «Quand je suis aux ruches, je ne réponds pas au téléphone. Je ne pense qu’aux abeilles. Je suis déconnecté de tout !» Après une formation auprès de l’Usap (Union syndicale des apiculteurs picards), Édouard a investi dans des livres sur la gestion des colonies et a beaucoup expérimenté. «C’est en forgeant qu’on devient forgeron», rit-il. Il a aujourd’hui fait de l’apiculture une véritable diversification. Il gère cent-cinquante ruches, et a récolté un peu plus de deux tonnes de miel l’année dernière, commercialisé sous sa marque «L’abeille butine, l’homme tartine». Il ne compte pas s’arrêter là.

L’objectif est d’atteindre deux-cent-cinquante ruches pour pouvoir créer un emploi à sa conjointe, Coralie, actuellement conjointe-collaboratrice. La construction d’un bâtiment de 480 m2 est en cours, pour pouvoir y installer une chaîne d’extraction du miel, le stockage du matériel et l’accueil des clients. Un investissement total de 241 000 € HT, nécessaire au développement de l’activité. «Nous vendons en direct, et le marché est loin d’être saturé», assure-t-il. Coralie et Édouard fourmillent d’idées pour diversifier davantage leur offre. «Nous pensons, par exemple, à la production d’hydromel, de vinaigre et de bonbons au miel. Ça serait aussi l’occasion de proposer d’autre produits de la ferme, comme de la farine de sarrasin.»

 

Des cultures mellifères, en veux-tu, en voilà 

La conduite de l’exploitation a été entièrement repensée pour l’activité apicole. «Je cultive 220 ha en tout, dont 90 ha pour ma sœur. Les 20 ha de colza ne peuvent pas suffire à nourrir toutes les abeilles, toute la saison. Je me suis donc orienté vers de nouvelles cultures mellifères.» La présence de SFP (Semences fourragères de Picarde, Noriap), à Longpré-les-Corps-Saints était l’opportunité à saisir. Environ 50 ha de cultures à destination de la multiplication de semences sont implantées : trèfle violet, luzerne, phacélie, sarrasin et féveroles. Une triple valorisation, puisqu’en plus des semences et des abeilles, une première coupe est valorisée en fourrage pour les vaches et les moutons. Près de 3 ha de jachères fleuries ont également été semées. Le maïs fourrager est lui aussi butiné. «La floraison de toutes ces espèces est étalée dans la saison, donc les abeilles trouvent toujours de quoi se nourrir.»

Édouard et Coralie parviennent à gérer les pics d’activités des ruches avec ceux du reste de l’exploitation. «Un salarié travaille principalement en plaine et mes parents donnent toujours un bon coup de main», précise Édouard. La période la plus chronophage est le printemps. «D’avril à juin, les abeilles sont en pleine activité et les essaimages sont nombreux. Il faut réussir à les gérer pour ne par perdre les ruches.» Les récoltes, elles, sont plutôt bien tombées jusqu’ici. «On parvient à en faire une avant la moisson et une après», note Coralie. La principale difficulté de l’activité est la sensibilité des insectes aux conditions météos. «Cette année, le printemps froid n’a pas du tout été favorable. Nous avons fait la première extraction le 29 mai, alors qu’il s’agissait du 4 mai l’année dernière. Nous avons récolté quatre fois moins de miel !» L’an dernier, la très bonne récolte de printemps a néanmoins compensé la faible production d’été, à cause de la sécheresse. Les années se suivent mais ne se ressemblent pas lorsqu’on travaille avec la nature. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde