Aller au contenu principal

Mobilisation
Une forte mobilisation contre la réforme de la PAC

A l’appel de leurs syndicats locaux, FNSEA et JA du grand bassin parisien ont pris la route vendredi dernier pour les uns vers Paris, les autres vers Le Havre, Évreux, Melun ou encore Caen, Alençon, Laon, Reims et Troyes. Des rencontres avec les parlementaires avaient également lieu dans certains départements.

Manifestation
© FDSEA 51

Sous l’étendard « France, veux-tu toujours de tes paysans ? » et « Sauve ton paysan », ils ont commencé leurs opérations escargot et dressé de nombreux barrages filtrants sur les routes sur l’autoroute A6 au niveau de Corbeil, sur la RN 20 à Étampes, sur la RN12 à Montfort l’Amaury, sur l’A13 à Maule, en direction de Paris et sur la route nationale 104 « La Francilienne » vers Villiers-le-Sec. Les autres se sont rassemblés pour converger les centres-villes et les préfectures.

Une perte de 80 euros par ha

Tous ont manifesté leur mécontentement sur les intentions de la Commission européenne et aussi du Gouvernement, à travers le Plan stratégique national (PSN) « d’imposer de nouvelles contraintes (…) et des normes supplémentaires qui nous feraient perdre le tiers des aides PAC que nous avons aujourd’hui », a indiqué Alix Heurtaut, secrétaire générale JA Ile-de-France. Or ces aides constituent pour beaucoup une part importante de leurs revenus. Beaucoup s’inquiètent de devoir répondre à de nombreuses conditions agroécologiques avant de toucher le moindre centime.  « On arrive à un niveau de bureaucratie jamais atteint aujourd’hui et la PAC nous fera perdre environ 80 euros par hectare. Ça va être très compliqué de s’en sortir (…) Aujourd’hui c’est un premier coup de semonce », a averti David Vallée, président de la section FDSEA de Saint-Arnoult/Dourdan au micro de BFM TV-Paris. « Si on continue dans cette voie-là, il n’y aura plus d’agriculteurs en France et les Français se nourriront avec de l’alimentation venant de l’extérieur et moins saine que celle que l’on produit aujourd’hui », a ajouté Alix Heurtaut.

Soutiens politiques

« On a décidé de mener une action syndicale à l’échelle du grand bassin parisien. On a l’ambition d’adresser un message à Emmanuel Macron en guise d’avertissement », a renchéri Damien Greffin, président de la FNSEA Grand bassin parisien.

Les actions ont revêtu différentes formes : au Havre, ce sont 11 bennes de déchets en tous genres (souches d’arbres, betteraves et pommes de terre pourries, pneus…) qui ont été déversées devant la sous-préfecture. A Lille, dans le Nord, les agriculteurs ont pu s’entretenir directement avec le préfet ou le sous-préfet, représentant l’État dans le département, pour faire remonter leurs revendications. Les manifestations ont reçu le soutien de nombreux élus aussi bien à travers les réseaux sociaux qu’en présentiel. C’est ainsi que le président du Sénat, Gérard Larcher, vétérinaire de profession, s’est rendu sur place, aux côtés de Damien Greffin.

Dans la Somme, FDSEA et JA ont invité les parlementaires à venir échanger dans les locaux de la Maison des agriculteurs – les députés François Ruffin (LFI), Emmanuel Maquet (LR), les sénateurs Stéphane Demilly (UDI) et Laurent Somon (LR) se sont succédé pendant la matinée – ou en visio, à l’image du député Jean-Claude Leclabart (LREM).

L’action a semble-t-il porté ses fruits puisque le président de la FNSEA Île-de-France a décroché un rendez-vous avec le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, dans la semaine du 5 au 9 avril. En fin de matinée, les agriculteurs ont commencé à regagner leurs exploitations.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Les Garages François, une histoire de famille
Les Garages François, c’est l’histoire d’une entreprise familiale avec une grande vocation, celle de servir et de satisfaire ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde