Aller au contenu principal

Communication
Une Miss France vegan perd son rôle d’ambassadrice des… fruits et légumes

L’ouverture de la saison légumes primeurs d’Alsace s’est faite cette année sans son ambassadrice de charme, Delphine Wespiser, ex-Miss Alsace et Miss France 2012. L’Interprofession Fruits & Légumes d’Alsace (IFLA) lui reproche en effet son veganisme affiché et met fin à leur collaboration.

Delphine Wespiser
Delphine Wespiser participant à la promotion de la fraise d'Alsace, une image qui appartient désormais aux souvenirs.
© Inteprofession des fruits et légumes d'Alsace (IFLA)

Depuis qu’elle a été couronnée Miss France 2012, l’alsacienne Delphine Wespiser a profité de la notoriété attachée à son titre (et de son charme, il faut l’admettre aussi), pour multiplier les cachets : chroniqueuse dans un programme de divertissement à la télévision, personnage mystique dans une émission d’aventure ou encore ambassadrice des fruits et légumes de sa région natale… les occasions de la croiser sont nombreuses. Toutefois, en ce qui concerne sa dernière mission, on a appris il y a quelques jours de nos confrères de France Bleu Alsace que la collaboration entre Delphine Wespiser et l’Interprofession Fruits & Légumes d’Alsace (IFLA) pour la promotion des fruits et légumes produits dans cette région se terminera « en juin 2022 ».

Delphine Wespiser
Delphine Wespiser a été élue Miss Alsace avant de décrocher la couronne de Miss France 2012.
© Interprofession des fruits et légumes d'Alsace (IFLA)

Autrement dit, après qu’il a été constaté l’absence de l’ex-miss pour la présentation à la presse de la nouvelle campagne des légumes primeurs d'Alsace, le président de l’IFLA, Pierre Lammert en a expliqué les raisons à France Bleu : « On a tourné une page, à certains moments, elle ne cadrait plus vis à vis des autres productions agricoles. L'élevage c'est aussi important dans le paysage alsacien ». « Ce sont des raisons professionnelles, agricoles », a encore défendu M. Lammert.

Ce que l’interprofession reproche à sa désormais ex-ambassadrice n’est donc pas son soutien affiché à Marine Le Pen pendant la campagne présidentielle sur le plateau de « Touche pas à mon poste », mais ses habitudes de consommation… vegan et son militantisme pour les droits des animaux en utilisant par exemple son image pour l’association Peta.

Delphine Wespisser
Prêter son image à une association animaliste où à une organisation de défense des intérêts des agriculteurs, il faut choisir...
© PETA France

Quant à l’IFLA, de quoi s’agit-il ? « Depuis 18 ans, l’Interprofession Fruits & Légumes d’Alsace (IFLA) réunit autour d’une même table les producteurs, distributeurs (GMS), grossistes et transformateurs alsaciens », peut-on lire sur son site web. L’organisation revendique un statut « unique en son genre en France » et de « spécificité alsacienne qui a toujours fait du dialogue une source d’action ». Et d’ajouter que « l’Alsace est un des seuls territoires français où les surfaces de production de fruits et légumes sont en augmentation ».

Selon les chiffres de l’IFLA, la culture des fruits et légumes en Alsace concerne 5 000 hectares, cultivés par environ 700 exploitants. On estime à 4 000 le nombre d’emplois directs générés par la filière fruits et légumes en Alsace, pour un chiffre d’affaires annuel de 100 millions d’euros.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Tereos paiera ses betteraves 2022-23 «au moins autant que les concurrents»
Ce 9 juin, comme chaque année, la coopérative sucrière Tereos conviait les journalistes à une conférence de presse annuelle,…
Cristal Union avance un prix de betteraves très en hausse
En conférence de presse ce 13 juin, les dirigeants de la coopérative Cristal Union ont annoncé que les betteraves 2022 (en terre…
Compte tenu des annonces de prix pour les deux prochaines campagnes, l’usine  de Vecquemont devrait être approvisionnée en pommes de terre fécule sans trop de difficultés, même si des surfaces restent à trouver chez les producteurs  du grand nord de la France.
La Coopérative féculière de Vecquemont sauve «son» usine
Face à un industriel (Roquette) qui n’entendait pas revaloriser le prix d’achat de pommes de terre destinées à la transformation…
Dany, le bouilleur ambulant, est à cheval sur la paperasse : la législation est stricte.
L’alambic des établissements Charpentier sillonne encore la campagne
Il y a bien longtemps que le bouilleur ne fait plus bouillir la marmite des établissements Charpentier, basés à Beauquesne.…
Une partie de la Somme en vigilance sécheresse
Ce 16 juin, la préfecture de la Somme a annoncé le placement en vigilance sécheresse des bassins-versants de l’Avre et de la…
Groupe Carré
Le Groupe Carré gagne un peu plus la Somme
Le négociant en grains historiquement installé en Nord-Pas de Calais a inauguré le 21 juin une plateforme dédiée à la collecte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde