Aller au contenu principal

Coopération
Une nouvelle tête pour mettre en œuvre la stratégie de Tereos

Tereos vient d'annoncer la nomination de Ludwig de Mot en qualité de président du directoire du groupe coopératif. Il succède à Gwenaël Elies qui avait lui-même succédé à Philippe de Raynal nommé après un changement à la tête du conseil de surveillance en décembre dernier.

tereos
Ludwig de Mot est le nouveau président du directoire du groupe coopératif Tereos depuis le 5 avril 2022.
© Tereos

Il est le troisième à prendre la présidence du directoire du groupe coopératif Tereos (betteraves, cane, luzerne, pommes de terre, céréales) depuis l’élection à la tête du conseil de surveillance de Gérard Clay, en décembre 2020. Mardi 5 avril, Tereos a en effet annoncé que « le conseil de surveillance de Tereos a désigné Ludwig de Mot en qualité de président du directoire ». Ludwig de Mot succède à Gwenaël Elies, qui a exercé la fonction par intérim en même temps que d'autres fonctions entre février 2022 et aujourd’hui ; de dernier reste néanmoins dans le groupe puisqu’il a désormais la charge des finances, des systèmes d’information, du juridique, du fiscal et des ressources humaines.

Conseil de surveillance et directoire, quelles différences ?

Chez Tereos, le conseil de surveillance est composé de 23 membres parmi les 12 000 associés coopérateurs. Il a la responsabilité de nommer le président du directoire et valide la stratégie et les grands arbitrages financiers qui lui sont proposés par le directoire. Il fixe également le prix des matières premières agricoles et le niveau de distribution du résultat. Le directoire, quant à lui, propose au conseil de surveillance les orientations qu’il estime nécessaires pour le bien de l’entreprise et l’intérêt des associés coopérateurs. Il en assure ensuite la mise en œuvre avec le comité de direction, les managers et l’ensemble des équipes des directions opérationnelles et fonctionnelles du groupe.

Un passé dans l’industrie

« L’arrivée de Ludwig de Mot va permettre d’accélérer la transformation du groupe coopératif et poursuivre l’amélioration de ses résultats financiers tout en déployant sa stratégie de transition énergétique », précise l’entreprise Tereos. Avant de rejoindre le groupe Tereos, Ludwig de Mot a exercé « depuis plus de 25 ans » diverses fonctions dans le secteur industriel, en tant que « président et membre du comité exécutif » d’entreprises telles que « McBride (produits d’entretien), Lhoist (minéraux et production de chaux) et SCA Packaging (industrie forestière) », rapporte Tereos.  Ingénieur civil en génie électromécanique de l’université de Louvain, il est également diplômé de plusieurs programmes de l'Institut européen d'administration des affaires (management).

Redresser la barre

En prenant la présidence du conseil de surveillance, Gérard Clay avait fait part de sa volonté de « reconstruire » le groupe coopératif et sa stratégie pour les prochaines années. L’une de ses premières décisions avait été d’écarter le petit-fils du fondateur du groupe, Alexis Duval, de la présidence du directoire pour le remplacer par Philippe de Raynal. M. de Raynal avait été nommé le 18 décembre 2020 avec pour mission « d’améliorer l’efficacité opérationnelle du Groupe sur tous ses métiers ». Un objectif à atteindre par la recherche « d’une meilleure performance commerciale ainsi qu’une grande maîtrise des coûts de production et des frais généraux ». Le 7 février dernier, il quittait l’entreprise Tereos, laissant ses fonctions à Gwenaël Elies, « dans l’attente de l’arrivée d’un nouveau dirigeant ». 

Si le conseil de surveillance de Tereos saluait à cette date le travail de Philippe de Raynal, le même conseil de surveillance entend redresser la barre plus vite : « Au cours des 12 derniers mois et sous l’impulsion de Philippe de Raynal, Tereos a mis en place une nouvelle stratégie qui a permis d’engager résolument le Groupe sur la voie du redressement financier. La phase qui s’ouvre désormais doit permettre de délivrer les priorités opérationnelles attendues à court et moyen terme grâce à une exécution plus agile et ciblée », indiquait Tereos en février dernier.  Néanmoins, selon Gérard Clay, « beaucoup reste à faire pour restituer à Tereos la place qui lui revient, et le prochain président du Directoire aura pour mission d’approfondir cette dynamique. » Ce nouveau président du directoire est désormais connu et il sait ce qu’il l’attend.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Lors de la campagne 2021-2022, 1,8 million de tonnes de betteraves ont été transformées par l'usine Sainte-Émilie durant une campagne de 115 jours.
Cristal Union revient sur son prix de 30 € pour 2022-2023
Contrairement à ce que le groupe coopératif avait annoncé en décembre dernier, le prix de la tonne de la prochaine campagne ne…
Drive Lact'Union
Les Abbevillois peuvent acheter du lait « vraiment d’ici »
Sur son site d’Abbeville, le groupe coopératif Lact’Union a ouvert le 27 avril un drive au grand public pour lui permettre d’…
Marc Fesneau
Marc Fesneau pour remplacer Julien Denormandie à l'Agriculture au gouvernement ?
Les discussions pour la constitution du premier gouvernement de la Première ministre Elisabeth Borne se poursuivent.
Festival agriculture picardie maritime
Abbeville prépare aussi son édition des « retrouvailles »
D’ici vendredi soir, les installations pour l’accueil du dixième Festival de l’agriculture en Picardie maritime devraient être…
L’augmentation mécanique du Smic impactera les minima conventionnels de la production agricole et des Cuma présentés ci-dessous à compter du 1er mai. 
Nouvelle grille des salaires au 1er avril 2022
Une nouvelle grille des salaires est parue au 1er avril 2022 (IDCC 7024). Une prochaine augmentation du Smic est aussi…
Aurélie Thaureau et Nicolas Portois (FDC 80) entourant Jean-Philippe Hermant, l’un des utilisateurs réguliers de la barre d’effarouchement en dépôt dans le canton d’Ailly-sur-Noye.
Faire place nette de gibier avant la fauche
Les cinq fédérations des chasseurs des Hauts-de-France ont investi l’an dernier dans l’achat de barres d’effarouchement qu’elles…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde