Aller au contenu principal

Une «offre coordonnée» pour reprendre le groupe Doux

Le tribunal de commerce de Quimper prendra sa décision le 16 juillet.

Doux
© Réussir - Pascal Le Douarin

Le 5 juillet, les principaux industriels de la filière avicole ont déposé une « offre coordonnée » pour la reprise du groupe volailler Doux en redressement judiciaire. Les principaux industriels de la filière en font partie : Terrena, Triskalia pour les coopératives, Duc, LDC pour les sociétés privées, Glon-Sanders, filiale de Sofiprotéol avec sa branche aliments du bétail et aviculture.

Dans le cas d'une acceptation du plan coordonné, « chacun prendra ses responsabilités de gestion » expliquait Philippe Tillous-Borde, conseiller du président de Sofiprotéol. « Il ne s'agit pas d'un consortium au sens d'une holding mais d'une offre coordonnée » insistait Philippe Tillous-Borde. Mais « cette offre est structurante » pour la filière qui doit réduire son déficit commercial correspondant à 42 % de la consommation.

L'administrateur judiciaire Maître Régis Valiot a évoqué pas moins de sept offres de reprises. Et de citer, surprise, des offres émanant d'entreprises participant à celle menée par Sofiprotéol. LDC, Tilly-Sabco et Terrena sont sur une liste où figurent aussi Daviet, Cavac Ciab, Financière Turenne Lafayette, LDC, Sofiprotéol, Tilly-Sabco et Terrena. Explication : « l'offre coordonnée » de Sofiprotéol est surtout une « coordination d'offres » qui, pour indivisible qu'elle soit, n'empêche pas que certains membres puissent faire leur propre proposition à l'administrateur judiciaire pour s'assurer l'attribution de tel ou tel actif.

Peu après cette annonce, le ministère du redressement productif, dirigé par Arnaud Montebourg, faisait savoir que « aujourd'hui, le compte n'y est pas dans les offres qu'on a, de manière générale ». « Nous de mandons aux repreneurs potentiels d'améliorer leur offre », poursuivait-on de même source. Le problème posé est celui du démantèlement : «Toute solution qui séparerait les actifs des sites n’est pas envisageable», insistait l’entourage d’Arnaud Montebourg.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde