Aller au contenu principal

Une partie du muguet 2020 pourrait rester au champ

Alors que la récolte de la clochette blanche a débuté dans le bassin nantais, de nombreux doutes subsistent encore sur les volumes qui pourront être écoulés. Les ventes chez les fleuristes et grossistes semblent d’ores et déjà perdues. Une partie de la récolte pourra être commercialisée par la grande distribution qui écoule habituellement la moitié des volumes. Mais même là, les tendances ne sont pas bonnes. Les ventes enregistrées jusqu’à présent sont en baisse de 30 % pour ce segment de distribution. «Il peut y avoir des commandes jusqu’à la fin de semaine, après c’est fini», analyse Patrice Verron, conseiller technique muguet au sein du centre départemental de développement maraîcher (CDDM). Faute de commande, les producteurs laisseront le muguet au champs afin de minimiser les pertes. La récolte et le conditionnement d’un brin de muguet représente 70 % de son coût de production. L’aspect main-d’œuvre n’a lui pas posé problème. «Les équipes étaient complètes avant la récolte, il n’y a pas eu nécessité de faire appel aux volontaires inscrits sur internet» déclare Patrice Verron. Pour éviter les contacts lors de la récolte, les producteurs envisagent de travailler avec une équipe toutes les deux ou trois bandes et des cloisons ont été installées sur les calibreuses en salle de conditionnement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde