Aller au contenu principal

Une partie du muguet 2020 restera au champ

Étendue au 11 mai, la période de confinement englobe désormais la très courte période de commercialisation du muguet. Seuls les volumes vendus à la grande distribution qui représente 50 % des débouchés, ont commencé à être récoltés. Les milliers de brins destinés aux fleuristes et grossistes pourraient bien rester aux champs.

Les milliers de brins destinés aux fleuristes et grossistes pourraient bien rester aux champs cette année en raison du confinement lié à l’épidémie de Covid-19.
Les milliers de brins destinés aux fleuristes et grossistes pourraient bien rester aux champs cette année en raison du confinement lié à l’épidémie de Covid-19.
© D. R.

Si la production de légumes commence à trouver ses marques en cette période de confinement, les maraîchers nantais doivent faire face à la commercialisation d’un produit dont la saisonnalité ne laisse pas droit à l’erreur : le muguet.
En effet, 80 % de la production française de cette fleur vendue le 1er mai sont réalisés dans le bassin nantais. Pour les exploitations pratiquant cette culture, elle peut représenter de 5 à 25 % du chiffre d’affaires annuel. Alors que la cueillette avait débuté le 15 avril, le prolongement du confinement jusqu’au 11 mai remet en cause la récolte sur une partie des surfaces cultivées. «Les frais de personnel pour le ramassage et le conditionnement représentent 70 % du coût de production d’un brin de muguet. Ce serait de la folie de récolter sans avoir de commande au préalable», explique Patrice Verron, conseiller technique muguet au sein du Comité départemental de développement maraîcher (CDDM) de Loire-Atlantique. En conséquence, seuls les producteurs qui livrent à la GMS et qui ont des commandes fermes ont débuté la récolte. Ce sont essentiellement les volumes habituellement destinés aux fleuristes, grossistes et mandataires à Rungis qui posent problème.
«Comme ils sont fermés, on ne sait pas s’ils pourront vendre ou non le 1er mai. Mais s’il n’y a pas de commande avant la fin de semaine, ce sera terminé», constate le conseiller du CDDM. Concernant la GMS, tous les volumes ne sont pas assurés non plus. Pour ce débouché qui représente habituellement la moitié de la commercialisation du muguet, les commandes sont en retrait de 30 %.

Une organisation de travail revue
En cette période de confinement, la récolte du muguet pose un problème sanitaire eu égard au nombre de saisonniers présents dans les champs et dans les locaux de conditionnements. Pour faire face à cette situation, les maraîchers nantais ont modifié leur organisation de travail. «Heureusement les planches de muguet font 1,4 m, cela permet plus facilement de garder une distanciation de 1,5 m en évitant les vis-à-vis, explique Patrice Verron. Pour éviter les contacts entre équipes, certains producteurs ont mis au point une récolte toutes les deux à
trois bandes».
Pour le travail sur les calibreuses, une réflexion avec le fabricant a permis d’installer des cloisons entre chaque poste. Sur certaines exploitations, seule une calibreuse sur deux fonctionnera mais sur des temps plus loin avec des rotations d’équipes.
Selon le conseiller du CDDM, le recrutement des nombreux saisonniers n’a pas posé de problèmes. Cette année, la récolte du muguet était en adéquation avec les vacances scolaires. Les équipes étaient complètes et les producteurs n’ont pas eu à faire appel aux volontaires inscrits pour aider le secteur agricole.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde