Aller au contenu principal

Une partie du muguet 2020 restera au champ

Étendue au 11 mai, la période de confinement englobe désormais la très courte période de commercialisation du muguet. Seuls les volumes vendus à la grande distribution qui représente 50 % des débouchés, ont commencé à être récoltés. Les milliers de brins destinés aux fleuristes et grossistes pourraient bien rester aux champs.

Les milliers de brins destinés aux fleuristes et grossistes pourraient bien rester aux champs cette année en raison du confinement lié à l’épidémie de Covid-19.
Les milliers de brins destinés aux fleuristes et grossistes pourraient bien rester aux champs cette année en raison du confinement lié à l’épidémie de Covid-19.
© D. R.

Si la production de légumes commence à trouver ses marques en cette période de confinement, les maraîchers nantais doivent faire face à la commercialisation d’un produit dont la saisonnalité ne laisse pas droit à l’erreur : le muguet.
En effet, 80 % de la production française de cette fleur vendue le 1er mai sont réalisés dans le bassin nantais. Pour les exploitations pratiquant cette culture, elle peut représenter de 5 à 25 % du chiffre d’affaires annuel. Alors que la cueillette avait débuté le 15 avril, le prolongement du confinement jusqu’au 11 mai remet en cause la récolte sur une partie des surfaces cultivées. «Les frais de personnel pour le ramassage et le conditionnement représentent 70 % du coût de production d’un brin de muguet. Ce serait de la folie de récolter sans avoir de commande au préalable», explique Patrice Verron, conseiller technique muguet au sein du Comité départemental de développement maraîcher (CDDM) de Loire-Atlantique. En conséquence, seuls les producteurs qui livrent à la GMS et qui ont des commandes fermes ont débuté la récolte. Ce sont essentiellement les volumes habituellement destinés aux fleuristes, grossistes et mandataires à Rungis qui posent problème.
«Comme ils sont fermés, on ne sait pas s’ils pourront vendre ou non le 1er mai. Mais s’il n’y a pas de commande avant la fin de semaine, ce sera terminé», constate le conseiller du CDDM. Concernant la GMS, tous les volumes ne sont pas assurés non plus. Pour ce débouché qui représente habituellement la moitié de la commercialisation du muguet, les commandes sont en retrait de 30 %.

Une organisation de travail revue
En cette période de confinement, la récolte du muguet pose un problème sanitaire eu égard au nombre de saisonniers présents dans les champs et dans les locaux de conditionnements. Pour faire face à cette situation, les maraîchers nantais ont modifié leur organisation de travail. «Heureusement les planches de muguet font 1,4 m, cela permet plus facilement de garder une distanciation de 1,5 m en évitant les vis-à-vis, explique Patrice Verron. Pour éviter les contacts entre équipes, certains producteurs ont mis au point une récolte toutes les deux à
trois bandes».
Pour le travail sur les calibreuses, une réflexion avec le fabricant a permis d’installer des cloisons entre chaque poste. Sur certaines exploitations, seule une calibreuse sur deux fonctionnera mais sur des temps plus loin avec des rotations d’équipes.
Selon le conseiller du CDDM, le recrutement des nombreux saisonniers n’a pas posé de problèmes. Cette année, la récolte du muguet était en adéquation avec les vacances scolaires. Les équipes étaient complètes et les producteurs n’ont pas eu à faire appel aux volontaires inscrits pour aider le secteur agricole.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Dans certaines régions de production, les conditions d’arrachage et de stockage ont été perturbées par les conditions  météorologiques, obligeant planteurs, usines et coopérative à s’adapter.
Les trois raisons d’une rémunération «jamais atteinte» pour les betteraviers de Tereos

Le groupe coopératif sucrier Tereos a annoncé fin de semaine dernière une rémunération «jamais atteinte» des betteraves à ses…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde