Aller au contenu principal

Une première moisson comme elle vient

Qu’est-ce qui se passe dans la tête d’un jeune agriculteur au moment d’aborder la récolte du travail de plusieurs mois ? La réponse de Guillaume Coudeville, installé depuis novembre 2020 à Neufmoulin.

Guillaume Coudeville s’est installé l’an dernier sur une ferme de polyculture-élevage à Neufmoulin. S’il connait déjà bien le métier, il effectuait cette année sa première récolte en tant que chef d’exploitation.
© V. F.

On l’attendait impatient, voire nerveux, mais c’est plutôt avec une maturité comparable à celle de ses blés que Guillaume Coudeville engageait vendredi 13 août sa deuxième journée de moisson. Être aux commandes d’une moissonneuse-batteuse ou d’un tracteur n’est pas à proprement parler une nouveauté pour ce fils d’agriculteur, mais à la différence des précédentes moissons, c’est en tant qu’agriculteur nouvellement installé qu’il l’a engagée. A 22 ans, Guillaume est à la tête d’une exploitation de 75 hectares, sur la commune de Neufmoulin, entre Abbeville et Saint-Riquier. Après avoir été salarié de cette ferme de polyculture-élevage pendant un an, l’occasion de la reprendre s’est présentée. Son parcours est relativement classique : un Bac pro CCGEA au lycée agricole du Paraclet suivi d’un CS machinisme au lycée de Savy-Berlette. Se retrouver à élever des vaches laitières ne lui était donc «pas forcément destiné», s’amuse-t-il. «Sur une ferme comme celle-là, avec des pâtures situées dans une zone de marais, il n’y a pas forcément grand-chose à faire à part cela», estime-t-il. La chance qu’il a eue, c’est aussi d’avoir repris «un bâtiment fonctionnel et des installations aux normes». C’est donc naturellement qu’il s’est pris au jeu et continue l’atelier lait. Installé seul, il pratique l’entraide avec son père installé sur la commune de Brucamps, à une quinzaine de kilomètres.

Déçu par le rendement 

En termes d’assolement, là encore, du classique : une vingtaine d’hectares de blé, autant de maïs, 5 hectares de pommes de terre, 5 autres de betteraves et le reste en prairies. Guillaume a récolté ses premiers épis le 12 août. Pressé ? «Pas plus que cela, assure-t-il. On attendait que ce soit bon. Je n’avais pas envie de battre des parcelles humides juste pour y aller…» Le jeune agriculteur a débuté par «des petites parcelles», avec un rendement compris entre 70 et 85 quintaux, en fonction des types de sols. Déçu ? «Un peu oui… L’an dernier, on a fait 100 quintaux de moyenne. Cette année, ce ne sera pas extraordinaire». Mais reste la satisfaction quand même d’avoir quelque chose à récolter : «C’est un soulagement de voir le résultat de ce qu’on a semé quelques mois plus tôt. C’est une façon de voir aussi si on a bien fait les choses». 

Des journées bien remplies 

Pour sa première journée, le jeune homme est monté au volant de sa moissonneuse-batteuse à 13h30 pour n’en sortir qu’au milieu de la nuit. Entre-temps, une panne est venue ralentir la progression du chantier. La machine est une New Holland TX66, équipée d’une barre de coupe de 6 mètres. Son âge ? Guillaume ne le sait pas vraiment, «mais ce qui est sûr, c’est qu’elle est plus vieille que moi (…) Au final, nous n’avons pu battre que 16 hectares contre la vingtaine qu’on voulait faire…», raconte-t-il. Le lendemain après-midi, il a fallu y retourner pour quelques heures, entre deux averses et après avoir réalisé un check-up de la machine : plein de carburant, soufflage, graissage. Une fois récolté, le blé est en partie livré au silo d’une coopérative le jour même, tandis qu’une partie de la récolte sera stockée à la ferme pour une livraison en novembre.
Une fois la moisson terminée, Guillaume sait déjà que les journées d’été resteront bien remplies : ramassage de paille, épandage de fumier, semis des colzas… «Ensuite, explique-t-il, on va rapidement arriver dans le semis des Cipan, la récolte des pommes de terre, aux ensilages de maïs». Sans oublier l’engagement quotidien auprès du troupeau laitier. Un travail, qui en l’occurrence, occupe le jeune agriculteur toute l’année, 7 jours sur 7. «Oui, c’est vrai, au final, on n’arrête jamais, mais ce n’est pas un problème. C’est le métier qui veut cela, mais si on s’organise bien, on peut s’en sortir», conclut Guillaume qui trouve encore le temps d’exercer des responsabilités au sein du réseau cantonal des Jeunes agriculteurs. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Les Grandes Gueules
Comme le monde agricole, les chasseurs ont désormais leur « Grande Gueule »
Pour faire partie du casting, il faut en avoir... de la gueule. L’émission radiophonique de débat d'actualité a dévoilé ce lundi…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde