Aller au contenu principal

Une première réussie pour les “Cafés de l'agriculture”

Le “Printemps de l'agriculture” qui s'est déroulé du 25 mai au 2 juin a été l'occasion pour des agriculteurs, coopératives ou autres organismes d'ouvrir leurs portes au public.

© AAP

Une cinquantaine de manifestations se sont déroulées en Picardie du 25 mai au 2 juin à l’occasion du Printemps de l’agriculture orchestré par le Conseil régional de Picardie. Agriculteurs, coopératives ou encore organismes de formation agricoles ont pour l’occasion ouvert leurs portes au public.
Des "Cafés de l’agriculture" ont aussi eu lieu pour la première fois. «Les manifestations du Printemps de l’agriculture proposaient logiquement des visites sur site. Nous avons souhaité avec les «cafés» permettre aux agriculteurs et citoyens de débattre de l’agriculture dans un autre lieu que l’exploitation agricole», explique Luc Delas, directeur de la chambre régionale d’agriculture de Picardie, à l’initiative de ces cafés avec le Conseil régional. Le principe : autour d’un verre, un ou plusieurs agriculteurs viennent parler avec leurs concitoyens de leur métier et de ses évolutions, partagent leurs réalités du quotidien et les questions qu’eux-mêmes se posent sur ce que sera l’agriculture de demain.
Cinq cafés se sont ainsi déroulés :
- le 28 mai au Kimbo Café Brasserie à Amiens, avec Christophe Buisset, agriculteur à Aveluy (Somme),
- le 29 mai au Crofter’s à Abbeville, avec Daniel Roguet, agriculteur à Bouttencourt (Somme),
- le 29 mai au restaurant Le Bouchon à Compiègne, avec Hervé Ancellin, agriculteur à Bienville et Bernadette Bréhon, éleveur à Pimprez (Oise),
- le 30 mai au Kiosque de la Gare à Beauvais, avec Hélène Beaudoin, agriculteur à Villers-sur-Auchy (Oise),
- le 31 mai à la Brasserie du Théâtre à Saint-Quentin, avec Laurent Cardon, agriculteur à Bellicourt, Jean-Yves Bricout, agriculteur à Grugies (Aisne), en présence d'Anne Ferreira, vice-présidente du Conseil régional de Picardie.
Les échanges ont été riches et passionnés, toujours dans la compréhension mutuelle et la convivialité. D’ailleurs, à Abbeville, un des participants a conclu le débat avec ces mots : «Nous avons des intérêts communs et nous sommes d’accord sur les problèmes fondamentaux. L’objectif est de rapprocher les agriculteurs et les consommateurs pour avancer et évoluer plus vite». Des échanges fructueux, à renouveler lors de prochains "Cafés de l’agriculture".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde