Aller au contenu principal

Une production française de plus en plus diversifiée

Les amidonniers français, qui consacrent chaque année 2 à 3 % de leur chiffre d'affaires à l'investissement dans la R&D, indiquent une production en hausse de 1,8 % et une diversification des débouchés.

En hausse de + 1,8 % en 2018, la production d'amidon fait vivre 700 000 hectares de surfaces agricoles.
En hausse de + 1,8 % en 2018, la production d'amidon fait vivre 700 000 hectares de surfaces agricoles.
© Gabriel Omnès

L'amidonnerie française se porte bien : avec 3 Mds E de chiffre d'affaires en 2018 et 3,2 Mt d'amidon produite, elle reste de loin la première en Europe, a rappelé Marie-Laure Empinet, présidente de l'Union des syndicats des industries des produits amylacés et de leurs dérivés (Usipa), le 1er octobre, avant l'Assemblée générale annuelle de l'organisation. En hausse de + 1,8 % en 2018, la production d'amidon fait vivre 700 000 hectares de surfaces agricoles, principalement du maïs (400 000 ha) et du blé (250 000 ha), mais également des pommes de terre et des pois (25 000 ha chacun).
La dernière campagne, difficile pour le maïs, a eu pour conséquence une augmentation de la part d'amidon de blé (+ 8 %, 46 % des volumes produits) qui passe devant l'amidon de maïs (- 12 %, 45 % des volumes). Dans la répartition des matières agricoles utilisées en amidonnerie pour la campagne 2018-2019, le blé tendre est majoritaire (2,6 Mt, 46 %) et devrait augmenter de + 0,7-0,8 % en 2019-2020 selon les prévisions de l'Usipa. Le maïs représente 35 %, soit 2,13 Mt en 2018-2019, une quantité qui pourrait atteindre 2,2 Mt en 2019-2020. Les pommes de terre pèsent pour 18 %, et la sécheresse de l'année limite les possibilités de prévisions pour la campagne à venir, les rendements risquant d'être très hétérogènes, indique l'Usipa.

Croissance des protéines végétales
En 2018, la création de valeur s'est faite dans la diversification, indique également l'Usipa. Ainsi, entre 2012 et 2018, la production d'amidon est passée d'une part de marché en France de 52 % à 43 %, tout en restant stable en volume. La part de marché des glucoses est elle aussi en baisse (- 22 % en volume). En revanche, les produits à haute valeur augmentent, comme les maltodextrines (qui passent de 8 % de parts de marché en 2012 à 12 % en 2018) et le gluten (qui passe de 6 % à 8 %). «Face à une croissance annuelle supérieure à 15 % par an sur le marché vegan/végétarien/flexitarien en France, et avec des progressions à l'échelle mondiale estimées à 40 % d'ici 2030, les protéines végétales en alimentation humaine représentent un réel potentiel de croissance et d'innovation», rappellent les amidonniers, en attente de la sortie imminente du plan protéines. L'Usipa souhaite notamment que le plan protéines permette le développement de la production de protéagineux, et la mobilisation de moyens pour encourager la recherche en matière de process et de recettes, et faciliter le passage à la mise en production d'innovation.
L'Usipa voit également d'un bon oeil le projet de loi actuel sur l'économie circulaire, même si l'organisation estime qu'il «pourrait avoir plus d'ambition et donner plus d'importance à la circularité de la biomasse», indique Thomas Gauthier, délégué général de l'Usipa.
Le syndicat continue en tout cas à communiquer sur ses métiers et sur les utilisations multiples et méconnues de l'amidon. Le succès de la journée «l'Amidon en fête», dont la première édition a eu lieu l'année dernière, a logiquement engendré une deuxième édition qui sera cette fois étendue à tout le végétal, dans le cadre d'une manifestation européenne : «le Végétal en fête - Beyond starch». La journée française aura lieu le 27 novembre, sous le haut patronage du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde