Aller au contenu principal

Une qualité de blé qui ouvre des marchés

FranceAgriMer se montre optimiste pour la campagne commerciale céréalière 2019-2020 malgré la vive concurrence des pays de la mer Noire sur le marché mondial.

Les blés tendres français atteignent en 2019 des poids spécifiques (PS) exceptionnels qui offrent à cette campagne
la deuxième meilleure performance des vingt dernières années après 2015.
Les blés tendres français atteignent en 2019 des poids spécifiques (PS) exceptionnels qui offrent à cette campagne
la deuxième meilleure performance des vingt dernières années après 2015.
© © D. R.



L’enquête qualité des blés 2019 menée par FranceAgriMer et l’institut Arvalis, présentée le 11 septembre à l’issue du conseil spécialisé grandes cultures de l’organisme public, confirme les premières estimations optimistes du mois d’août. Pour le blé tendre, les analyses révèlent notamment des poids spécifiques (PS) exceptionnels, avec une moyenne nationale à 79,5 kg/hl, soit la deuxième meilleure performance des vingt dernières années après 2015. En ce qui concerne les teneurs en protéines, la moyenne hexagonale s’établit à 11,5 %. Ajoutons à ce tableau une teneur en eau moyenne de 12,1 % qui devrait garantir de bonnes conditions de conservation et des indices de chute de Hagberg à un très bon niveau, avec 92 % des volumes collectés au-delà des trois cents secondes.

82 % des blés tendres de bonne qualité meunière
Sur le plan de la qualité technologique, la force boulangère atteint également un bon niveau à 186 en moyenne. Le rapport moyen ténacité sur extensibilité (P/L) s’affiche à 0,96, révélant une bonne résistance des pâtes. Enfin, la qualité boulangère qui atteint en moyenne 261 devrait répondre à la majorité des utilisations en panification. En termes de classification, 82 % des blés sont répartis dans les classes «Supérieur» et «Premium», avec un taux de protéines supérieur à 11 %, un PS supérieur à 76 kg/hl et un indice de chute de Hagberg dépassant les deux cent vingt secondes. Pour le blé dur, c’est également la qualité qui prévaut. Le  PS est très élevé (80,2 kg/hl en moyenne). Les indices de chute de Hagberg sont excellents, 76 % des lots analysés se situant au-dessus de trois cent cinquante secondes. La faible teneur en eau (11,4 % en moyenne) va faciliter la conservation des grains. La teneur en protéines s’établit en moyenne à 13,9 %. Le mitadinage est bien contenu, près de 70 % de la collecte est inférieur à 10 %. Enfin, le taux de grains mouchetés est faible, la quasi-totalité de la collecte se situant en dessous de 5 %

Premier achat égyptien de blé
Ces bons résultats qualitatifs devraient être à mêmes de rassurer les opérateurs français et ce, dans un contexte de concurrence accrue avec les origines de la mer Noire. à la faveur d’une production record, l’Ukraine devrait exporter 19 millions de tonnes (Mt) de blés en 2019-2020. Pour la Russie, le disponible à l’exportation pourrait atteindre 33 à 34 Mt. Mais FranceAgriMer se veut optimiste.
«Le blé français est actuellement parmi les plus compétitifs au monde, explique Marc Zribi, chef de l’unité grains et sucre. Les ventes sont facilitées par la baisse de l’euro face au dollar, il était tombé fin août à son plus bas niveau depuis mai 2017 à 1,1036.» Premiers signes encourageants : la Chine et l’égypte viennent d’acheter français. L’achat égyptien (60 kt) en début de campagne est une première depuis 2013. Du coup, FranceAgriMer a relevé à 11 Mt son objectif d’exportation vers les pays tiers sur cette campagne, soit une progression de 1,33 Mt par rapport à 2018-2019. L’organisme public prévoit aussi des exportations françaises vers l’UE en nette hausse (+ 1 Mt à 8,36 Mt) et une utilisation plus importante par les fabricants d’aliments du bétail (+ 969 000 t à 5,5 Mt). En raison d’une collecte en forte progression (+ 4,6 Mt à 35,7 Mt), le stock final sur le marché pourrait s’établir à 3,27 Mt, soit 387 000 t au-dessus du report moyen des cinq dernières campagnes.

Forte demande chinoise attendue en orge
Après deux mois de campagne, la France s’est également bien positionnée sur le marché des orges, grâce à la forte demande chinoise. FranceAgriMer prévoit un bond des ventes vers les pays tiers (+ 40 %à 3,4 Mt). La Chine s’est hissée en 2018-2019 au premier rang des importateurs d’orges françaises devant l’Arabie saoudite. Les exportations vers nos voisins de l’UE sont, en revanche, estimées en retrait en un an (- 223 000 t à 3,56 Mt). Les prévisions d’utilisation par les fabricants d’aliments du bétail sont plus optimistes (+ 277 000 t à 1,3 Mt).
Les autres postes du bilan ne devraient pas bouger. Mais en raison de la hausse de la collecte (+ 2,21 Mt à 11,47 Mt), on s’orienterait vers un stock de report présent sur le marché de 2,24 Mt, nettement au-dessus de la moyenne quinquennale (+ 969 000 t). Concernant le maïs, les prévisions de FranceAgriMer laissent entrevoir un stock de report de 2,29 Mt, en recul de 214 000 t par rapport au niveau moyen des cinq dernières campagnes. L’utilisation dans l’alimentation animale pourrait chuter en un an de 788 000 t à 2,5 Mt. Les livraisons vers l’UE sont attendues en hausse de 128 000 t à 4,08 Mt alors que les exportations vers les pays tiers diminueraient de 25 000 t à 120 000 t.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde