Aller au contenu principal

Une récolte d’escourgeon décevante

Les dernières parcelles d’escourgeon devaient être battues en cette fin de semaine. La céréale, pourtant prometteuse, a finalement déçu, avec des rendements moyens et un PS un peu en-dessous de la norme. 

La récolte d’escourgeon devait se terminer en cette fin de semaine. 
La récolte d’escourgeon devait se terminer en cette fin de semaine.
© Alix Penichou

Décevante. C’est l’adjectif employé par la plupart des collecteurs de la Somme à l’évocation de la récolte d’escourgeon cette année. Les dernières parcelles devaient être battues en cette fin de semaine, mais un premier bilan peut déjà être dressé. «Ça avait bien démarré en petites terres, mais notre enthousiasme est un peu retombé lorsque les bennes des terres plus fortes nous ont été livrées», commente Jean-Jacques Charpentier, des établissements du même nom, à Beauquesne. Pour le négociant agricole, la moyenne est 83 à 84 qx/ha, soit une dizaine de quintaux de moins que l’année dernière. «La qualité est aussi moins belle (62-63 de PS, pour une norme à 64). Heureusement, tout est rentré bien sec.» Dans ce secteur du doullennais, un des plus tardifs du département, il restait 20 % des orges d’hiver à rentrer ce mercredi. 

Le constat est similaire dans les autres régions. «Les rendements oscillent entre 75 et 85 qx/ha, avec un PS en-deçà de la norme», note Antoine Dennetière, directeur d’exploitation chez Calipso. Les résultats sont en fait très hétérogènes d’une parcelle à l’autre. «Entre 70 et 100 qx/ha», relève Hubert Lecas, responsable du secteur Ouest chez Noriap. Son collègue du secteur Est et Sud, Frédéric Toullet, met cette hétérogénéité sur le compte de la pluviométrie qui a oscillé entre 100 et 150 mm selon les communes. «La moyenne est de 82 qx/ha, soit 5 qx de moins que l’année dernière.» Les bonnes terres auraient surtout trinqué (- 5 à - 10 qx/ha par rapport à 2020), alors que les petites terres s’en sortent mieux (+ 5 qx/ha).

L’escourgeon est à peine terminé que les autres cultures prennent déjà la route des silos. «Cette année, il n’y a pas de répit. Tout va s’enchaîner», constate Pierre Demolin, responsable dans la Somme pour la coopérative NatUp. Les premières bennes de colza, de blé, d’orge de printemps  et de pois d’hiver étaient livrées un peu partout en ce début de semaine. Sans surprise, ces derniers pois ne sont «pas fameux». «Ils ont souffert du gel, donc des bactéries se sont infiltrées, provoquant le pourrissement des pieds», relève Hubert Lecas. «Les rendements sont de l’ordre de 30 qx/ha, note Frédéric Toullet. Les agriculteurs rencontrent des difficultés de battage à cause du salissement des parcelles, lié à la pluviométrie.»

 

Blé : l’angoisse de la pluie

Toutes les attentions sont désormais tournées vers le blé, avec une crainte : que la pluie vienne détériorer la qualité. Aux établissements Charpentier, la première benne était livrée ce mercredi, et l’équipe était curieuse de découvrir le résultat du temps de chute de Hagberg (TCH), qui détermine l’aptitude d’un blé à être utilisé dans les industries de cuisson. Il s’agit de mesurer l’activité d’enzymes qui se développent dans le grain dès le début du processus de germination.  «Les deux premiers échantillons étaient à 233 et 249 s, ce qui n’est pas rassurant. Les normes commerciales imposent 220 s minimum. Or, les quelques gouttes annoncées ce week-end pourraient dégrader la qualité de notre produit, alors déclassé en fourrage», annonce Jean-Jacques Charpentier. Le négociant ne veut cependant pas alarmer : «Ce résultat est à prendre avec des pincettes, car il s’agit d’un tout premier échantillon».

 

Des nouveaux silos Groupe Carré

Le négoce de grains Groupe Carré a ouvert pour cette moisson 2021 quatre nouvelles plateformes de collecte, à Mons-en-Pevèle (59), Solesmes (59), Étreux (02) et Flavy-le-Martel (02). Cette dernière, à la frontière Est de la Somme, pourra accueillir la récolte des agriculteurs samariens. «Nous pouvons collecter la plupart des produits récoltés en juillet et août : blé, orge, colza, pois, féveroles… Il y avait une demande des agriculteurs d’ouvrir ce silo pour challenger la concurrence des coopératives», explique Jean Deray, responsable collecte du Groupe Carré. Le négoce -  850 000 tonnes collectées en Hauts-de-France et Grand Est, 90 points silos, dont 35 silos ouverts à temps plein - affiche ainsi son ambition d’agrandir sa zone. De nouveaux points de collecte devraient également ouvrir près d’Amiens l’année prochaine. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Pour un échantillon de producteurs suivis par le groupe Carré, les charges de structure se montent à 1 098 €/ha en 2021.
Céréales : des charges de structure bien encombrantes
Depuis 2018, le groupe de négoce Carré réalise un suivi des coûts de production chez plusieurs de ses clients agriculteurs pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde