Aller au contenu principal

Jeunes Agriculteurs : une session RGA 2022 face à la mer ?

Les Jeunes agriculteurs de la Somme sont candidats à l’organisation de la session nationale dédiée au renouvellement des générations en agriculture (RGA) prévue en janvier 2022. 

Alea jacta est ! Les Jeunes agriculteurs de la Somme avaient jusqu’à hier, jeudi 14 janvier, pour envoyer à leur organisation nationale leur dossier de candidature pour l’accueil de la session nationale dédiée au renouvellement des générations en agriculture. Evénement annuel du réseau des JA, cette session est l’occasion pour le syndicat d’échanger sur le thème de l’installation et de la transmission au sens large. Il se tient traditionnellement sur trois jours et se clôture par l’intervention du ministre de l’Agriculture. Entre leur arrivée sur le lieu où se tient la session et sa conclusion, les Jeunes agriculteurs de toute la France participent à des ateliers et formulent leurs propositions. L’an dernier, les deux thématiques retenues étaient la promotion des métiers de l’agriculture et de l’agroalimentaire, ainsi que le suivi post-installation. Table ronde, conférences et dîner de gala avec les partenaires ponctuent également un programme «dense, studieux, mais également convivial», constate Colette Duchâteau, l’animatrice des JA 80.

 

Dynamique d’installation

En 2021, la session RGA aura lieu à Millau, dans l’Aveyron. L’an dernier, le rendez-vous était donné au Grand-Bornand. En 2019, c’est Vannes, dans le Morbihan qui avait été retenue. «Si l’on veut suivre une certaine logique géographique, la prochaine fois pourrait être dans le nord de la France, et donc dans la Somme», avance Colette Duchâteau, avec enthousiasme. Et de rappeler que la candidature des JA de la Somme présente bien plus d’intérêts qu’un positionnement sur une carte. Pour le département qui accueille la session nationale RGA, cela est l’occasion de parler «installation» chez soi. Or, en la matière, le département de la Somme n’a pas à rougir, chiffres à l’appui : «En 2020, nous avons installé huit jeunes de plus avec les aides à l’installation qu’en 2019, ce qui portait le nombre d’installés au cours de l’année à soixante-huit», explique-t-on chez JA 80. Malgré la pandémie de Covid-19 et les périodes de confinement, tout s’est presque passé comme si rien n’était :
«Si nous avons pu installer un nombre important de jeunes, c’est parce qu’il y a une bonne entente entre les acteurs de l’installation, que ce soit la chambre d’agriculture ou la DDTM, le CFPPA du Paraclet avec lequel nous organisons les stages 21 heures, les banques régionales et les centres de gestion», souligne Colette Duchâteau.  

 

Réponse en février

Le lieu proposé par les JA de la Somme pour l’accueil de l’événement est lui aussi particulier puisqu’il s’agit de l’Entrepôt des sels, à Saint-Valéry-sur-Somme. Avec sa vue sur la Baie de Somme, laquelle figure parmi les plus belles du monde, le lieu a du charme et a déjà montré sa capacité à accueillir des événements nationaux ; l’un des derniers étant les journées de l’Association nationale des élus du littoral en octobre dernier, en présence de la ministre de la Mer, Annick Girardin et du président du Sénat, Gérard Larcher. Lors de la session RGA, ce sont entre 150 et 200 personnes qui sont attendues. «Après le congrès de JA national, c’est le deuxième événement le plus important sans grand public», souligne-t-on chez JA 80. La réponse de JA national est attendue courant février, à l’issue d’un conseil d’administration. Si sa candidature est retenue, l’équipe samarienne, soutenue par les JA des Hauts-de-France et déjà une douzaine d’OPA du département de la Somme, aurait alors onze mois devant elle pour préparer l’organisation de «sa» session nationale.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde