Aller au contenu principal

Une table-ronde pour apporter des solutions structurelles

Alors que la crise du porc reste plus que jamais d’actualité, une table-ronde a réuni la filière pour travailler sur l’amélioration des relations commerciales au ministère de l’Agriculture, le 27 août, en l’absence de Cooperl et Bigard.

Paul Auffray, président de la FNP, à la sortie de la réunion sur les relations commerciales dans la filière porcine le 27 août.
Paul Auffray, président de la FNP, à la sortie de la réunion sur les relations commerciales dans la filière porcine le 27 août.
© Actuagri

Si la filière porcine attend toujours des réponses urgentes à la crise qu’elle traverse, la réunion qui s’est tenue autour de l’amélioration des relations commerciales le 27 août dernier, sous l’égide du ministre de l’Agriculture, a permis d’avancer des pistes pour des solutions plus structurelles, en particulier la contractualisation. Tous les maillons de la filière étaient représentés, mais l’on notera l’absence de Cooperl et de Bigard, les industriels dont la décision de ne plus participer au Marché du porc breton depuis début août a ravivé les difficultés de la filière.
Dans un communiqué du 25 août, le Sniv-Sncp (Syndicat national de l’industrie des viandes) et Coop de France jugeaient cette réunion inutile «tant que les éléments d’équilibres économiques essentiels au bon fonctionnement du marché ne sont pas retrouvés», à savoir l’identification généralisée de l’origine des viandes, l’export et la réduction des distorsions de concurrence.
Sur ces sujets, le ministre de l’Agriculture a réaffirmé son engagement, arguant par exemple que sur l’étiquetage, les choses étaient en cours au niveau européen. «Mais si on doit régler ça avant de revenir à la table des discussions, qu’est-ce qu’on fait en attendant ?», s’interrogeait le ministre, qui rappelait également que les allègements de charges se poursuivaient avec le pacte de responsabilité. De même, «la question de l’investissement fera l’objet de propositions du Premier ministre le 3 septembre», ajoutait Stéphane Le Foll.

Redonner des perspectives
Les mesures conjoncturelles ne faisaient d’ailleurs pas partie du programme de la réunion, qui devait initier des pistes pour «donner des objectifs à moyen long terme», et «inventer une forme de commercialisation qui permette de sécuriser des prix pour la production», a rappelé le ministre à l’issue de la table-ronde.
Pour Paul Auffray, président de la Fédération nationale porcine (FNP), la compétitivité et les niveaux de salaires sont importants, mais «un autre sujet important, peut-être le plus important pour nous, concerne tout ce qui tourne autour des relations commerciales. Si l’on veut préserver la filière porcine française, attirer des jeunes, il faut qu’on trouve des perspectives», a-t-il insisté, en rappelant que la filière française est en déclin avec une diminution du nombre d’éleveurs et de porcs produits depuis une dizaine d’années.
La contractualisation est une des solutions avancées, car «pour trouver des financements pour investir, il faut des garanties économiques», notait le président de la FNP. Les discussions ont permis d’évoquer plusieurs possibilités de contrats entre les différents maillons de la filière, intégrant des volumes, des prix et des durées.
Stéphane Le Foll a également relevé l’idée de «caisses de sécurisation», «provisionnées quand tout va bien», un mécanisme qui pourrait atténuer la volatilité des prix. Les versements à la caisse pourraient bénéficier d’une défiscalisation, précisait un communiqué du ministère diffusé après la réunion. Un document recensant et organisant les différentes propositions de la table-ronde sera envoyé aux participants sous dix jours par le ministère.
Néanmoins, les discussions ne font que commencer. «Dans une filière longue, la contractualisation demande beaucoup d’expertise pour trouver les convergences entre les producteurs, les industriels, et les distributeurs», a rappelé Paul Auffray. D’autant plus que «la production de porc est un marché de pièces et non de carcasses», indiquait de son côté André Sergent, président de la Chambre d’agriculture du Finistère.
Quoi qu’il en soit, la teneur des discussions a été jugée globalement positive par les différents participants, même si le travail pour réformer le Marché du porc breton (MPB) de Plérin reste d’actualité. Pour Daniel Picart, président du MPB, «le bazar reste le même en Bretagne». «Faire revenir Bigard et Cooperl va demander du doigté», a souligné Paul Auffray, pour qui «le marché du porc breton reste le socle de base pour l’élaboration de nouvelles relations commerciales».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Au cours des mois de janvier et de février derniers, plusieurs agriculteurs ont été verbalisés pour avoir réalisé  des épandages de produits organiques dans leurs parcelles. 
Un excès de zèle de l’OFB qui agace les agriculteurs
Lors de la dernière session de la Chambre départementale d’agriculture, ses élus ont regretté les méthodes et motifs d’…
Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
La période de l’intercampagne est propice pour nettoyer et désinfecter locaux et matériels.
Pommes de terre : faire le grand nettoyage de printemps
Si cela n’a pas déjà été fait lors de la dernière intercampagne, il faut absolument procéder cette année  à un grand nettoyage…
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde