Aller au contenu principal

Une vente en ligne pour des reproducteurs charolais

La vente aux enchères de la Station d’évaluation charolaise du Grand Est se tiendra comme chaque année, le 26 janvier prochain. Compte tenu du contexte sanitaire, elle se déroulera pour la première fois en ligne.

Charolais
Patron, fils de Giono, disponible à la vente le 26 janvier.
© Félix Thenadey – Chambre d’agriculture de la Marne

La vente de reproducteurs charolais de la Station d’évaluation du Grand Est est un événement très attendu et apprécié des éleveurs allaitants. Mais le contexte particulier actuel rend la vente, avec sa convivialité habituelle, impossible à réaliser en présentiel.

A situation exceptionnelle, dispositif exceptionnel

Les organisateurs, la Chambre d’agriculture de la Marne et EMC2 Elevage, ont donc décidé d’innover pour assurer le maintien de ce rendez-vous incontournable. La vente se déroulera sur internet le mardi 26 janvier, comme initialement prévu. La mise en place d’outils informatiques vous permettra d’acquérir vos futurs reproducteurs à distance et en toute sécurité.

Une inscription obligatoire pour participer

Pour participer à la vente il faudra auparavant vous inscrire et vous identifier sur le site suivant : http://visio.emc2.coop

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au lundi 25 janvier 2021. Ce dispositif permet d’assurer le bon fonctionnement des enchères et de garantir votre sécurité en tant qu’acquéreur. Les techniciens en charge de la vente peuvent vous accompagner pour effectuer la démarche si nécessaire.

Et le jour J, comme cela se passe ?

Des vidéos de chaque veau seront diffusées une à une avec des commentaires d’experts pour mettre en avant leurs qualités. Vous pourrez ainsi enchérir sur l’animal qui vous plait et vous convient le mieux. En amont, des vidéos détaillées des animaux seront à votre disposition pour établir votre sélection.

Néanmoins, il sera possible de venir voir les animaux sur place lors des traditionnelles portes ouvertes, qui se tiendront, les samedis 16 et 23 janvier 2021.

Lors de ces portes-ouvertes vous trouverez les modalités de fonctionnement et d’inscription pour la vente en ligne. Toutes les précautions sanitaires seront respectées lors de ces journées (masque, distanciation, gel hydro alcoolique…).

Nouveauté cette année, des visites sont également possibles, du 18 au 22 janvier, mais uniquement sur rendez-vous.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde