Aller au contenu principal

Unéal et Advitam confortés dans leurs choix stratégiques

Pour les adhérents de la coopérative Unéal, la conséquence positive de résultats «d’un bon niveau», selon Bertrand Hernu, est une redistribution de 3,5 millions d’euros. 

Le comité dirigeant d'Uneal faisait le point sur leurs choix stratégiques.
© D. R.

Qu’il s’agisse de la coopérative Unéal ou du groupe Advitam dont la maison-mère n’est autre que… Unéal, les résultats de leurs exercices clos au 30 juin sont en hausse, a-t-on appris lors d’assemblées générales qui se sont tenues le 10 décembre. Celles-ci se sont déroulées «dans un format digital inédit en raison de la crise sanitaire», soulignait en préambule le président sortant de ces entreprises, Bertrand Hernu. Ainsi, pour la coopérative, le chiffre d’affaires de l’exercice 2019-2020 est en hausse de 5 % à 581 millions d’euros, avec un résultat net au 30 juin de 9,4 millions d’euros. Le groupe Advitam, quant à lui, présente également un chiffre d’affaires en progression (+ 7 %) à 1,4 milliard d’euros, pour un résultat net de 6,6 millions d’euros. Pour les adhérents de la coopérative Unéal, la conséquence (positive) de ces résultats «d’un bon niveau», selon Bertrand Hernu, est une redistribution de 3,5 millions d’euros. 

Des performances à tous niveaux

À la direction de la coopérative et du groupe Advitam, on justifie cette performance par différentes raisons. La première est une collecte de céréales en hausse en 2019 (+ 160 000 tonnes), «parmi les meilleures de ces cinq dernières années», permettant un positionnement sur des marchés rémunérateurs. Elle explique ensuite ses bons résultats par une «capacité d’anticipation qui a porté ses fruits», notamment en ce qui concerne la séparation des activités de vente et de conseil. Chez Unéal, cette obligation s’est ainsi traduite par une baisse du prix des produits de santé des plantes compensée par le développement d’une offre de services aux adhérents. La dynamique des résultats de la coopérative et du groupe s’explique encore également par la performance des filiales : accélération et développement d’innovations au sein de la branche négoce (Ternoveo), développement de l’offre du pôle machinisme et du pôle distribution, construction d’une filière alimentaire locale… S’agissant de cette dernière activité, le groupe Advitam affiche l’ambition de devenir «le premier réseau de distribution de produits régionaux en circuits courts». À la clé ? «Répondre aux nouvelles exigences des consommateurs et apporter une source de diversification supplémentaire aux agriculteurs», estime Cédric Cogniez, directeur général de la coopérative Unéal et du groupe Advitam. 

L’avenir abordé sereinement 

Grâce à leurs résultats 2019-2020 et une dynamique engagée «il y a un an», coopérative et groupe ont réussi également à concrétiser ce que leurs dirigeants considèrent comme des «projets d’envergure». En vrac, on peut par exemple citer le déploiement de la station Exélience à Bapaume ou la création d’une plateforme d’agrofournitures baptisée Sicalog. Considérant l’ensemble des activités du groupe et de la coopérative, ses dirigeants estimaient donc, à l’issue de leurs assemblées générales, que les conditions sont réunies pour «envisager positivement l’avenir pour ses adhérents et plus largement pour l’agriculture des Hauts-de-France».

 

Armel Lesaffre succède à Bertrand Hernu à la présidence d’Unéal et du groupe Advitam

UNEAL
Réuni le vendredi 11 décembre, le conseil d’administration d’Unéal et du groupe Advitam a élu Armel Lesaffre comme président des deux entités. Polyculteur-éleveur à Fiefs dans le Pas-de-Calais, âgé de 42 ans, il succède à Bertrand Hernu. Membre du conseil d’administration depuis 2015, Armel Lesaffre est également président des Commissions «communication» et «productions animales» de la coopérative et du groupe. Gabriel Delory, agriculteur à Hesdigneul-lès-Béthune (62) et Nicolas Debrabant, agriculteur à Brillon (59), tous deux membres du Conseil d’administration, ont été élus vice-présidents. «Cette nouvelle équipe, fortement impliquée dans la définition de la stratégie du groupe ces dernières années, s’inscrit dans la continuité des projets engagés par la coopérative et le groupe au service des 6 000 adhérents comme des 2 500 salariés pour en extraire tout le potentiel au service des agricultures des Hauts-de-France», détaillait un communiqué de l’entreprise du 11 décembre.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde