Aller au contenu principal

Van Hulle : point sur le dossier

Les agriculteurs créanciers de la SARL Van Hulle Agro Distribution ne baissent pas les bras.

© AAP


C’est à Caulières qu’une trentaine de producteurs concernés par la liquidation de la société Van Hulle se sont retrouvés le 22 décembre dernier pour faire le point sur le dossier et envisager la poursuite de leur défense collective. Sonia Salmistraro, juriste conseil à FDSEA conseil, qui suit le dossier pour la FNSEA en concertation avec l’ensemble des départements concernés a, dans un premier temps, présenté l’état d’avancement de la procédure et ce que la défense collective a permis d’obtenir jusqu’à présent.
La phase d’observation des Ets Van Hulle n’a pas permis à l’entreprise de présenter de plan pour prononcer un redressement judiciaire, et c’est donc une liquidation judiciaire avec une poursuite d’activité de trois mois qui a été prononcée en juillet à l’encontre de la société. Faute d’offre de reprise opérante, ce sursis d’activité a pris fin en octobre. Le passif avoisine les 47 millions d’euros. Cette liquidation a été contestée par les gérants, qui veulent en obtenir l’annulation par voie judiciaire.

Jusqu’à 36 % de la créance récupérés
Parallèlement, les travaux de la défense collective ont notamment permis aux créanciers agriculteurs de déclarer leur créance et d’être reconnus comme privilégiés au lieu de chirographaires. Ils ont également été protégés de la loi Gayssot (qui autorise les transporteurs à se faire payer auprès de l’expéditeur ou du destinataire de la marchandise quand le donneur d’ordre ne le paye pas). Les producteurs ont pu amoindrir leur créance au travers d’un protocole d’acquisition d’intrants. A ce stade de la procédure, certains ont pu récupérer jusqu’à 36 % de leur créance par le biais de ce protocole.

Une procédure en mouvance
L’activité de la société est à présent stoppée mais, pour autant, le dossier n’est pas clos. Non seulement la liquidation judiciaire est contestée par les gérants mais, de surcroît, le dossier va encore être exploré dans sa dimension pénale.
Le même jour de la réunion, le Tribunal de commerce de Dieppe rendait son jugement concernant l’extension éventuelle de la procédure de liquidation judiciaire à la SCI et à l’exploitation agricole familiale, et à Monsieur et Madame Daniel Van Hulle. Le tribunal a finalement constaté la confusion des patrimoines de la SCI et des époux Van Hulle, mais pas de l’exploitation agricole. La procédure de liquidation judiciaire, initialement ouverte à l’encontre de la société Van Hulle, a donc été étendue à la SCI Beaucamps 80 et aux époux Van Hulle. Si bien, qu’à présent, leurs actifs et leurs passifs se retrouvent réunis au sein d’un patrimoine commun et d’une procédure collective unique. Il s’agit là d’une bonne nouvelle pour les créanciers de la société Van Hulle, car celle-ci ne disposait que de très peu d’actifs pour solder son passif. Ces extensions de procédure permettent ainsi d’augmenter l’actif de la société débitrice et donc favorise les chances des agriculteurs d’être payés. Reste à voir si les Van Hulle interjetteront, là encore, appel de cette décision.

Continuer le combat
Dans cette nouvelle dimension, et en prolongement de ce qui a été conduit jusqu’ici, l’objectif des agriculteurs reste d’être payés de leur créance. Cependant, pour poursuivre dans cette voie, l’adjonction des services d’un avocat inscrit au barreau de Dieppe est indispensable, et la FNSEA a établi un contact privilégié dans ce sens avec l’un d’entre eux dont les honoraires font l’objet d’un conventionnement. Les agriculteurs qui souhaiteront poursuivre la défense sont priés de formaliser leur engagement avant le 10 janvier par retour de la convention signée (disponible auprès de Sonia Salmistraro, 03 22 53 30 17, sonia.salmistraro@fdsea80.fr). L’ensemble des agriculteurs concernés présents à la réunion se sont prononcés en faveur de la poursuite de la défense collective.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde