Aller au contenu principal

Police de l’environnement
Vers un port d’arme « discret » pour l’OFB

Matignon a annoncé la validation d’une convention entre l’OFB et les chambres d’agriculture, aussitôt démentie par la tête du réseau agricole. Le futur accord prévoirait une évolution des modalités de contrôle et un port d’arme plus « discret ». 

OFB port d'arme police de l'environnement
© V.F.

Les agents de police de l’Office français de la biodiversité́ (OFB) ne seront finalement pas désarmés, mais arboreront « un port d’arme discret, un peu comme ça se fait dans la gendarmerie par ailleurs », a indiqué Matignon le 15 mars. Cette mesure fait l’objet d’une convention « qui vient d’être votée à la fois au conseil d’administration de l’OFB mais aussi au conseil d’administration des chambres d’agriculture », et qui « fait évoluer [...] les modalités de contrôle » de la police de l’environnement, a précisé l’entourage du Premier ministre. Cette convention avait été annoncée par le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu le 1er février, afin de « recréer de la confiance » entre les agriculteurs et la police environnementale. Pour rappel, le Premier ministre Gabriel Attal avait lui-même questionné la nécessité pour les agents de l’OFB d’être armés « quand on vient contrôler une haie », le 26 janvier, quand il avait annoncé une mise « sous tutelle des préfets » pour « faire baisser la pression » des contrôles. Cette annonce avait déclenché́ de vives critiques dans les rangs de l’OFB, qui dispose de pouvoirs de police administrative et judiciaire. 

Démenti et « ligne rouge » 

Quelques heures plus tard, Chambres d’agriculture de France a « formellement démenti » l’annonce gouvernementale. « Aucune convention n’a été votée, ni même présentée au conseil d’administration ou en session de Chambres d’agriculture France », indique un communiqué. « L’attitude de ceux qui veulent nous faire adopter une convention de force est [...] exaspérante », a grincé son président Sébastien Windsor, cité dans le démenti. « Il n’est pas question d’examiner, encore moins de signer, une convention sans avoir avancé sur des conditions de contrôle moins oppressantes et stressantes, et surtout, ne plaçant pas l’agriculteur dans un traitement similaire à [celui] d’un délinquant. » Auditionné au Sénat le 20 mars, le directeur général de l’OFB Olivier Thibault a déclaré que désarmer ses agents serait franchir « une ligne rouge », car ils « sont régulièrement en situation de vrai risque », notamment lors du contrôle d’activités illicites (braconnage, trafic illégal), rapporte l’AFP. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Dans certaines régions de production, les conditions d’arrachage et de stockage ont été perturbées par les conditions  météorologiques, obligeant planteurs, usines et coopérative à s’adapter.
Les trois raisons d’une rémunération «jamais atteinte» pour les betteraviers de Tereos

Le groupe coopératif sucrier Tereos a annoncé fin de semaine dernière une rémunération «jamais atteinte» des betteraves à ses…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde