Aller au contenu principal

Viande : ouverture de Montdi-Fraîcheur à Montdidier

Depuis le 28 mars, Montdi-Fraîcheur- Steack Plus, une toute nouvelle halle aux frais, est ouverte à Montididier. Dans les rayons, de nombreux produits locaux.

«Goûtez à notre bonne viande !». L’odeur du bœuf grillé envahissait les narines, à la foire de Montdidier, le 2 avril. C’est ainsi que Vincent Dufrenoy et ses sept salariés fraîchement recrutés faisaient connaître Montdi-Fraîcheur- Steack Plus, ouvert depuis le 28 mars, à la Zac de l’Epinette.
Recherche de qualité, de produits locaux, de proximité… Les halles aux frais connaissent un vrai succès. C’est ce pari qu’a fait Vincent Dufrenoy, déjà propriétaire de huit boucheries, dont trois nommées Steak Plus, avec ce nouveau magasin. «Les clients nous connaissent bien. Conserver ce nom est un moyen de gagner leur confiance», confie-t-il.
Mais pour lui et sa famille - Madame sert les clients, tandis que la fille est en charge de l’administratif - étendre le commerce aux produits frais est une nouveauté : «Il manquait ça dans cette ville. L’idée du projet est venu il y a un an. J’ai fini par trouver ce local vide, et voilà le résultat !»

Boucher de père en fils
Un beau rayon boucherie, spécialité du patron, qui a taillé ses premières pièces de viande dans la boutique familiale dès l’âge de quinze ans. Les éleveurs chez qui il se fournit sont presque tous de la Somme ou de l’Oise, et les vaches sont abattues à l’abattoir de Montdidier. Pour offrir le meilleur dans son étal, le boucher sillonne également les foires aux bestiaux (Forges-les-Eaux, Breteuil, Arras, Rethel, Charolles…). Car «acheter une bête sur pied, on sait faire et c’est ce qu’on fait ici».
On y trouve aussi les produits d’une quinzaine de producteurs locaux, comme les œufs de plein air de la SCEA des 3 Muids, à Faverolles, la farine de la Ferme des Collines, à Plachy-Buyon, le cidre fermier d’Amélie et Aurélien Bourgois, à Demuin, les pommes de terre de la ferme Leroux, à Grivesnes, ou encore les yaourts «délices de Nathalie», de la ferme Derly, à Aubvilliers. «En s’approvisionnant chez les locaux, on se fait d’abord plaisir à nous-mêmes. On sait que l’on vend de bonnes choses», assure le patron.

De la place pour tout le monde
Pour démarcher les agriculteurs, Vincent Dufrenoy a embarqué son franc-parler qui le caractérise et est allé les voir un par un. «Je n’ai obtenu que des réponses favorables.» Le vin lui, est choisi selon les précieux conseils de la cave de Montdidier. «Quand je ne sais pas, je demande conseil aux experts.» Les autres commerçants de la ville sont pour lui des collègues. «Il y a de la place pour tout le monde. Mieux vaut travailler ensemble !»
Les clients, eux, semblent déjà conquis. Au rayon boucherie, les amateurs de bonne viande se succédaient vendredi dernier. Christine, habituée de la boucherie Steak Plus de Roye, est heureuse de pouvoir acheter son bœuf plus près de chez elle. «Et puis je découvre les autres produits. Tout à l’air bon !» Ce sont d’ailleurs ces produits locaux qui ont incité Angélique à franchir les portes de la halle aux frais. Dans son panier, glaces de la ferme, radis… «Je prends un peu de tout pour découvrir. Je pense revenir avant même de les goûter.»
Une émulation caractéristique des ouvertures, le chef d’entreprise en est conscient. «Dans deux mois, nous pourrons juger de la réussite du commerce. Le chiffre d’affaires (qu’il ne souhaite pas communiquer, ndlr), parlera. Mais je suis très confiant.» Ce que l’on peut lui souhaiter ?  «Beaucoup d’autres ouvertures de ce genre», affirme-t-il avec un large sourire. L’énergie n’a pas fini de déborder chez le boucher. «On a même parfois du mal à le suivre», s’amuse sa fille.


«Les promos cassent le métier»

Vegan, bien-être animal… Ces sujets touchent de plus en plus de consommateurs. Alors pour faire de son commerce un succès, Vincent Dufrenoy a une devise : «un service, un prix, la qualité».  «Il faut savoir communiquer sur la provenance des produits et la manière dont ils ont été élaborés. Pour la viande, en particulier, il ne faut pas mentir aux clients. On ne peut pas vendre une pièce de qualité uniquement à Pâques et à Noël. Il faut être régulier.»
C’est pourquoi, chez Montdi-Fraîcheur, les prix sont les mêmes toute l’année. 9,90 Ä/kg le rôti de bœuf, 12,90 Ä/kg pour celui de veau, 14,90 Ä/kg le jambon blanc au sel de Guérande. «Les promos à prix cassés cassent le métier, souffle-t-il. Les gens nous prennent pour des voleurs lorsque les prix remontent, et c’est normal.» Avec des prix raisonnables, le chef d’entreprise peut ainsi émunérer à leur juste valeur ses bouchers. «Un métier en perdition, car sous-payé. Un bon boucher, c’est-à-dire bon technicien et bon commerçant, ne peut pas être payé au Smic !» Idem pour les producteurs.
Enfin, le commerce est un métier à part entière. «Le contact avec les clients est primordial». Vincent Dufrenoy fait d’ailleurs facilement la bise à ses habitués. Aussi, «tout doit être facile pour eux». Le lieu, dans une zone d’activité, près d’autres commerces et doté d’un parking, est facile d’accès. «On m’avait proposé de m’installer en centre-ville, avoue-t-il. Mais il faut que tout soit optimisé

Infos pratiques
Montdi-Fraîcheur- Steack Plus
Adresse : Zac de l’Epinette, 80500 Montidier
Horaires d’ouverture :
Du mardi au jeudi, de 9h à 12h30 et de 14h30 à 19h
Le vendredi et le samedi, de 9h à 19h
Le dimanche, de 9h à 12h30
Contact : 03 22 88 93 91
Facebook : page VLM Tradition

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde