Aller au contenu principal

A vos cannes ? prêts ? Pêchez les salmonidés !

Ce 9 mars marque l’ouverture de la pêche aux truites et autres salmonidés dans toute la France. Dans la Somme, quatre mille pêcheurs attendent ce jour avec impatience.



Les pêcheurs de toute la France, et de la Somme attendent cette date avec impatience :  ce 9 mars est le jour de l’ouverture de la pêche en première catégorie. Entendez l’ouverture des cours d’eau propices à la vie des salmonidés. La reine, très attendue : la frétillante truite fario.
Et la saison s’annonce bien : «Le niveau d’eau est correct, et le climat étant plutôt doux, la nature est bien avancée», annonce David Dufrêne, directeur adjoint de la Fédération de la Somme pour la pêche et la protection du milieu aquatique.
Les eaux de seconde catégorie piscicole, propices à la vie des cyprinidés (gardon, carpe, brochet…), sont ouvertes à la pêche toute l’année. Chez nous, il s’agit du fleuve Somme, de la rivière Avre, et de tous les étangs. Cette ouverture concerne donc les eaux classées en première catégorie, soit, dans la Somme, l’Ancre, l’Airaines, l’Authie, la Bresle, la Nièvre, la Noye, la Selle, la Trie…
Même si la truite ne fait pas partie des traditions les plus répandues de la Somme, sa pêche reste appréciée. «Plus de quatre mille adeptes dans la Somme, sur dix-huit mille pêcheurs, iront taquiner la truite jusqu’au 15 septembre prochain», ajoute David Dufrêne.
Attention toutefois, des conditions sont à respecter : la pêche est autorisée une demi-heure avant le lever du soleil et une demi-heure après son coucher, le nombre de prises est limité à six par jour et la taille minimale de capture est fixée à 25 cm. Toutes les techniques de pêche sont autorisées. Des conditions de pêche spécifiques aux associations peuvent aussi être ajoutées.

Des salomnidés dans nos eaux
Les salmonidés sont bien présents dans nos cours d’eau, la fédération de pêche en est désormais certaine. Des caméras automatiques, installées à la passe à poisson de Long, ont permis de comptabiliser le passage de dix-sept mille poissons… Dont dix-sept saumons et une vingtaine de truites de mer. Certaines associations pratiquent aussi le rempoissonnement avec des truites arc-en-ciel de pisciculture. Un moyen d’assurer une bourriche pleine…
Des associations, la fédération de la Somme en regroupe quarante-neuf, agréées pour la pêche et la protection du milieu aquatique, qui mobilisent six cents bénévoles. Vingt-trois d’entre elles sont en «réciprocité», ce qui permet, avec un permis interfédéral de 96 €, de pêcher dans toutes les eaux des associations réciprocitaires.

Afin de simplifier l’accès du loisir au plus grand nombre, www.cartedepeche.fr permet aux pratiquants d’acquérir une carte de pêche 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

La truite, emblème des cours d’eau

Dans le tracé capricieux des cours d’eau, calme et paisible ou plus vif, la truite fario apparaît frétillante. A la robe d’argent ou d’or tachetée de points rouges et bruns, elle peut atteindre plusieurs kilos. La truite de rivière se cantonne dans les eaux froides et courantes de la partie supérieure des rivières. On la pêche au toc ou aux leurres (cuillers, poissons nageurs, mouches). Ce poisson est le plus recherché des adhérents de la fédération de pêche 80 (38 %).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde