Aller au contenu principal

Politique
Xavier Bertrand fustige les « technocrates » qui ont imaginé la future PAC

Le président de la Région Hauts-de-France a recueilli les applaudissements du monde agricole, mardi 1er mars, en critiquant la stratégie européenne Farm to fork et les conséquences de la future PAC.

Xavier Bertrand
© Région Hauts-de-France - Capture d'écran

Mardi 1er mars, au salon de l’agriculture, lors de la journée mettant à l’honneur la Région Hauts-de-France et ses productions, son président Xavier Bertrand s’en est pris à la future PAC ainsi qu’à la stratégie européenne Farm to fork. « Quels esprits stupides ou technocratiques ont pu prendre ces décisions alors que nous traversions tant de crises ?! », a interrogé Xavier Bertrand.

Refus de la décroissance

La PAC, a souligné le président des Hauts-de-France et ex-candidat à l’élection présidentielle, « nous en avons besoin ». Néanmoins, « il y a la question de la souveraineté (alimentaire, ndlr). C’est un combat à mener au regard de ce qui se passe en Ukraine. La PAC prévoit de mettre 4% des terres en jachère. Et si on applique le Farm to fork, ca veut dire qu’il y aura de la décroissance. On devra produire 12% de moins alors qu’il me semble que la population va augmenter et qu’on va avoir besoin de nourrir davantage de monde. Mais qui est cet esprit (…) capable de ne pas comprendre ce qu’est la marche du monde et de ne pas voir quels sont les besoins ? ».

Dans le même esprit, la candidate LR à l’élection présidentielle, Valérie Pécresse – Xavier Bertrand en est l’un des porte-parole pour la campagne - a assuré sur Twitter le 1er mars s’opposer « à la décroissance agricole ». Et d’annoncer son intention de « mettre fin aux 4% de jachère imposés aux agriculteurs. Face aux enjeux alimentaires et au nouveau contexte international, nos terres agricoles doivent pouvoir produire », a-t-elle écrit.

Accompagnement dans les transitions

Au SIA, sous les applaudissements, Xavier Bertrand a assuré le monde agricole des Hauts-de-France du « soutien » du conseil régional pour « réussir la transition écologique », saluant sa capacité à s’adapter : « Toutes les grandes mutations de la société, vous les avez acceptées, a dit M. Bertrand. Quand on vous a demandé de quitter les fermes pour aller en ville faire tourner les usines, l’agriculture a accepté. Quand on vous a demandé de changer de modèle parce qu’il fallait nourrir plus de monde, vous avez accepté. Maintenant, on vous demande de produire de manière écologique… alors que vous le faites depuis longtemps. » Pour cela, a-t-il ajouté, « il ne faut pas vous prendre pour des boucs-émissaires ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde