Aller au contenu principal

Ÿnsect, l'éleveur de scarabées qui fait mouche

Bientôt amiénoise grâce à sa future implantation à Poulainville (80) et déjà internationale pour les marchés qu'elle fournit et les brevets qu'elle exploite, la start-up française Ÿnsect a précisé le 6 octobre ce qu'elle comptait faire des fonds supplémentaires qu'elle vient de lever.

Après Dole (39), Ynsect se projette dans sa future usine de Poulainville, dans l'Amiénois.
Après Dole (39), Ynsect se projette dans sa future usine de Poulainville, dans l'Amiénois.
© Ynsect

Ce n'est pas la crise du Covid-19 qui aura raison de la construction de la future usine d'élevage d'insectes – la mise en production est prévue fin 2021, début 2022 -, ni le manque de moyens financiers. Mardi 6 octobre, les dirigeants de la start-up française ont en effet officialisé une levée de fonds de 372 millions de dollars après une première opération auprès d'investisseurs internationaux en janvier 2019. Ce financement doit permettre à Ÿnsect de finaliser la construction de « la plus grande ferme d'insectes au monde » au nord d'Amiens, mais aussi « d'étoffer ses gammes de produits tout en se développant en Amérique du Nord », selon son PDG, Antoine Hubert. Ambitieux.

Des financements internationaux

Grâce à une série de brevets (pas moins d'une trentaine), Ÿnsect projette d'élever à grande échelle, dans une ferme verticale, des scarabées Molitor dont il se sert ensuite pour fabriquer une gamme premium de protéines et d'engrais. En plus de son usine installée à Dole (39), l'usine en construction dans l'Amiénois doit lui permettre d'industrialiser sa production. Ces fabrications sont ensuite commercialisées auprès d'agriculteurs comme alternative aux fertilisants chimiques (engrais) ou d'entreprises pour l'alimentation de poissons d'élevage ou d'aliments pour chiens et chats (protéines).

Selon des études réalisées pour Ÿnsect, l'utilisation de ces nouveaux produits permettrait d'augmenter la productivité des élevages piscicoles pour ce qui concerne la protéine, et de réduire l'empreinte carbone de l'utilisation de fertilisation pour l'agriculture. Pour Antoine Hubert, « nous participons à révolutionner la chaîne alimentaire en permettant de produire plus de nourriture avec moins de terre et de ressources, sans déforester, ni vider les océans ». Des arguments qui font mouche puisqu'on retrouve aujourd'hui Astanor Ventures, le fonds d'investissement FootPrint Coalition détenu par la star hollywoodienne Robert Downey Jr, Happiness Capital (Hong-Kong), Supernova Invest, ou Armat Group (Luxembourg) parmi les financeurs d'Ÿnsect.

Une part de financement assurée par un consortium bancaire comprenant la Caisse des dépôts, le Crédit Agricole Brie Picardie et la Caisse d'Epargne Hauts-de-France ramène un peu de « local » dans l'aventure.

Des contrats d'engrais et de protéines

Dès sa mise en route, l'usine Ÿnsect de Poulainville espère produire 100 000 tonnes de produits par an, répartis entre engrais organiques (2/3) et protéines pour l'alimentation animale (1/3). Dans son usine de Dole, dans le Jura, la start-up ne fabrique pour le moment que de la protéine. Pour le lancement de la production, le cheptel d'insectes présent à Dole sera transféré à Poulainville. Puis charge à eux de se reproduire dans des installations flambant neuves pour augmenter progressivement la production.

La demande pour ce genre de produits serait quant à elle déjà bien au rendez-vous. D'après Antoine Hubert, « 105 millions de dollars de contrats » sont déjà signés avec des clients d'horizons divers, que ce soit pour la fourniture d'engrais ou de protéines pour l'élevage de poissons. Parmi eux, Torres, « l'une des marques de vin européennes les plus appréciées au monde », le leader mondial en alimentation aquacole Skretting ou encore Compo Group, leader européen de la nutrition végétale pour les jardins et dont on connait les produits sous la marque Algoflash.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Les Grandes Gueules
Comme le monde agricole, les chasseurs ont désormais leur « Grande Gueule »
Pour faire partie du casting, il faut en avoir... de la gueule. L’émission radiophonique de débat d'actualité a dévoilé ce lundi…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde