Aller au contenu principal

Zoom sur le coût de revient d’un chargeur télescopique

Une étude de la FnCuma apporte des éléments.

© AAP

Le chargeur télescopique est parfois l'outil à tout faire de l'exploitation. Collecte des balles de fourrage, nettoyage des stabulations, chargement d'un camion en passant par la petite manutention quotidienne, difficile de s'en passer. En comparaison au tracteur équipé d'une fourche, il présente quelques avantages tel que maniabilité, puissance hydraulique, visibilité, accès aisé au poste de conduite... Néanmoins, son coût d'utilisation est élevé, et son manque de polyvalence ne lui permet pas, dans certaines exploitation, de rivaliser avec le tracteur fourche qui peut être utilisé et rentabilisé pour de nombreux autres travaux.
Une étude réalisée par la FnCuma, portant sur près de 600 chargeurs télescopiques en Cuma nous en dit un peu plus sur le prix de revient de ce matériel. On constate que le coût d'utilisation moyen, carburant non compris, est de 20,40 € / heure sur un parc de matériel réalisant en moyenne 650 h annuellement. L'entretien/réparation est un poste important : il représente 21% du coût horaire.
Ce dernier augmente nettement avec l'âge. On constate en effet qu'il passe de 2 €/h les deux premières années, à 4, puis 6 €/h la troisième et quatrième année.

Hubert Avet, président de la Cuma des Evoissons à Lignières Châtelain
“La Cuma donne accès à ce matériel pour un coût très raisonnable”

"La Cuma met à disposition de ses adhérents deux chargeurs télescopiques. L'activité à légèrement baissée puisque nous en avions trois auparavant, mais les exploitations qui investissent dans ce matériel en individuel où en copropriété sont de plus en plus nombreuses.
Les télescopiques de la Cuma font environ 900 h/an, et sont facturés à un prix d'environ 25 €/h, carburant compris.
En général le renouvellement se fait tous les quatre à cinq ans, ce qui limite les frais d'entretien et permet d'avoir un matériel en bon état, sur lequel on peut compter lors des travaux importants.
On compte une douzaine d'adhérents maximum par chargeur, et surtout un secteur assez restreint pour valoriser l'outil correctement sans perdre trop de temps en déplacement entre les exploitations.
Le coût de revient d'un télescopique en Cuma est parfois élevé, car il réalise souvent les travaux lourds et difficiles qui sont facteurs de consommation et d'usure du matériel, contrairement aux petits travaux où l'on utilise parfois le télescopique pour remplacer la brouette.
Néanmoins cette activité dans la Cuma permet à de nombreuses structures d'avoir accès à ce matériel pour un coût très raisonnable, notamment sur des exploitations réalisant peu d'heures dans l'année".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde