Aller au contenu principal

Zoonoses : les Hautes-Alpes touchées par une épidémie de fièvre charbonneuse

Dans les Hautes-Alpes, depuis juin, plus de cinquante animaux (bovins, ovins ou équins) seraient morts de fièvre charbonneuse dans 28 exploitations. Il s’agit, selon l’AFP, de la plus importante épidémie animale de cette maladie survenue en France depuis près de vingt ans. Les premiers cas ont été observés le 28 juin à Montgardin, à une quinzaine de kilomètres à l'est de Gap, où six vaches ont été retrouvées mortes. En près de deux mois, la maladie s'est étendue à treize communes, sur lesquelles les autorités sanitaires recensent 23 foyers distincts. Lorsqu'un foyer est confirmé, la préfecture « prescrit la vaccination de tous les animaux concernés », indique Serge Cavalli, directeur adjoint à la Direction départementale de protection des populations. Si les antibiotiques fonctionnent, le vaccin est le moyen le plus efficace pour limiter la propagation. Mais les vétérinaires font face à une pénurie temporaire : le laboratoire espagnol qui les produit est fermé au mois d'août. Transmise par des spores pouvant rester inactives pendant des dizaines d'années dans le sol, la maladie est transmissible à homme et potentiellement mortelle dans ses formes les plus rares (pulmonaire et gastro-intestinale). Mais les cas de transmission sont « extrêmement rares et aucun malade n'a été observé à ce jour » dans les Hautes-Alpes, rassure le docteur Christine Ortmans, de l'Agence régionale de santé (ARS).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde