Aller au contenu principal

2013, année difficile pour l'œuf français

L'œuf se trouve chahuté au sein d'un marché ultra-concurrentiel. Néanmoins, des motifs de satisfaction subsistent.

L'année 2013 s'annonce sous forte pression pour les producteurs d'œufs.
L'année 2013 s'annonce sous forte pression pour les producteurs d'œufs.
© Armelle Puybasset

Le comité national de la promotion de l'œuf (Cnpo) a tenté d'alerter l'opinion lors de la présentation à la presse d'une étude exclusive CSA sur l'oeuf le 18 avril. Francis Damay, administrateur du Cnpo, a tiré la sonnette d'alarme sur un marché déséquilibré. «L'année 2012 a été bonne, mais 2013 s'annonce sous forte pression», explique-t-il. «Les producteurs font face à une hausse colossale du prix des matières premières (soja, blé, maïs), sans parler de l'augmentation de la hausse du coût de l'emballage, des transports et de l'énergie». Et ce n'est pas tout. Cette année verra une surproduction d'oeufs qui va entraîner une chute des cours pendant que, en grandes et moyennes surfaces, le prix des œufs «reste très maîtrisé avec une hausse de 5% seulement», précise Francis Damay qui ajoute : «pour certains éleveurs les prix de vente sont inférieurs au prix de revient».

«L'œuf doit être classé produit sensible»
La situation conjoncturelle n'est pas la seule qui agace les éleveurs. Elle est même reléguée au second plan, derrière la différence de traitement entre les pays membres de l'UE. «Les mises aux normes 2012 ne sont toujours pas réalisées dans tous les pays de l'Union, regrette un membre du Cnpo. Pendant que chez nous, on nous a fait tout un flan pour un mois de retard dans les élevages, 10 à 20% des élevages italiens et espagnols ne sont toujours pas aux normes. C'est totalement injuste. On accepte la concurrence européenne, mais pas la déloyale», s'insurge-t-il. Au total, les éleveurs français ont investi un milliard d'euros pour la mise aux normes de leur élevage afin d'améliorer le bien-être des poules pondeuses en augmentant la surface d'élevage de près de 40%. Le président du Cnpo, Philippe Juven, cite le cas d'éleveurs qui n'avaient pas fini d'amortir les investissements précédents et qui doivent remettre la main au porte-monnaie.
Francis Damay pointe pour sa part du doigt les «5 000 tonnes d'ovoproduits importés d'Ukraine sans droit de douane». Des constats qui font réclamer aux membres de l'interprofession que l'œuf «soit classé produit sensible afin que des taxes douanières soient appliquées aux pays qui ne respectent pas les mêmes règles».

97% des Français mangent des œufs

Les producteurs d'œufs ont tout de même des motifs de satisfaction. L'étude CSA commandée par le Cnpo prouve l'affection que portent les Français aux œufs. Sur le millier de personnes interrogés, 97% déclarent consommer des œufs. Mieux, les trois-quarts estiment que l'oeuf est indispensable dans notre alimentation. Un Français consomme en moyenne 222 œufs par an – dans la même période, une poule en pond 350 – et en mange à tous les repas, petit-déjeuner (14%), déjeuner (68%) ou dîner (77%). Elu produit anti-crise par les sondés de par son rapport qualité-prix, l'œuf va continuer d'être abondamment consommé cette année. Au plat, en omelette ou durs, comme les préfèrent, dans cet ordre, les Français.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Pour Antoine, Carole et Yann Lardeur, le robot d’alimentation est une réponse au manque  de main-d’œuvre pour leur atelier d’engraissement de quatre-cents taurillons. 
Un premier robot d’alimentation est installé dans la Somme
La famille Lardeur, installée en Gaec à Beauquesne, a fait le choix d’investir dans un robot d’alimentation Lely Vector pour son…
Richard sur terre met les pieds en baie de Somme
Le youtubeur défenseur de la ruralité Richard sur terre débarque ce week-end sur le littoral picard, à Cayeux-sur-Mer, où il sera…
OFB
« L’OFB va monter en puissance », selon son DG
L’agriculture « est un des combats prioritaires » de l’Office français de la biodiversité, a déclaré son directeur général,…
Forte pression mildiou : que faire ?
 Ne pas relâcher, continuer à protéger le feuillage, sont les conseils d'Arvalis Institut du végétal.
La nouvelle répartition des pulpes Tereos fait grincer la campagne
Tereos a décidé une nouvelle méthode de répartition des pulpes et une nouvelle grille de tarifs dès la prochaine campagne…
Pluies incessantes et orages violents frappent la campagne
Des orages localisés ont fortement touché des parcelles de la Somme ces derniers jours, notamment dans le secteur de Conty. Plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde