Aller au contenu principal

2013, année difficile pour l'œuf français

L'œuf se trouve chahuté au sein d'un marché ultra-concurrentiel. Néanmoins, des motifs de satisfaction subsistent.

L'année 2013 s'annonce sous forte pression pour les producteurs d'œufs.
L'année 2013 s'annonce sous forte pression pour les producteurs d'œufs.
© Armelle Puybasset

Le comité national de la promotion de l'œuf (Cnpo) a tenté d'alerter l'opinion lors de la présentation à la presse d'une étude exclusive CSA sur l'oeuf le 18 avril. Francis Damay, administrateur du Cnpo, a tiré la sonnette d'alarme sur un marché déséquilibré. «L'année 2012 a été bonne, mais 2013 s'annonce sous forte pression», explique-t-il. «Les producteurs font face à une hausse colossale du prix des matières premières (soja, blé, maïs), sans parler de l'augmentation de la hausse du coût de l'emballage, des transports et de l'énergie». Et ce n'est pas tout. Cette année verra une surproduction d'oeufs qui va entraîner une chute des cours pendant que, en grandes et moyennes surfaces, le prix des œufs «reste très maîtrisé avec une hausse de 5% seulement», précise Francis Damay qui ajoute : «pour certains éleveurs les prix de vente sont inférieurs au prix de revient».

«L'œuf doit être classé produit sensible»
La situation conjoncturelle n'est pas la seule qui agace les éleveurs. Elle est même reléguée au second plan, derrière la différence de traitement entre les pays membres de l'UE. «Les mises aux normes 2012 ne sont toujours pas réalisées dans tous les pays de l'Union, regrette un membre du Cnpo. Pendant que chez nous, on nous a fait tout un flan pour un mois de retard dans les élevages, 10 à 20% des élevages italiens et espagnols ne sont toujours pas aux normes. C'est totalement injuste. On accepte la concurrence européenne, mais pas la déloyale», s'insurge-t-il. Au total, les éleveurs français ont investi un milliard d'euros pour la mise aux normes de leur élevage afin d'améliorer le bien-être des poules pondeuses en augmentant la surface d'élevage de près de 40%. Le président du Cnpo, Philippe Juven, cite le cas d'éleveurs qui n'avaient pas fini d'amortir les investissements précédents et qui doivent remettre la main au porte-monnaie.
Francis Damay pointe pour sa part du doigt les «5 000 tonnes d'ovoproduits importés d'Ukraine sans droit de douane». Des constats qui font réclamer aux membres de l'interprofession que l'œuf «soit classé produit sensible afin que des taxes douanières soient appliquées aux pays qui ne respectent pas les mêmes règles».

97% des Français mangent des œufs

Les producteurs d'œufs ont tout de même des motifs de satisfaction. L'étude CSA commandée par le Cnpo prouve l'affection que portent les Français aux œufs. Sur le millier de personnes interrogés, 97% déclarent consommer des œufs. Mieux, les trois-quarts estiment que l'oeuf est indispensable dans notre alimentation. Un Français consomme en moyenne 222 œufs par an – dans la même période, une poule en pond 350 – et en mange à tous les repas, petit-déjeuner (14%), déjeuner (68%) ou dîner (77%). Elu produit anti-crise par les sondés de par son rapport qualité-prix, l'œuf va continuer d'être abondamment consommé cette année. Au plat, en omelette ou durs, comme les préfèrent, dans cet ordre, les Français.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde