Aller au contenu principal

2020-2021 : une campagne à oublier pour la fécule

Avec 41 t/ha en moyenne, la campagne pomme de terre fécule s’est avérée «très mauvaise» pour la Coopérative féculière de Vecquemont. Le manque d’eau a largement impacté la culture.

Les pommes de terre fécules sont réputées pour résister au manque d’eau,  mais cette campagne, la sécheresse était trop forte. 
Les pommes de terre fécules sont réputées pour résister au manque d’eau, mais cette campagne, la sécheresse était trop forte. 
© Coopérative de Vecquemont

«Il manque 20 % du tonnage», résume Bruno Poutrain, directeur de la Coopérative féculière de Vecquemont, lorsqu’il évoque cette campagne 2020-2021. Avec 41 t/ha de moyenne, elle est «la deuxième plus mauvaise année depuis dix ans. En 2018, les résultats étaient similaires». Les premières livraisons à l’usine Roquette de la Somme ont eu lieu le 7 septembre et se sont poursuivies jusqu’au 19 janvier, soit une campagne assez courte. 45 000 t de pommes de terre de consommation, qui cherchaient un débouché à cause de la crise sanitaire,  sont venues compléter les volumes.

La cause de ce résultat médiocre ? «Le climat très chaud et sec que nous avons subi dès le mois de mars. Certaines parcelles n’ont bénéficié que de 80 mm d’eau, de la plantation à la récolte», soulève Bruno Poutrain. Pour certaines exploitations, sous la moyenne de rendement, le bilan est catastrophique. La pomme de terre fécule est pourtant réputée pour supporter des conditions plus sèches par rapport à sa cousine de consommation. «Elle n’est pas ou très peu irriguée, et elle permet de valoriser des terres séchantes, dites de cranettes. Mais quand il n’y a pas d’eau du tout, rien ne peut pousser !»

Objectif 800 000 t

Pour autant, la coopérative croit en un avenir meilleur. Avec 14 150 ha en Hauts-de-France et en Normandie, elle compte développer ses volumes d’ici deux ans. «Ce ne sera pas possible pour la campagne à venir, car la ressource en plants est limitée. Mais les années suivantes, on pourrait augmenter de 100 000 t, soit environ 2 000 ha.»
L’ambition de la coopérative est de produire 800 000 t. Pour attirer de nouveaux producteurs, la filière a ses atouts. «La pomme de terre fécule subit jusqu’alors très peu la crise du Covid. Et avec l’arrêt des aides couplées en 2012, les prix ont été revalorisés.» La culture est spécifique plus que technique, avec un cahier des charges simple : pas d’irrigation, pas de déterrage car cette dernière opération est réalisée par la coopérative, très peu de stockage. La culture ne nécessite donc pas de gros investissements. Les charges sont moindres par rapport à la pomme de terre de consommation, car elle est moins exigeante en termes de traitements. «Parfois, deux fongicides peuvent suffire», indique Thibaut Ricour, ingénieur conseil et développement à la coopérative. Ceci s’est avéré vrai pour la campagne 2020 du fait de la sécheresse.

Des variétés prometteuses

En termes de panel variétal, celui-ci a bien progressé ces dernières années. «En 2012, 50 % des surfaces étaient de la Kardal. Aujourd’hui, cette variété n’est plus cultivée qu’à 15 % environ.» Amyla et Eris, par exemple, donnent des résultats satisfaisants par temps sec. Priam et Rackam sont aussi intéressantes. «Nous fondons également beaucoup d’espoirs sur LD17.» Cette dernière variété, demi-tardive à tardive, s’avère assez peu sensible à l’égermage. «Productive à très productive, donnant d’assez gros tubercules, à peau jaune. Elle est moyennement sensible au mildiou sur feuillage mais assez sensible sur tubercule», précise-t-on chez Arvalis-Institut du végétal. Des arguments qui pourraient séduire d’éventuels nouveaux producteurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Tereos paiera ses betteraves 2022-23 «au moins autant que les concurrents»
Ce 9 juin, comme chaque année, la coopérative sucrière Tereos conviait les journalistes à une conférence de presse annuelle,…
Compte tenu des annonces de prix pour les deux prochaines campagnes, l’usine  de Vecquemont devrait être approvisionnée en pommes de terre fécule sans trop de difficultés, même si des surfaces restent à trouver chez les producteurs  du grand nord de la France.
La Coopérative féculière de Vecquemont sauve «son» usine
Face à un industriel (Roquette) qui n’entendait pas revaloriser le prix d’achat de pommes de terre destinées à la transformation…
Cristal Union avance un prix de betteraves très en hausse
En conférence de presse ce 13 juin, les dirigeants de la coopérative Cristal Union ont annoncé que les betteraves 2022 (en terre…
Dany, le bouilleur ambulant, est à cheval sur la paperasse : la législation est stricte.
L’alambic des établissements Charpentier sillonne encore la campagne
Il y a bien longtemps que le bouilleur ne fait plus bouillir la marmite des établissements Charpentier, basés à Beauquesne.…
Une partie de la Somme en vigilance sécheresse
Ce 16 juin, la préfecture de la Somme a annoncé le placement en vigilance sécheresse des bassins-versants de l’Avre et de la…
Groupe Carré
Le Groupe Carré gagne un peu plus la Somme
Le négociant en grains historiquement installé en Nord-Pas de Calais a inauguré le 21 juin une plateforme dédiée à la collecte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde