Aller au contenu principal

250 000 vaches allaitantes en moins en quatre ans

Toutes catégories confondues, les éleveurs ont réduit la taille de leur troupeau. Selon une récente enquête de l’Institut de l’élevage (Idèle), 2 700 ateliers sont créés chaque année, mais 7 800 sont fermés, de petite dimension essentiellement.

La décapitalisation du cheptel allaitant français se poursuit.
La décapitalisation du cheptel allaitant français se poursuit.
© © Pixabay

Selon les chiffres de l’Institut de l’élevage, la décapitalisation se poursuit. Entre 2016 et 2019, l’effectif de vaches allaitantes a baissé de 252 000 têtes, soit un recul de 6,2 % en quatre ans. Or, il avait augmenté de 114 000 entre 2013 et 2016. Seul le sud du Massif central et le nord-est résistent à cette vague de décapitalisation.
Les effectifs oscillant mois après mois, on dénombrait environ 3,750 millions (M) de vaches en août 2020 contre 4,1 M en avril 2016. Hormis les départements du sud-est du Massif central (Lozère, Cantal), pas un seul n’échappe à ces réductions d’effectifs. Toutefois, elles sont plus importantes dans les Pays de la Loire, où les éleveurs s’orientent vers d’autres productions à moins qu’ils ne se reconvertissent vers d’autres activités, que dans le Nord-est. Dans cette région, le nombre de vaches allaitantes, même en recul, demeure supérieur à celui de 2013.
A contrario
, dans le sud du Massif central, la production de bovins viande reste attractif car c’est parfois la seule alternative pour rester éleveur. Hormis les détenteurs de plus de 100 vaches allaitantes, qui détenaient quelques animaux supplémentaires à la fin de 2019 par rapport à 2016, les effectifs d’animaux ont baissé dans toutes les autres catégories d’ateliers, de 1 à 99 vaches. Une des explications avancées est la succession de périodes de sécheresse. En effet, les producteurs ont fait face à la pénurie de fourrages en se séparant de quelques animaux.

Reconversions marginales
Mais l’analyse de la filière de production en fonction de la taille des ateliers, de leur spécialité et de l’âge des agriculteurs délivre d’autres informations plus structurelles. Depuis quatre ans, 1 300 ateliers disparaissent chaque année. En 2019, on dénombrait 56 700 élevages de plus de 20 vaches contre 72 900 en 2001. Avant 2013, seuls 720 ateliers fermaient chaque année. Parallèlement à la baisse des effectifs d’animaux, le rythme de fermeture des ateliers varie d’un département à l’autre. Ces derniers sont plus nombreux à avoir cessé leur activité en Vendée (- 63 par an) et en Haute Vienne (- 41 par an) qu’en Ardennes (- 4 par an). Tandis qu’en Lozère, on dénombre deux ateliers de plus par an ! Le facteur taille est aussi à prendre en compte. En quatre ans, 35 % des détenteurs de moins de 10 vaches allaitantes ont disparu contre seulement 1 % à 4 % pour ceux qui conduisent un troupeau de plus de 70 vaches. Les reconversions d’ateliers lait-viande ou viande-lait sont marginales avec un solde globalement nul. Aussi, les 2 700 installations ou créations d’ateliers allaitants ou mixtes, recensées entre 2016 et 2019, ne sont pas suffisantes pour compenser les 7 800 ateliers disparus.
Pour les personnes non issues du monde agricole, la passion pour l’élevage ne lève pas les freins à l’installation. Le montant des capitaux à financer est élevé alors que leur rentabilité est faible. Par ailleurs, les fermes à reprendre ne correspondent pas aux attentes des repreneurs davantage orientés vers les circuits courts et des fermes de petites dimensions. Les profils de formation des porteurs des candidats à l’installation sont souvent inappropriés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
«Soulagement» pour les agriculteurs futurs méthaniseurs d’Ailly-sur-Somme
Après une consultation publique houleuse, et plusieurs modifications pour tenter de contenter tout le monde, le projet d’unité de…
Poulehouse se grille avec ses partenaires
Partageant largement sur les réseaux sociaux son différend avec le groupe coopératif Noriap, sa filiale Cocorette et Œufs Nord…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Pour le sénateur Demilly, Mousline est « essentielle pour l'est de la Somme »
Le 28 octobre, le groupe Nestlé, propriétaire de la marque Mousline, a annoncé que les activités de production et de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde