Aller au contenu principal

Charcuterie
75 ans de savoir-faire et des médailles pour le Domaine picard

La charcuterie Domaine Picard située à Villers-Bocage (80) sera présente avec de nombreux produits au concours général agricole du Salon international de l’agriculture ce week-end. Une fierté pour Vincent Finet, son directeur général délégué.

Vincent Finet est fier de présenter des produits du Domaine picard au Sia.
Vincent Finet est fier de présenter des produits du Domaine picard au Sia.
© M. G.

Crée en 1949 à Talmas dans la Somme, la charcuterie Domaine Picard n’a cessé de s’agrandir et d’innover. 75 ans de métier qui leur permet aujourd’hui de se démarquer dans les Hauts-de-France. Présents dans différents rayons de grandes distributions ou des magasins spécialisés, les produits du Domaine Picard seront également au Concours général agricole des produits du Salon international de l’agriculture (Sia). «Le concours est un signe de reconnaissance. C’est un baromètre très important pour connaître la qualité de nos produits», expliquait il y a quelques jours Maïté Garcia, responsable marketing du Domaine picard.

Quatre de leurs produits phare seront présentés au concours. Tout d’abord le jambon à l’ancienne. «C’est une recette soumise au code des usages de la charcuterie. C’est notre produit phare et notre principale présentation», explique Maïté Garcia. «Il s’agit d’une viande 100 % française. Ce produit a été médaillé d’argent au concours l’année dernière», précise de son côté Vincent Finet, directeur général délégué de l’entreprise.

À côté de ce jambon à l’ancienne, est présenté le «Jambon de Chez Nous» avec du porc issu à 100 % des Hauts-de-France, de l’élevage à la transformation. «On présente deux types de produits, le premier avec une viande 100 % française et un second avec une viande 100 % locale», ajoute Maïté Garcia.

Dans la catégorie «pâté de campagne supérieur», l’entreprise picarde présentera le «Muché», une marque déposée par le Domaine picard. Cette recette traditionnelle de pâté picard est composée à 70 % de viande maigre avec une double cuisson ainsi qu’un mélange à la cuillère. Enfin, on retrouvera le pâté de foie agréé Saveur en or.

 

La reconnaissance d’une qualité

Il y a deux ans et demi, le Domaine picard a ouvert une boutique de vente directe sur son site de fabrication. «Notre but était de rentrer en contact avec les consommateurs», résume le directeur général délégué. «Cela nous permet également de tester de nouveaux produits et de voir comment ils sont accueillis par nos clients.» Des produits qui portent aujourd’hui de nombreux labels et signes de qualité comme IFS, Porc Français, Label rouge, Saveur en or et Terroir des Hauts-de-France.

Pour le Domaine picard, le Concours général du Sia peut avoir un réel impact sur la vente de leurs produits : «C’est l’un des rares concours qui a de l’importance aux yeux des consommateurs. Il est vu comme plus objectif», constate Maïté Garcia. L’entreprise compte aujourd’hui 65 salariés, dont la grande majorité se trouve en production. «Être récompensé au concours, c’est une fierté et une satisfaction interne. Cela valorise notre travail, on a des salariés qui sont là depuis 25-30 ans», ajoute Vincent Finet avec fierté.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Dans certaines régions de production, les conditions d’arrachage et de stockage ont été perturbées par les conditions  météorologiques, obligeant planteurs, usines et coopérative à s’adapter.
Les trois raisons d’une rémunération «jamais atteinte» pour les betteraviers de Tereos

Le groupe coopératif sucrier Tereos a annoncé fin de semaine dernière une rémunération «jamais atteinte» des betteraves à ses…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde