Aller au contenu principal

Apprentis cherchent maîtres d’apprentissage

Voilà environ trois semaines que les élèves des établissements agricoles de la Somme ont retrouvé les salles de classe «dans le respect des gestes barrière». L’enjeu est désormais de trouver un employeur pour les futurs apprentis.

Les cours ont repris «progressivement» dans les lycées agricoles de la Somme.
Les cours ont repris «progressivement» dans les lycées agricoles de la Somme.
© Lycée Sainte-Colette



Le secteur agricole a eu beau être plus épargné que d’autres par la crise sanitaire, les entreprises semblent frileuses quant à l’embauche, même d’un apprenti payé entre 25 et 70 % du Smic en fonction de son âge et de son diplôme. «Les aides annoncées par le gouvernement sont plus que bienvenues, mais nous sentons tout de même une réserve des entreprises. Ils attendent certainement des précisions. Les agriculteurs veulent aussi pouvoir se projeter sur les perspectives de récolte et de marchés», confie Xavier Bortolin, directeur du CFPPA d’Amiens Le Paraclet, à Cottenchy.
Le plan de relance de l’apprentissage qu’a annoncé le gouvernement comprend une aide exceptionnelle d’un montant de 5 000 € pour les apprentis mineurs et de 8 000 € pour les majeurs. «Cette aide est valable pour toutes les embauches d’apprentis préparant un diplôme allant du CAP à la licence professionnelle. Elle sera versée pour tout recrutement effectué entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021. Tout comme l’aide unique à l’embauche d’apprentis, le déclenchement du versement de cette aide exceptionnelle sera conditionné, pour les entreprises de moins de deux cent-cinquante salariés, au seul dépôt du contrat  d’apprentissage», est-il précisé. Un message d’encouragement est donc transmis aux cent soixante-quinze apprentis formés chaque année en alternance au Paraclet : «Restez confiants, nous vous épaulons dans votre recherche.»

Nouvelles formations
Le coup de pouce du gouvernement pour l’apprentissage a aussi donné une bouffée d’oxygène à Brigitte Mullie, directrice du lycée Sainte-Colette, à Corbie. «On nous annonçait entre 24 et 40 % de contrats d’apprentissage en moins. Cette aide est plus que bienvenue !» D’autant que l’établissement ouvre à la rentrée scolaire deux nouvelles formations en apprentissage : un BTS STAE (Sciences et technologies des aliments), qui forme, entre autres, à l’organisation d’un atelier de transformation à la ferme, et une licence Qualité et sécurité alimentaire. Environ vingt-cinq apprentis pourront être accueillis dans chaque formation. «Nous n’avons pas encore beaucoup communiqué sur ces formations, mais nous avons déjà des demandes d’entreprises. Il nous faudra mettre les apprenants dont le profil correspond en face», explique Brigitte Mullie.
Pour Philippe Poitel, directeur des MFR (maisons familiales rurales) Hauts-de-France, l’aide annoncée est particulièrement bénéfique aux BTS, «qui ne profitaient d’aucune aide jusque-là». Les vingt-deux MFR régionales font le pari de l’apprentissage depuis plusieurs années : «nous avons 15 % d’alternants en plus en un an», se félicite le directeur. Les établissements ouvrent également de nouvelles formations en Picardie : une terminale CGEA (Conduite et gestion de l’exploitation agricole) à Saint-Sulpice (60), un bac pro Technicien conseil vente en animalerie à Songeons (60), Un BTS ESF (Économie sociale familiale) à Ambleny (02) et une terminale Service aux personnes et aux territoires à Conty (80).

«Plus de chance d’être embauché»
Selon le président de l’Association régionale des directrices et directeurs (ARDIR) de centres de formation par l’apprentissage des Hauts-de-France, Stéphane Bailliet, «l’apprentissage donne trois à quatre fois plus de chances d’accéder à un emploi». «C’est la formule la plus pertinente pour être formé et trouver du boulot. En plus, la loi Pénicaud a facilité les choses en libéralisant l’offre de formation», assure-t-il. Il n’y a plus qu’à espérer que les CV des candidats trouvent leur bonheur.


Apprentissages adaptés

Rentrée masquée. C’est le thème de la reprise des cours dans tous les établissements agricoles : MFR, Paraclet, Sainte-Colette… Et chaque établissement a pris des dispositions pour allier au mieux mesures sanitaires et enseignement. «La conduite du tracteur est impossible, car il faut un formateur avec l’élève dans la cabine, explique Xavier Bortolin, directeur du CFPPA du Paraclet. Mais nous avons, par exemple, défini un zonage des postes de travail de l’atelier agro-équipement pour maintenir les évaluations pratiques. Pour l’exploitation, des tours de plaines sont aussi réalisés.»
Au lycée Sainte-Colette, un projet transversal intitulé «mon lycée, un îlot de biodiversité» a été spécialement pensé pour faire plancher les élèves différemment, dans ce contexte particulier. «Nous avons voulu donner du sens à l’enseignement», confie Brigitte Mullie, la directrice. Les élèves de seconde travaillent notamment sur la connaissance des végétaux qui favorisent la biodiversité du site, et sur la communication de ce projet vers le grand public, tandis que ceux de première STAV (Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant) se penchent sur l’impact de la biodiversité dans la vie quotidienne, et que ceux de première pro cherchent le moyen d’évaluer scientifiquement la biodiversité. «Les élèves sont présents par groupes, pendant deux jours. Chaque groupe est informé des travaux des autres. Nous avons ainsi réussi à créer un lien précieux.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde