Aller au contenu principal

Bien-être animal
Avec Entremont, un coup de pouce contre le coup de chaud

Les candidats à la troisième édition du challenge «Autrement solidaire et engagé» de la marque Entremont avait jusque début août pour présenter leur projet d’amélioration du bien-être animal dans leurs élevages. L’an dernier, Aurore Courtois-Hibon y a participé et a remporté une coquette somme qui lui a permis d’investir dans des ventilateurs pour son étable. 

Grâce à l’accompagnement d’Entremont, Aurore Courtois-Hibon a pu réaliser un investissement dans son bâtiment pour améliorer le bien-être animal.
© V. F.

Depuis «fin mai, début juin», l’ambiance n’est plus tout à fait la même dans le bâtiment qui abrite les vaches laitières de la Ferme Saint-Éloi à Doullens. Sept ventilateurs DDF1200 du constructeur DeLaval y ont été installés par Aurore Courtois-Hibon qui reconnait une vraie avancée en matière de bien-être animal. À la tête d’un troupeau de 90 vaches de race holstein, la jeune éleveuse installée avec sa mère et un oncle «sent la différence» depuis qu’elle a investi dans un système de ventilation. Cet investissement, le Gaec familial a pu le réaliser grâce à un coup de pouce de la marque Entremont (cf. encadré ci-dessous), propriété du groupe coopératif Sodiaal auquel le Gaec est adhérent. «Sans cela, on ne l’aurait pas fait. Ce n’était pas prévu. C’est grâce à Entremont qu’on s’est lancé, et aujourd’hui, il serait difficile de revenir en arrière.»  

Sélectionnée par Entremont
La jeune éleveuse a appris l’existence du défi «Autrement solidaire et engagé» d’Entremont au cours d’une réunion d’éleveurs organisée par la coopérative Sodiaal. Adresser sa candidature ne lui a demandé que quelques minutes : «J’ai dû décrire mon projet, mon exploitation, faire quelques photos et c’est à peu près tout», sourit-elle. Parmi les projets présentés pour la saison 2, un comité de sélection a en retenu trois, dont celui de la samarienne. Les internautes ont fait le reste. Pour faire émerger son projet parmi d’autres, Aurore a dû «faire vivre» sa candidature. À coup de post sur les réseaux sociaux, elle a expliqué sa démarche, son projet, son quotidien d’éleveuse laitière à mesure que le nombre de «like» augmentait. Résultat : elle s’est hissée en tête du classement, ce qui lui permet d’être récompensée de la plus grande part de l’enveloppe de 15 000 €. Pour recevoir l’intégralité de la dotation, Aurore disposait de douze mois entre le moment où elle a appris sa victoire et la réalisation des travaux. Sept ventilateurs ont ainsi pris place au-dessus des logettes équipées de tapis et couvertes de paille. «Au départ, souligne la jeune femme, je voulais installer des brumisateurs pour apporter de la fraîcheur, mais l’on me l’a déconseillé à cause de l’humidité que cela allait apporter dans un bâtiment déjà humide». Suivant des conseils d’expert, elle a opté pour des ventilateurs suspendus pour créer un courant d’air contrôlé dans le bâtiment.

Qualité de vie du troupeau
Les ventilateurs fonctionnent grâce à une alimentation électrique et se déclenchent en fonction des besoins grâce à une sonde qui détecte le taux d’humidité et la température 24h/24. «La conception unique du DDF1200 de DeLaval permet de pousser le flux d’air le plus loin possible, afin de rafraîchir l’atmosphère tout en consommant le moins d’énergie que les ventilateurs classiques», décrit de son côté le constructeur. Plus globalement, il indique «qu’une ventilation bien planifiée est essentielle pour favoriser la circulation de l’air frais dans le bâtiment. Les animaux ont besoin d’un air frais et renouvelé pour atteindre leur potentiel de production».
Pour Aurore Courtois-Hibon, veiller à la qualité de vie de son troupeau est plus que jamais une priorité : «C’est vrai, admet-elle, on fait tout ce qui est possible pour améliorer la qualité du bien-être animal. Nous sommes très proches de nos animaux qui nous le rendent bien.» Elle s’inscrit ainsi parfaitement dans le plan de com’ lancé par Entremont et la coopérative Sodiaal, avant d’inciter d’autres éleveurs à rejoindre la démarche : «Même si j’ai gagné l’an dernier, je continue à en parler autour de moi. Je suis fière d’avoir participé à ce challenge, d’autant plus qu’il y avait une belle récompense à la clé.»

Lancement d’une troisième saison du défi «Autrement solidaire et engagé»

Du 6 septembre et jusqu’au 3 octobre prochains, Entremont propose aux consommateurs de participer au soutien des projets des jeunes agriculteurs de la coopérative Sodiaal auprès desquels elle collecte le lait de ses fromages. Ce projet participatif se compose d’un levier financier : pour l’achat de deux produits Entremont porteurs de l’offre, 2 € sont offerts au consommateur, en bons de réduction différés (à valoir sur des prochains achats de produits à marque Entremont) ; un levier solidaire qui permet, pour chaque inscription et participation d’un consommateur à l’opération promotionnelle en magasin, de reverser 1 € par Entremont pour soutenir les projets de trois jeunes agriculteurs de la coopérative Sodiaal. L’an dernier, le fond solidaire était un montant fixe. Cette année, les fonds récoltés varieront en fonction du nombre de participations des consommateurs à l’opération. En effet, plus de participations il y aura, plus les fonds récoltés seront importants. Entremont s’engage à reverser au minimum 10 000 € pour ce fond solidaire à destination des 3 projets sélectionnés autour de l’amélioration du bien-être animal, de la biodiversité, de la responsabilité sociale et environnementale, et du développement de leur exploitation... 
Dès le début de l’opération en magasin, soit le 6 septembre, les projets retenus seront révélés sur les réseaux sociaux Entremont et le site internet entremont.com
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde