Aller au contenu principal

Aviko : des contrats pour inciter à la durabilité

La durabilité des pratiques et de la relation entre les producteurs et Aviko sont au cœur des échanges entre l’association des producteurs de pommes de terre pour Aviko et l’industriel néerlandais. 

En lieu et place de l’assemblée générale de l’association des producteurs pour Aviko (PPA), c’est au cours d’une réunion en ligne mercredi 17 février qu’une quarantaine de producteurs ont suivi la manière dont l’industriel Aviko a vécu les derniers mois, entre pandémie de Covid-19, ses effets sur la consommation de pommes de terre et les conditions de récolte pour les producteurs de pommes de terre. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que si la campagne 2019-2020 «a bien commencé, selon les mots du président de l’association des producteurs de pommes de terre pour Aviko, Alain Dequeker, elle a très mal fini». Alors que les engagements contractuels entre l’industriel et les producteurs français ont été respectés – «et c’est une bonne chose, même s’il a fallu qu’Aviko mette en place des mesures de dégagement de volumes», selon l’association, le marché libre de la pomme de terre a, quant à lui, fortement souffert. En février 2021, les choses ont-elles changé ?
«Pas vraiment, constate Alain Dequeker. Les conséquences de la Covid-19 sont toujours très présentes. Le marché libre est toujours déprimé, mais il faut reconnaître que les contrats sont honorés malgré tout. Les pommes de terre sont payées aux producteurs au prix fixé et les enlèvements se font dans les temps, ce qui n’était pas forcément le cas auparavant». 

 

Primes et coûts de production 

Une fois ce panorama effectué, l’étape suivante a été la présentation des contrats 2021 et l’occasion pour les responsables de l’association PPA d’exposer les attentes de ses adhérents sur le sujet : «Chacun veut des contrats qui soient le plus simple possible, mais il faut quand même que l’on y retrouve un certain nombre de choses», a défendu Alain Dequeker. Parmi les autres revendications du groupement, on retrouve une attente partagée ailleurs : la prise en compte des coûts de production. «Dans un contrat idéal, poursuit M. Dequeker, le coût de production doit être au minimum couvert. Le travail sur l’indexation continue, mais c’est un vrai chantier. La marge, c’est autre chose. Il faut en faire, mais il faut aussi qu’elle soit cohérente avec le marché. Si les contrats sont déconnectés du marché, il y a forcément quelqu’un qui paiera la différence… et ce n’est pas durable».

D’une manière générale, l’association défend «un objectif de chiffre d’affaires le plus haut possible, hors primes». Pour son président, «les primes doivent être attribuées sur des critères gérés par les producteurs» : endommagements, couleur des frites, calibre ou encore conservation. La prime «matière sèche» est, quant à elle, abandonnée. 

En ce qui concerne le choix variétal, «on souhaite qu’Aviko développe des variétés adaptées à nos territoires, poursuit M. Dequeker. Quand on est à Dunkerque ou aux Pays-Bas, les terroirs et les conditions de production ne sont pas toujours les mêmes qu’à Amiens ou qu’à Laon». Enfin, du côté de l’association PPA, on se dit également favorable à une contractualisation pluriannuelle, «parce qu’ils donnent de la visibilité». Une demande à laquelle Aviko répond lui aussi favorablement pour s’assurer d’un volume de pommes de terre à travailler. 

 

Avantage aux contrats pluriannuels 

Côté contrats justement, alors que les producteurs ont reçu des propositions par leurs agents de plaine au cours des derniers et qu’ils sont «en train de les lire» dixit Alain Dequeker, François-Xavier Broutin a procédé à une revue de détails. En ce qui concerne les contrats «frites», le contrat est identique à celui proposé en 2020 ; autrement dit, il comporte un prix fixe dans la majeure partie des cas ; les contrats mini-maxi étant une exception. Deux options s’offrent aux producteurs : un contrat annuel (option 1, 1 an) dont le prix baisse de 7,5 € par tonne à 5 € par tonne selon que la marchandise soit «départ champ» ou «sortie bâtiment». Les grilles de prix par variétés restent, quant à elles, identiques et se répartissent entre catégorie A (Fontane, Challenger), catégorie AA (Markies, Agria) et catégorie AAA. L’option 2 porte sur des contrats de deux ou trois ans, et permet dans cette hypothèse de conserver un prix identique à celui proposé en 2020. En outre, des contrats pour des variétés hâtives pourront être proposés (Amora, Felsina, Zorba) pour préparer la mise en service de l’usine de Poperingue. Le système de «pool» est lui aussi conservé. 

 

Nouveauté 2021 : un contrat «flocons» 

Présentée comme la «vraie» nouveauté de 2021, un contrat «flocons» fait également son apparition. Ce contrat propose des variétés «classiques», un cahier des charges plus léger que pour le segment «frites» et un paiement des tubercules à partir du calibre 28 mm et +. Pour ce type de contrat également, «il est possible de s’engager sur plusieurs années», précise François-Xavier Broutin. Les premières livraisons seront destinées elles aussi à la future usine de Poperingue qui devrait démarrer «à l’automne 2021, si tout va bien». 

 

Une entreprise confiante dans la reprise 

«Bien sûr, on fait partie des entreprises qui ont été très fortement touchées par la Covid-19 – (et qui l’est toujours, serait-on tenté d’ajouter) -, mais nous sommes confiants dans l’avenir», a précisé François-Xavier Broutin, responsable approvisionnement pour la France et la Belgique d’Aviko. Les signes de cette confiance ? Le chantier d’une usine de transformation de pommes de terre en frites et flocons à Poperingue (B) qui se poursuit, des investissements en Allemagne mais aussi en Chine. «Nous avons des marchés qui se portent bien et d’autres qui souffrent», a-t-il dit. À fin 2020, Aviko estimait avoir restreint sa production annuelle de 27%. «Sans la Covid-19, les choses auraient été différentes», a déclaré Henri Bisschop, directeur des approvisionnements d’Aviko. Et ce dernier d’espérer un «retour à la normale à l’automne 2021 et au plus tard en 2022». Pour revenir plus près de chez nous, la construction de l’usine de Poperingue est «un important chantier pour notre groupe», a souligné pour sa part Chris Deen, le PDG d’Aviko. Et de présenter les différentes étapes du chantier : installation du système de réfrigération en août 2021, installation de lavage et de tri en septembre 2021, puis de l’entrepôt frigorifique, des équipements de traitement des eaux usées et de sécurité incendie en octobre ; en novembre, la chaîne de fabrication de flocons devrait être lancée, suivie en janvier 2022 de l’installation de la chaîne d’emballage. Enfin, d’ici mars 2022, la production de produits surgelés devrait être engagée.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Les productions ne manquent pas dans le territoire de la CC2SO. Les équipes (ici Alain Defosse, président,  et Delphine Damay, en charge du PAT), misent sur le plan alimentaire pour booster la consommation de produits locaux, levier du «bien manger». 
Plan alimentaire à la CC2SO : belle opportunité pour les agriculteurs
Le plan alimentaire territorial qu’a initié la CC2SO prend forme. L’objectif principal est le «bien manger», indispensable à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde