Aller au contenu principal

Aviko met les formes pour capter des surfaces

Une palette de contrats plus large et des conditions générales plus avantageuses doivent permettre à l’industriel néerlandais de trouver dans les Hauts-de-France les surfaces et tonnages nécessaires au fonctionnement de ses usines belges.

Pour Aviko, la quête de surfaces de pommes de terre dans les Hauts-de-France passe par une offre de contrats plus large.
Pour Aviko, la quête de surfaces de pommes de terre dans les Hauts-de-France passe par une offre de contrats plus large.
© Alix Penichou

Aviko et l’association des producteurs pour Aviko (PPA) le reconnaissent d’une seule voix : les contrats que l’industriel propose pour la campagne à venir (et les suivantes) ne sont «pas comme les autres». Alors que les agents de plaine d’Aviko devaient débuter il y a quelques jours leur prospection, industriel et association des PPA ont tenu à préciser les grandes lignes de la politique contractuelle mise en œuvre par Aviko. Premier changement pour la campagne à venir, il y aura plus de types contrats proposés en parallèle au classique «contrat tonnes». Contrats «hectares» et contrats «prix minimum garanti sur deux ans» font leur apparition. «On peut parler d’une certaine manière de contrats à la carte», expliquait en ce milieu de semaine Alain Dequeker, président de l’association PPA. 

 

Des contrats pour différents profils 

Fonction de son profil, expérimenté ou novice, prudent ou «joueur», chaque producteur a des attentes différentes, d’où un contrat différent à sa portée. «Les travaux autour d’un contrat indexé sur les coûts de production doivent, quant à eux, «se poursuivre», selon Aviko et PPA, «et s’amplifier». Autre nouveauté, et pas des moindres, c’est une hausse moyenne de 25 E/t appliquée sur les contrats prix fixe annuels, pour tenir compte du contexte de 2021. Une proposition d’aménagement doit en outre être faite aux producteurs pour les contrats pluriannuels en cours. Le sous-calibre fera lui aussi l’objet d’une valorisation «au cours du jour, dans tous les contrats».

 

Un contexte favorable aux planteurs 

Quel que soit le sentiment qu’éprouve Alain Dequeker à l’égard de ces nouvelles offres, il rappelle que «c’est aux producteurs de faire leurs choix». Invariable, il ne peut toutefois que se réjouir de voir que les «suggestions» formulées par l’association PPA à l’industriel ont été exaucées : «Dans notre relation avec l’industriel, on ne parle pas de négociations, puisqu’il n’y a pas de transfert de propriété des pommes de terre entre les producteurs et l’association, mais il s’agit de suggestions en fonction de ce que nous disent les producteurs.» 

Selon lui, au moins trois éléments jouent en la faveur des producteurs de pommes de terre. La première, assure-t-il, c’est le contexte économique dans lequel baigne la pomme de terre : «Cette année est propice à des augmentations de prix d’approvisionnement quand on constate la flambée de certaines autres productions sur les marchés mondiaux. La concurrence ne se fait pas entre industriels, mais entre pommes de terre et autres cultures…». La seconde, c’est l’envolée du prix des intrants à laquelle la filière pommes de terre est confrontée. Enfin, en troisième raison, Alain Dequeker cite les besoins croissants en pommes de terre d’Aviko pour approvisionner sa nouvelle usine de Poperinge (B). Et ce dernier d’assurer que «ce n’est donc pas fini».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde