Aller au contenu principal

Pommes de terre
AVR : deux modèles d’avenir

Durant l’été, AVR a dévoilé deux nouvelles machines :  une fraise avant, le Multiforce, et une arracheuse à trémie  déportée de 7 t, la Spirit 7200.

Chez AVR, on développe des machines pour chaque étape clé de la culture de pomme de terre. Consciente que la préparation du sol est une étape essentielle dans la réussite de la culture, elle propose depuis longtemps des fraises et vient de dévoiler sa nouvelle génération. La Multiforce est un modèle 4 rangs bien compact. Elle se monte à l’avant du tracteur, conception qui, d’après le constructeur, «permet d’obtenir un rendement supérieur, un plus grand nombre de tubercules et un calibre plus uniforme de produit récolté».

 

Plus grand diamètre

La grande particularité de la nouvelle Multiforce est son rotor de grand diamètre (750 mm). Par rapport aux anciens modèles, on gagne 150 mm. Cela permet de travailler à une plus grande profondeur, tout en nécessitant moins de puissance. Combiner la plantation et le buttage en un seul passage devient alors plus facile.

L’une des spécificités de la fraise d’AVR est sa cape montée sur ressorts (douze au total). L’intérêt : elle bouge en permanence. «Les vibrations garantissent que moins de terre se colle à la cape», souligne le constructeur. Cela garantit que les dents ne tournent pas dans un sol comprimé, ce qui empêche la perte de puissance et l’usure des dents.

AVR a dévoilé son outil en quatre dents, mais il est également disponible avec six dents. Cette seconde conception représente un indéniable atout : cela permet d’obtenir un émiettement plus fin. Elle autorise par ailleurs une vitesse plus élevée et répartit davantage la charge. «Une vitesse plus faible de l’arbre du rotor signifie une plus longue durée de vie pour les pièces d’usure», constate le constructeur. AVR précise que cette fraise à six dents ne nécessite aucune boîte de commutation et qu’elle permet surtout de réaliser de réelles économies en carburant (de l’ordre de 33 %).

 

Une arracheuse avec broyage mécanique des fanes

Autre modèle arrivé durant l’été dans la gamme : la Spirit 7200. Cette arracheuse déportée à deux rangs succède à la Spirit 6200. Elle accède aux dernières technologies du constructeur comme la télémétrie AVR Connect. Pilotée Isobus, elle profite également de nombreux automatismes : l’ajustement du niveau, le réglage du peigne rotatif, l’avancée du fond de la trémie (7 t) ou encore le système de guidage automatique des rangs.

La grande nouveauté repérée sur la Spirit 7200 : elle répond aux nouvelles contraintes de destruction chimique des fanes. Pratique désormais interdite. AVR a choisi d’équiper son arracheuse d’un rouleau effaneur intercalé entre le tapis de tamisage et le tapis à tétines transversal pour réaliser le broyage mécanique des fanes. «L’intensité du rouleau effaneur est facilement réglable en le déplaçant plus en dessous ou plus loin du tapis de tamisage», explique le constructeur, dont le premier objectif reste de préserver la qualité du produit.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde