Aller au contenu principal

Bayer et RAGT collaborent pour développer des hybrides en Europe

L’allemand et le français prévoient de commercialiser leurs premières variétés en commun «à partir de 2025-2026».

L’accord entre Bayer et RAGT marque le retour de la firme allemande dans la recherche sur le blé hybride en Europe.
L’accord entre Bayer et RAGT marque le retour de la firme allemande dans la recherche sur le blé hybride en Europe.
© Pixabay

L’allemand Bayer et le français RAGT collaborent pour développer des semences de blé hybride en Europe, ont-ils annoncé le 20 avril. L’objectif des deux entreprises est de «fournir aux agriculteurs de nouvelles variétés de blé à fort potentiel, en favorisant de nouvelles pratiques agricoles durables», selon un communiqué commun. Le lancement commercial est prévu «à partir de 2025-2026» en France, Allemagne et Angleterre, précisent-ils. RAGT apporte une «génétique blé tendre leader en Europe», Bayer permet l’«accès aux dernières méthodologies de sélection, à des systèmes de production de semences performants et des solutions numériques adaptées». Cet accord marque le retour de l’allemand dans la recherche sur le blé hybride en Europe, une activité qu’il a dû céder à BASF en 2018 lors du rachat de Monsanto. «Le blé hybride offre aux agriculteurs la possibilité de relever les défis du changement climatique, tout en obtenant une productivité plus élevée dans des systèmes de culture durables», considère Bob Reiter, responsable R & D de Bayer CropScience, cité dans le communiqué.

 

Déplafonner le rendement

Vu du côté de Bayer, ce partenariat avec RAGT offre aussi une complémentarité géographique. L’allemand possède outre-Atlantique une activité en semences de blé avec sa filiale WestBred. Revenir en Europe est stratégique. «Une entreprise globale comme Bayer ne peut reposer que sur deux piliers génétiques, maïs et soja : sur le plan mondial, le blé est un autre pilier», explique Bruno Tremblay, directeur de Bayer CropScience pour la région Emea (Europe, Moyen-Orient, Afrique). Et de souligner l’intérêt des hybrides. «Le blé stagne sur un plateau depuis plusieurs dizaines d’années. Il faut plusieurs semenciers sur le terrain de la recherche pour libérer son potentiel de performance agronomique grâce aux hybrides.» Des concurrents en proposent déjà, «mais ils peinent à capter des parts de marché importantes. Notre objectif va au-delà des gains en rendement, en régularité. Avec l’outil digital FieldView qui permet des recommandations à la parcelle, on espère apporter aussi des bénéfices nutritionnels, sur le contenu protéinique, en termes de réduction des intrants.»

Pour RAGT, l’accord avec Bayer apporte ce qui manquait au groupe aveyronnais : la surface financière pour investir suffisamment dans le blé hybride. «La production des semences est un autre point sur lequel on butait, étant donné les surcoûts industriels par rapport aux lignées classiques», confie le DG Laurent Guerreiro. «Bayer nous fournit une aide technologique – ils maîtrisent notamment les étapes de fécondation des cultures, du triage des semences en usine –, RAGT amène sa génétique élite.» Le semencier vise comme objectif à cinq ans 20 % de ses ventes en blé grâce aux hybrides.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde