Aller au contenu principal

Bien-être animal : l’Efsa se prononce pour les vaches laitières et les canards

Après les veaux, les porcs ou les poules pondeuses, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a rendu le 16 mai deux nouveaux avis concernant le bien-être des vaches laitières d’une part, et des canards, oies et cailles, d’autre part. 

Une vaste révision de la réglementation de l’UE est prévue pour cet automne.
Une vaste révision de la réglementation de l’UE est prévue pour cet automne.
© Pixabay

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a publié le 16 mai deux nouveaux avis sur le bien-être des animaux, le premier sur les vaches laitières et le second sur les canards, oies et cailles. Des espèces pour lesquelles il n’existe aujourd’hui pas de règles spécifiques (contrairement par exemple aux porcs, veaux ou poules pondeuses) et auxquelles s’appliquent donc seulement, pour l’instant, les règles générales de la législation sur le bien-être animal. Pour les vaches laitières, l’Efsa recommande d’éviter au maximum un hébergement permanent dans des stabulations entravées. Et si cela devait être nécessaire de manière transitoire, les animaux devraient avoir un accès régulier à une aire de repos ou une estive. Chaque vache devrait avoir accès à un espace intérieur total d’au moins 9 m2, une litière suffisamment épaisse ainsi qu’à des pâturages avec des zones drainées et ombragées, conclut ce travail. Lors de l’utilisation de sol en béton nu, une assise de paille d’au moins 30 cm d’épaisseur doit être prévue. Si les vaches sont logées dans des stalles, elles doivent chacune disposer d’une logette individuelle. De plus, il est demandé d’installer des brosses dans tous les systèmes de stabulation libre pour permettre aux vaches d’avoir des comportements naturels tels que se gratter et se toiletter le corps.

 

Cages et gavage

Pour les canards et oies, sans se prononcer sur le fond, l’Efsa souligne notamment que les systèmes de gavage actuellement utilisés pour la production de foie gras devraient être évités car ils entraînent des conséquences importantes sur le bien- être des oiseaux. «La pratique de la suralimentation elle-même dans la production de foie gras n’entrait pas dans le cadre de cette évaluation et n’a donc pas été prise en compte», précise l’Efsa. Comme ce qui a déjà été recommandé pour les poules pondeuses ou les poulets de chair, l’Efsa estime que l’utilisation de cages doit aussi être évitée pour les canards, les oies et les cailles. Il est suggéré que les oiseaux disposent de plus d’espace et de compartiments enrichis (eau libre pour les oiseaux aquatiques, installations de nidification...) d’une hauteur suffisante pour permettre à une personne d’y pénétrer afin d’inspecter les animaux. Plus précisément une hauteur de 66 cm au minimum est proposée pour les canards domestiques, de 96 cm pour les canards musqués et mulards, de 127 cm pour les oies et de 150 cm dans le cas des cailles japonaises pour permettre le saut et le vol. Ces deux nouveaux avis alimenteront les réflexions de la Commission européenne en vue de présenter cet automne une proposition de révision de la législation globale de l’UE sur le bien-être animal qui devrait comporter des dispositions spécifiques pour les vaches laitières et les canards. L’Efsa a déjà publié des avis sur le bien-être des veaux, des porcs, des poulets et des poules pondeuses, ainsi que sur les conditions de transport des animaux d’élevage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Dans certaines régions de production, les conditions d’arrachage et de stockage ont été perturbées par les conditions  météorologiques, obligeant planteurs, usines et coopérative à s’adapter.
Les trois raisons d’une rémunération «jamais atteinte» pour les betteraviers de Tereos

Le groupe coopératif sucrier Tereos a annoncé fin de semaine dernière une rémunération «jamais atteinte» des betteraves à ses…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde